Indis, médium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Indis, médium

Message par Indis le Mar 14 Oct - 14:02


         
REGISTRE CIVIL

         

           
             
               

               
Etat Civil

  Nom : /
  Prénom : Indis
  Age/date de naissance :  28 ans/22e jour du premier mois d'hiver de l’année 1109
  Milieu : Artisan, Libéré
  Métier : Couturière
  Dates du Service Civique : Printemps été 1128
  Confession : Lunive
 
Description physique


Mes traits sont fins et ma peau pâle est sans défauts. Mes yeux vacillent entre le bleu et le vert outre-mer et mes cheveux sont une cascade de feu. Ils sont roux tranchant parfaitement avec ma peau laiteuse. Mon corps lui peut paraitre frêle sous l’ampleur de ma cape. Mais il n’en est rien. Je mesure un mètre soixante-cinq pour environ soixante kilogrammes. Je n’ai donc rien de fragile. Mes mains le sont peut-être quoique… Fines et agiles sachant discipliner le plus fougueux des tissus. Entres elles les pans de soie et autres dentelles deviennent de somptueuses robes portées par les plus affreuses nobles de Talsinia. Je ne suis pas du genre à me cacher ma démarche est franche, tout comme les sourires que j’adresse, lorsque j’en adresse. A ceux qui le méritent a mes « yeux ».

   

                 
Description morale


Que dire de mon comportement ?... Mystérieux. Depuis toujours il en est ainsi. Pour ma défense je dirais que ce qu’il y a de plus mystérieux c’est de pouvoir voir, entendre et ressentir ce que le commun des mortels ne soupçonne pas. Alors oui j’ai souvent un petit sourire en coin lorsque je trouve un secret en la personne qui me regarde. Je ris sous cape de savoir qu’un tel s’inquiète de trouver sa femme dans le lit d’un autre alors que j’en connais la réponse. Ou même, lorsque je découvre le clan, de telle ou telle personne. Les gens ont souvent du mal à me cerner et je ne fais rien pour les y aider. Si on lisait en moi comme dans livre ouvert, je ne pourrais assumer dans le total anonymat les missions que je fais. Un seul à Talsinia peut se vanter de connaitre mes pensées profondes, c’est un allié de taille et un ami à présent, sur lequel je peux m’épancher sans risque.
Je suis une rebelle au grand cœur également. Ce qui me rend rebelle, ce sont les vérités que je lis. Que je vois. Les promesses que les gens formulent tandis que dans leur esprit celles-ci sont d’ores et déjà brisées. Ceux-là n’ont que mon mépris et je ne me gêne pas pour le leur dire au risque de passer pour une femme méchante et sans cœur. C’est en fait bien le contraire. J’ai une sainte horreur des serments non respecté.
Mon « grand cœur » s’est développé au fur et à mesure que mon don prenait de l’ampleur. Enfant je ne comprenais pas toujours ce que je lisais, ou voyais mais en grandissant j’ai alors compris que certains humains étaient pourri de l’intérieur. A présent, les misères des autres me touchent tant qu’elles seraient capables de m’anéantir si jamais j’échouais en essayant de leur tendre la main.

Les ragots de Talsinia disent que certains médiums sont capables de lire les émotions. Pour ma part, ça n’est malheureusement pas un ragot. Je vis les émotions des autres, je les ressens comme si c’étaient les miennes pour si peu que je m’en donne la peine. Je ne peux donc pas rester de marbre dans certaine situation et me plie en quatre coute que coute pour venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Un dernier point. Je ne fais aucun commerce de mon don, la vie me l’a donné comme un miracle, à moi de m’en servir comme tel.  

                 


         
Histoire


Je suis une troisième née, vous comprendrez donc aisément pourquoi je n’ai pas de nom de famille. J’ai été abandonnée aux portes de l’orphelinat où j’y ai passé toute mon enfance. Les souvenirs naturels de mon abandon sont néant comme vous vous en doutez. Aucun nourrisson ou enfant jusqu’à un certain âge n’a la capacité de se –souvenir-. Je n’échappe pas à la règle. Mais j’ai eu la chance ou malchance à cette époque de connaitre l’identité de ma mère.
C’était au printemps, il y avait quelques mois de cela que j’avais soufflé mes quatre bougies, nous étions en route ce matin-là avec quelques pensionnaires et la directrice que je tenais fermement par la main en nous rendant au marché comme chaque samedi. Au détour d’une rue, nous tombèrent nez à nez avec une femme accompagnée par deux enfants à peine plus âgés que moi. Je n’aurai pas prêté attention à elle si elle ne s’était pas brusquement arrêtée pour me regarder des pieds à la tête et moi du haut de mes quelques années je me mis à la regarder fixement. Tant et si bien que je la vis sans comprendre ce qu’il pouvait se passer, 4 années avant griffonnant le nom d’Indis sur un papier avant d’abandonner un bébé sur le pas de la porte de l’orphelinat. Des larmes se mirent à couler sur mes joues enfantine tandis que la main de la directrice me tiré pour que j’avance. Pour finalement me porter car mes pieds refusaient d’aller plus loin. Ce matin-là nous ne sommes pas allé jusqu’au marché et avons fait demi-tour. Sans avoir de don médiumnique la directrice avait très bien saisit la situation. Pendant longtemps après, et malgré le réconfort donné par le personnel de l’orphelinat, le visage de ma mère ainsi que sa douleur que j’avais ressenti à ce moment-là me hantèrent. Je gardai pourtant secret ce que j’avais vu et senti, par peur certainement que l’on me punisse.

Ce fut aussi cette fois-là que pour la première fois mon don apparaissait. Il n’est jamais parti depuis et s’est même développé au fur et à mesure de ma croissance.

La vie suivit son court, pour payer l’orphelinat et les frais que j’engendrai je fus envoyé en apprentissage chez une couturière. Réputée à Talsinia, le travail ne manquait pas et je me découvrais une passion pour la création de tenue pour les dames. Mais pas que. Heloise Blain me fit découvrir la confession Lunive à laquelle j’adhérai immédiatement pour leur façon de penser, de voir la vie.
Elle me laissa m’imprégner de cette façon de vivre puis un jour elle me révéla qu’elle était une Libérée. Quelle surprise je le savais déjà ! Mais j’ai pu enfin poser les questions qui me taraudaient l’esprit. A cette époque je n’avais que 16ans, j’avais encore bien à apprendre de Talsinia, même si mon don me faisait découvrir bien des choses.

Rapidement je rencontrai Naej, au magasin, qui m’expliqua ce qu’il attendait de moi. Il me prit sous son aile en attendant que mes pouvoirs arrivent à maturité. En effet, je ne maitrisais pas encore tout à fait tout. Et je trouvai en lui bien plus que ce qu’il pouvait bien me donner en apparence. Il devint un ami et le confident de tout ou presque de ce que je pouvais voir ou ressentir en sondant mes semblables.

Je suis restée à l’orphelinat, en jonglant entre le magasin, le Refuge des Libérés jusqu’à la date de mon service civique. Service que je n’ai pas effectué avec brio… Là-bas, je n’y ai pas rencontré que des enfants de cœur… Mon côté rebelle primant sur ma douceur n’ont fait que m’attirer des notes « brillantes ! » A ma sortie, je me ralliais définitivement aux Libérés et à Naej, pour des missions. Mes pouvoirs s’étendant je pouvais alors aspirer à les mettre au service d’autrui entièrement. Mon métier de couturière devenant alors qu’une couverture.

         

         

           
Hors jeu

  A savoir sur ce personnage : Un secret ? Ah oui j’oubliais… je suis médium, vos pensées m’appartienne peut être à l’heure qu’il est. Héhé !
  Pseudo de joueur : Aïta
  Qui t’as guidé jusqu’ici ? mes pieds
  Remarque ou réclamation ? heu... je peux avoir des droits de fessage sur les nouveaux arrivants?Et aussi sur Neskiamachin?
         

         

             

             

       
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum