La Fille Damnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Fille Damnée

Message par Le Talsinien le Mer 19 Nov - 12:53

On raconte qu’il y a longtemps, bien avant que Muar Talquinide ne vienne bousculer la cité, vivait une jeune fille Moissonneuse. Elle était éprise d’un artisan et ils vivaient ensemble une histoire d’amour passionnée mais discrète. Seuls leurs amis proches savaient à quoi s’en tenir, car la famille d’artisans méprisait les Moissonneurs, ces "boueux" comme ils les appelaient. Les deux amants ne pouvaient vivre leur amour au grand jour et se retrouvaient en secret tous les soirs, dans la forêt, où ils s’aimaient avec passion.

Mais leurs actes ne pouvaient rester sans conséquences. Il advint ce qui devait arriver : la jeune femme tomba enceinte. L’affaire fut aussitôt connue de sa famille qui en fit un scandale. La jeune femme fut désavouée de tous. Elle tenta de se réfugier auprès de son amant qui seul pouvait la sauver, mais celui-ci la renia. Il refusa de reconnaître sa responsabilité et nia même la connaitre.

Condamnée et rejetée de tous, la jeune femme jeta une malédiction sur la ville. Elle leur ferait payer à tous leur trahison. Personne ne prêta foi à ces menaces et la jeune femme s’enfuie dans la forêt où elle y disparut et ne fit plus parler d’elle.

Jusqu’à cette nuit, quelques mois plus tard.

La cime noire des arbres était éclairée par la lune pleine et lumineuse qui brillait dans le ciel. La forêt avait des airs de lieu hanté. Lugubre, elle semblait gémir douloureusement. Puis, soudain un cri déchira la nuit. Un cri de femme qui porta loin, passa outre les murs de la ville et s’insinua dans les maisons pour venir réveiller les talsiniens qui dormaient. Des cris déchirants qui résonnèrent aux oreilles des habitants terrifiés. Puis bientôt, des cris d’enfant. Ceux d’un nouveau né qui voit le monde pour la première fois. Des cris qui glacèrent le sang de tous ceux qui les entendirent.
Cette nuit là, personne ne pu dormir à Talsinia.

Suite à cette nuit, on ne parla plus de la jeune femme qu’à mots couverts, en chuchotant. Tous craignaient son courroux. On n’osait dire du mal d’elle, on allait même parfois jusqu’à la plaindre. Mais personne ne la revit. Elle ne vint pas en ville, elle ne se montra pas et personne ne l’entendit plus. Petit à petit, elle retomba dans l’oubli, mais son nom resta dans les esprits, marqué du sceau de la peur.

Le temps passa, lentement, patiemment et la vie reprit son cours. L’ancien amant se maria, avec une artisane. Les noces furent heureuses et donnèrent vite leur fruit. Quelques mois plus tard naquit une petite fille magnifique qui grandit avec beauté et grâce. Lorsque l’enfant eut deux ans, elle était reconnue comme l’une des plus jolies petites filles de Talsinia. Et c’est alors qu’elle disparut.

Une nuit, la lune ronde et pleine brillait dans le ciel étoilé. Une silhouette fantomatique apparut à l’orée de la forêt. La silhouette d’une femme vêtue d’une longue robe blanche sur laquelle les rayons de lune se reflétaient mystérieusement. L’apparition ne dura que quelques instants avant de disparaitre. Le lendemain pourtant, la fillette avait disparu. Nulle trace d’effraction, nulle trace de violence, nulle trace de l’enfant. Elle s’était volatilisée.

On la chercha partout mais personne ne pu la trouver. Personne ne semblait l’avoir vu, personne n’avait rien vu, rien entendu. Nulle part on ne trouvait trace de l’enfant.

Le drame plongea la mère de la fillette dans une profonde dépression qui la mena à se donner la mort. Son père, désormais veuf, se mit à boire et tomba lui aussi dans la dépression. Il mourut quelques temps après en se noyant dans les marais, où on ne sut jamais ce qu’il était venu y faire. Cependant, le doute s’installa lorsque, la nuit de son enterrement, on vit roder dans le cimetière une silhouette blanche. Le lendemain, on trouva une rose rouge sur la tombe du défunt et ancien amant de celle qu’on appela dès lors la Fille Damnée.

La vengeance était accomplie. La Fille Damnée avait prit sa revanche. Les habitants jugèrent l’affaire et l’enterrèrent pour tenter d’oublier… mais ce n’était pas fini. Peu de temps après, une nuit de pleine lune, un enfant disparut, puis un autre. Aucun des deux ne fut retrouvé et aucun n’avait laissé le moindre indice. Un troisième suivit un peu plus tard… des dizaines d’enfants disparurent dans laisser de trace. Les nuits de pleine lune devinrent la plus grande crainte des parents qui ne quittaient plus leurs enfants des yeux. La suspicion et la peur régnaient sur la ville, on craignait son voisin, on accusait son concurrent… la zizanie régnait, accompagnée d’une peur insidieuse.

Puis, soudain, les disparitions cessèrent. On dit que la Fille Damnée s’estimait payée d’avoir volé leur avenir à ceux qui avaient détruit sa vie, mais on ne revit jamais les enfants disparus.

Aujourd’hui, cette histoire n’est plus qu’une légende, pourtant il arrive encore qu’un enfant disparaisse sans laisser de trace, et pour les âmes superstitieuses, il ne peut s’agir que de la Fille Damnée.

_____________________________

Je suis moi, je suis toi, je suis lui, je suis tout le monde et personne... Je suis un talsinien.
avatar
Le Talsinien

Messages : 94

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum