Histoire de Talsinia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de Talsinia

Message par Autorité le Dim 14 Sep - 9:29

Un voyage dans les archives

Lorsque vous pénétrez dans la salle des archives, vous vous arrêtez, comme cloué sur place. C’est la première fois que vous avez le droit d’entrer dans le saint des saints du Palais Civil. L’endroit est stupéfiant, dépassant tout ce que votre imagination avait pu créer lorsque vous tentiez de vous le représenter. Vous voilà sur le pas de la porte de la plus grande salle que vous ayez jamais vu. Ses murs sont couverts de bibliothèques gigantesques et des escaliers montent le long de ces hautes murailles de papier, rejoignant des balcons permettant d’atteindre les ouvrages les plus hauts. La lumière y est tamisée, son seul accès se faisant par les grandes coupoles en verre ménagées dans le plafond. En bas, il fait plutôt sombre, la lumière a du mal à parvenir jusqu’ici.
Votre guide ne vous a pas attendu. Il s’est avancé, sans vous prêter la moindre attention, dans cette atmosphère feutrée emplie de secrets. Les secrets de toute la ville. Vous courez pour le rattraper, en essayant de faire le moins de bruit possible pour ne pas déranger la quiétude des lieux. Vous avez l’impression qu’un bruit de trop ici ferait s’évanouir le rêve.
L’archiviste qui vous a amené ici, vous guide vers le fond de la salle. Du moins vous en avez l’impression mais rien n’est sûr étant donné la longueur du chemin. C’est à peine s’il vous jette un regard lorsque vous le rejoignez. Vous non plus d’ailleurs, vous ne le regardez pas vraiment, vos yeux sont trop émerveillés par le spectacle qui se déroule devant eux. Ils savent que c’est la dernière fois qu’ils auront le droit de le voir, aussi en profitent-ils le plus possible avant que la merveilleuse vision ne se dérobe.
Vous entrez bientôt dans une petite salle dont les dimensions normales vous paraissent pourtant minuscules. Ici, nulle étagère, on ne trouve que deux tables, quelques sièges et quatre candélabres, un sur chaque table et deux au mur. Quelques livres attendent sagement sur l’une des tables que quelqu’un désire consulter leurs pages. Naturellement, ils ont été préparés à votre attention, vous étiez attendu. Vous vous sentez tout à coup prit d’une grande excitation. Enfin ! Enfin vous allez pouvoir consulter ces inestimables volumes, les plus précieux entre tous car ils contiennent l’histoire de la ville.

L’archiviste vous laisse vous installer, vous donne quelques indications, des consignes élémentaires de respect et de prudence, puis il vous laisse, non sans prévenir qu’il demeurera non loin, en cas de besoin. Alors vous vous trouvez seul avec les trésors que vous êtes venus chercher, et sans plus attendre, vous ouvrez le premier livre.

Le manuscrit, écrit plusieurs siècles auparavant, est illustré de magnifiques enluminures pour l’époque. Rien que cela vaux une petite fortune. Mais pour vous, sa valeur se trouve ailleurs, dans le contenu même de ses pages. L’histoire de la fondation de Talsinia.


 
avatar
Autorité
Admin

Messages : 574

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Talsinia

Message par Autorité le Jeu 20 Nov - 6:51

Les fondations de la ville

Cela se passait il y a 800 ans, à quelques poussières près. La ville existait pourtant déjà avant, mais elle n’était alors qu’un petit hameau sans importance, perdue au milieu des marais et dissimulée par la forêt. Elle était protégée des yeux et des intrusions malveillantes. Mais cela ne pouvait durer éternellement. Et l’on vit arriver, un jour, des étrangers à la peau sombre.

Les étrangers étaient encore plus rares à Talsinia à cette époque que de nos jours, traverser la forêt demandait beaucoup d’efforts. Quant à leur peau noire, elle attirait des regards curieux : à Talsinia les peaux sombres étaient métisses. Il y eu beaucoup de questions, de surprise et de joie. L’excitation était à son comble jusqu’à ce qu’on parvienne à voir plus clair dans l’histoire des étrangers.

La petite troupe de Matlendais avait été exilée de son pays natal. Le pays s’agitait beaucoup et le nouveau roi n’aimait pas les partisans de l’ancien. Il n’y avait eu pour eux que deux solutions : l’exil ou la mort. Aucune des deux n’était véritablement préférable mais quelques uns des opposants avaient choisi de partir, cela laissait au moins une chance de vivre. Pour preuve, ils avaient trouvé ce havre inattendu alors qu’ils étaient perdus, loin de chez eux. Les talsiniens accueillirent bien volontiers les nouveaux arrivants. Et ceux-ci apportèrent avec eux un grand vent de changement.

Talsinia n’était à l’époque qu’une petite communauté sans prétentions. On prenait les décisions de manière aléatoire en écoutant parfois les avis des autres, parfois en se pliant à la loi du plus fort, à moins que la voix du plus sage ne parvienne à se faire entendre. Il n’y avait aucune structure. On se basait sur l’entraide, le troc et sur ses propres capacités. Les nouveaux arrivants bousculèrent tout cela. Ils incitèrent en premier lieu à la construction d’un véritable régime politique. Il fallait absolument une tête pensante à cette communauté afin de la structurer. Naturellement, ils se proposèrent pour cette tâche compliquée. Mais les talsiniens étaient méfiants, ils n’avaient pas envie de voir leurs habitudes bousculées, malgré les avantages que leur promettaient les ex-matlendais, et n’avaient que peu de confiance envers les exilés. Ces derniers manœuvrèrent pourtant si bien, au cours de longues discussions difficiles et souvent infructueuses, qu’émergea un pouvoir dirigeant : l’Autorité. Il s’agissait d’un conseil de cinq personnes, trois matlendais et deux talsiniens. Tous avaient des expériences de vie différentes et pouvaient se compléter, s’appuyant sur les jugements des uns ou des autres.

Ce fut le point de départ et la véritable naissance de la cité. La vie se rempli de heurts tandis que les étrangers tentaient de s’intégrer et que les talsiniens faisaient leur connaissance. Les coutumes et les mœurs différant parfois tant qu’on en venait aux mains. C’est alors qu’apparut la Garde talsinienne, chargée de conserver l’ordre. Le visage de la ville changea. L’Autorité ordonna la construction d’une muraille destinée à protéger les habitations de toute invasion humaine ou animale. Les chaumières furent remplacées par de vraies maisons en pierre aux toits en tuiles, un procédé tout nouveau importé de Matlend. Par la même occasion, la toute nouvelle Garde commença à recevoir une formation militaire afin de donner une meilleure défense à la ville. Et puisque la communauté commençait à se structurer, les lois commencèrent à apparaître. Les règles de vie de l’époque furent misent à l’écrit, puis petit à petit vinrent s’ajouter d’autres règles.

Pas après pas, Talsinia se structura doucement au fil des ans. Elle grandit et commença à faire du bruit autour d’elle. Dans les campagnes les plus proches, au Laodt et à Matlend, des paysans et leurs familles insatisfaits de leurs conditions de vie quittaient leurs chaumières pour venir chercher une vie meilleure. On leur fit bon accueil, bien qu’on examinât leurs raisons de près.

La dernière touche à ce tableau, ce qui permit définitivement l’essor de la ville, ce fut la lutfa. Cette noix très nourrissante qui poussait dans les marais entourant Talsinia n’était connu nulle part ailleurs. Elle représentait la base de l’alimentation talsinienne mais n’existait pas en dehors des murs de la cité. Pourtant, on découvrit avec bonheur que celle-ci pouvait s’exporter avec une facilité insoupçonnée. Et puisqu’elle poussait en abondance, on ne se priva pas pour en faire commerce dans les pays alentours. Sa culture se développa et devint un art, apportant une base économique solide à la petite ville qui ne cessait de grandir.

C’était la fin du livre relatant les fondations de la ville. Cette histoire pourrait avoir des airs de fin heureuse, pourtant vous, vous savez très bien qu’il n’en est rien. Vous savez pertinemment qu’à partir de ce moment les choses ont commencé à se dégrader, car Talsinia ne pouvait rester indéfiniment tranquille dans son petit carcan de nature, à s’enrichir pour son seul profit. Ceci est cependant une autre histoire et il vous faut un nouveau livre pour la lire.


 
avatar
Autorité
Admin

Messages : 574

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Talsinia

Message par Autorité le Jeu 20 Nov - 6:52

Talsinia fait parler d’elle

Décidé à ne pas vous arrêter en si bon chemin, vous fermez religieusement le premier volume de cette grande histoire pour vous emparer du suivant. Celui-ci est à peine plus jeune que le précédent, il semble de même facture et, lorsque vous l’ouvrez, vous constatez que les enluminures sont semblables à celles de l’ouvrage précédant. Il n’est pas exclu que les deux livres aient été réalisés par le même auteur, malgré les nombreuses années qu’ont du nécessiter la réalisation de deux œuvres.  Pendant un instant, vous vous absorbez dans la contemplation de ces illustrations magnifiques, puis vous laissez rapidement cela de côté au profit du texte.

La suite de l’histoire est moins joyeuse et tout aussi chaotique que son début. Jusque là, Talsinia avait tâtonné, seule dans son coin, pour réussir à évoluer et à grandir. A présent, elle était riche et forte, et cela ne plaisait guère à ses voisins. Le premier à se manifester fut le roi du Laodt. Jouant la carte de la diplomatie, il envoya un émissaire afin de proposer à la ville la protection du royaume laodien. Étudiée sans trop de détail, la demande fut bien vite refusée. L’Autorité souhaitait conserver l’indépendance de sa cité, bien qu’elle soit ouverte à tout accord marchand elle ne rejoindrait aucun royaume, de gré ou de force.

L’échec laodien fut rapporté, et le roi de Matlend dont le regard s’était lui aussi tourné vers cette ville en pleine expansion, dirigée par des exilés qu’il avait lui-même répudié, en entendit lui aussi parler. Fort de cet échec et déterminé à ne pas commettre la même erreur que son voisin, il envoya un espion chargé de trouver le meilleur angle d’attaque pour prendre la ville d’assaut. Sa mission échoua, car il fut démasqué rapidement. Un homme, se disant chaman, prétendit avoir lu dans les feuilles de son thé matinal que la cité serait attaquée dans les mois à venir s’ils ne trouvaient pas l’espion. Le tout en se plaignant de ne pouvoir prendre son petit déjeuner tranquillement sans devoir travailler en même temps. Tout le service de renseignement de l’Autorité fut mis en branle. Espions, scientifiques et Gardes recherchèrent activement le responsable de cette guerre promise par le chaman. L’espion matlendais fut débusqué en quelques jours et la menace aussitôt enrayée.

Mais cette menace fit peur à l’Autorité. Choquée d’être passée si près de la chute, les cinq ordonnèrent l’édification d’une seconde muraille destinée à défendre mieux la ville en contrôlant chaque entrée et en étendant les protections déjà existantes. Cette muraille allait cette fois englober toutes les terres que Talsinia revendiquait comme siennes. Ainsi, les marais, la forêt mais aussi les champs au-delà seraient eux aussi protégés. Cependant, le projet était de vaste envergure et dura de longues années qui épuisèrent les matières premières et la main d’œuvre, autant qu’il agaça la population. On commençait à douter du bien fondé de cette entreprise. Après tout, il n’y avait eut finalement aucun mouvement de la part de Matlend, ni même du Laodt. On se disait qu’il n’était peut-être pas si nécessaire que cela de se ruiner pour si peu, alors que la nature les protégeait déjà si bien. La révolte commençant à gronder, la construction s’arrêta sans avoir achevé l’ouvrage.

L’édification partielle laissa place à un point faible. Faiblesse que le roi du Laodt, lui, ne se priva pas d’exploiter quelques années plus tard. Sans aucun avertissement, il envoya son armée à la conquête de la ville. Manque de chance pour le monarque, le trou dans la muraille ne laissait qu’un seul chemin possible : les marais. Ces marais avaient longtemps été l’une des protections naturelles et redoutables de Talsinia. Et elle n’avait rien perdu de son efficacité. L’armée s’engouffra avec réticence dans les marais. Une partie des soldats déserta, mais pour beaucoup, ils trouvèrent tout simplement la mort dans les mares boueuses au tracé incertain. Il n’y eu que deux soldats pour en sortir vivants et parvenir jusqu’au mur de la cité, mais ils n’étaient pas indemnes.

Sur ces deux laodiens mal en point, l’un fut remis sur pied par une bonne nuit de sommeil et un bon repas puis retourné à l’envoyeur comme messager, afin que l’on sache partout que Talsinia était imprenable. Le second fut conservé comme otage car il était officier. Il se nommait Gerl Talquinide et fut à l’origine de bien des troubles à Talsinia. Mais ceci est une nouvelle histoire, qui vous sera contée dans un autre livre.


 
avatar
Autorité
Admin

Messages : 574

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Talsinia

Message par Autorité le Jeu 20 Nov - 6:53

Muar Talquinide, le féministe

Avide de lire la suite de l’histoire, vous refermez un peu plus brutalement que nécessaire le volume sur lequel vous êtes penché depuis plusieurs heures. En prenant le volume suivant, votre regard tombe naturellement sur la montre que vous avez posée sur la table. Vous constatez alors qu’en effet cela fait près de quatre heures que vous lisez. Cela vous étonne mais ne vous décourage pas moins de continuer votre aventure dans le passé. Vous vous saisissez au contraire avec avidité du prochain volume, malgré le fait que vous sachiez pertinemment ce qui arriva à Gerl Talquinide et ce qu’il apporta à la cité dans laquelle vous vivez.

Gerl Talquinide fut retenu prisonnier de longs mois, jusqu’à ce que cela atteigne une année. Le roi du Laodt ne manifesta jamais la moindre intention de le récupérer. Il ne se montra pas non plus déterminé à retenter sa chance. Après plus d’un an de captivité, Gerl fut libéré et ne manifesta pas le désir de quitter la cité. Il fut alors intégré à la population, sous bonne surveillance. Gerl s’intégra pourtant si bien à Talsinia qu’il trouva femme et fonda son foyer. L’ancien soldat laodien fut également à l’origine de l’achèvement de la seconde muraille. Il connaissait la politique de son pays, savait ce que Matlend était lui aussi capable de faire, et il insista pour que Talsinia soit protégé au mieux, car les marais ne seraient pas toujours aussi efficaces, on finirait par trouver une faille.

Ce qu’on retient de Gerl Talquinide, c’est surtout qu’il fut le père de Muar et Naal Talquinide. Naal devint une jeune fille puis une femme timide et très réservée. Muar quant à lui se montra vite intéressé par tout ce qui l’entourait. Il fut un petit garçon émerveillé et un adolescent très ouvert. D’un esprit ingénieux, il commença très jeune à créer ses propres inventions. De 15 à 20 ans il construisit nombre de petits dispositifs qui facilitaient la vie quotidienne mais aussi les tâches des artisans et des Moissonneurs (il permit la construction de barque à fond plat et un système de rame permettant de naviguer sur les “champs” de lutfa sans abîmer la plante). L’année qui suivit fut consacrée à l’étude des plantes de la région. Il découvrit de nombreuses vertus à des plantes auxquelles personne n’avait prêté attention, il étudia même la lutfa de plus près et se rendit compte qu’on pouvait en faire un alcool fort mais avec un agréable goût, qui se mariait à merveille avec de nombreuse autres saveurs. Son étude botanique fut cependant écourtée le jour où sa sœur fut victime de la loi.

De nos jours, les femmes sont naturellement les égales des hommes sur bien des plans. A l’époque cependant, le rôle des femmes et leur place dans la société était bien plus limité. Nul droit de discuter de la politique, interdiction de porter la main sur un homme, quant au travail, il ne fallait pas y compter, à l’exception de quelques tâches ingrates touchant souvent au domaine domestique. Les femmes étaient contraintes de demeurer à la maison, d’entretenir leur famille et de prendre soin de mari et enfants. Leur vie était dirigée par les hommes de leur famille, elles ne quittaient le joug de leur père que pour se mettre sous celui de leur mari. Certains lieux de la cité leur étaient même interdits.

Des souvenirs de toutes les personnes ayant connu Naal Tarquinide, la jeune femme incarnait à bien des égards la femme parfaite. Elle se pliait à tous les impératifs de sa condition, dévouée à sa famille, elle était obéissante et effectuait son travail sans jamais se plaindre. C’est dans ces conditions, alors qu’elle se rendait au marché afin de nourrir sa famille, que Naal fut contrainte de se confronter à la loi. Un homme s’en prit à elle, déterminé à lui faire du mal, mais la jeune femme se défendit et assena à son agresseur un coup qui le défigura. Pour cela, la jeune femme fut emprisonnée.

Muar Talquinide en fut indigné et investit aussitôt le tribunal. Il fut le seul à s’élever contre cette injustice, même leur père ne chercha pas à protéger sa fille, mais cela n’empêcha pas le jeune homme de se battre. Durant plus d’un an, il chercha par tous les moyens à faire libérer sa sœur, il fini par y parvenir et Naal sortit de prison. Mais Muar ne s’arrêta pas là. Il estima que cette injustice ne  devait pas se reproduire. Il se lança donc dans l’étude de la loi, de la politique, remua la Tribunal. Alliant ses talents d’orateur à ceux d’écrivains, l’homme alerta la population, attira son attention sur ce qui se passait dans la vie de tous les jours, tenta de faire bouger les consciences. Il fit tant et si bien qu’on lui interdit l’accès au Tribunal. Puis, comme cela ne l’arrêtait pas, comme il manifestait dans la rue et même sur les places publiques, aidés de sympathisants, hommes et femmes, il fut à son tour emprisonné pour avoir troublé l’ordre public.

L’exécution de Muar Talquinide rassembla plus de monde qu’on en avait jamais vu sur la Grand’ Place. Ce jour là, plusieurs de ses amis furent arrêtés pour avoir tenté de le libérer, Muar cependant, avant que la hache du bourreau ne s’abatte sur sa nuque, appela chacun et chacune à continuer à œuvrer comme il l’avait fait. Sa mort ne devait pas signifier la fin de lutte, on ne devait pas tenter de le sauver au détriment de leurs vies et de la cité, qui avait besoin d’eux. Il fallait que la lute continue pour le bien de tous, car cela ne devait s’arrêter aux droits des femmes, tous les talsiniens avaient le droit d’être égaux et de vivre heureux. Son discours eut put durer longtemps sans l’intervention du bourreau qui abattit son instrument et mit fin au discours et à la vie de Muar Talquinide.

Muar n’avait que 33 ans. Il avait passé plus de dix années à combattre pour améliorer le statut des femmes et marqué profondément les consciences. Aujourd’hui encore, les noms de cet homme et de sa sœur restent présents dans les esprits et servent d’exemple. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

Le lendemain de l’exécution, la Garde fit irruption dans les maisons des sympathisants de Muar les plus connus, à commencer par sa propre maison où il vivait avec sa sœur, mais elles étaient toutes vides.

Le calme sembla revenir suite à cela. La disparition des fauteurs de trouble apaisa la cité qui put reprendre sa vie. Mais vous qui vous penchez sur les dernières lignes de ce livre, vous savez pertinemment qu’il n’en était rien. En réalité, ce n’était que le début d’une nouvelle ère. Car très vite on commença à entendre parler d’une organisation, son nom était chuchoter dans le secret des logis. On les appelait “les Libérés”. Mais vous savez aussi, parce que vous l’avez appris dans votre livre d’histoire, que ceci ne dura pas, la Garde les traqua et tous les sympathisants finirent par disparaître. Aujourd’hui, ce n’est qu’un souvenir bien noir dans la mémoire de la ville, heureusement éclipsé par l’ère qui suivit celle-ci.


 
avatar
Autorité
Admin

Messages : 574

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Talsinia

Message par Autorité le Jeu 20 Nov - 6:54

Une fin à tout

La suite, vous n’avez pas besoin de la lire, vous la connaissez parfaitement. C’était l’âge d’or de Talsinia. La ville se développa brusquement et évolua à une vitesse fulgurante. De nombreuses découvertes furent faites,  les inventions se succédèrent. L’histoire prit une importance considérable et, se basant sur le calendrier matlendais, on commença à enregistrer et dater tous les évènements.

Cet essor fulgurant eut pour conséquence d’augmenter encore la convoitise des royaumes environnants, mais Talsinia était désormais parfaitement protégée et nulle attaque ne parvint à l’atteindre. Si bien que les dirigeant royaux finirent par consentir à laisser la ville tranquille et à traiter avec ses dirigeants plutôt qu’à tenter de la prendre par la force.

Les décennies et les siècles passèrent, la ville prit de l’ampleur à l’intérieur de la première muraille, on trouva des techniques permettant d’agrandir les maisons mais peu à peu les gens commencèrent à aller vivre dans la campagne environnante, rassurés par le succès apparent de la seconde muraille. Ainsi, Talsinia devint telle que vous la connaissez aujourd’hui : vaste, prospère et resplendissante. L’Autorité et la Garde veillent encore et toujours afin que cela demeure.

Rassasié, vous fermez ce dernier volume. Prévoyant, l’archiviste vous avait préparé d’autres registres, mais ceux-là vous importent peu. Vous avez ce que vous êtes venus chercher et votre curiosité scientifique est comblée. Vous vous levez au moment même où la porte s’ouvre. C’est votre guide, justement. Il était venu vous informer que le Palais Civil allait bientôt fermer au public. Puisque vous avez fini il vous raccompagne à la sortie et vous vous retrouvez soudain dans la cacophonie de la ville vivante qui contraste désagréablement avec l’atmosphère feutrée de la salle des archives.


 

_____________________________

avatar
Autorité
Admin

Messages : 574

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Talsinia

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum