Garder l'esprit ouvert

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Mar 1 Nov - 15:21

4e jour du deuxième mois d’hiver, an 1138
Trois mois après la mise en contact avec Faustine, durant laquelle Naej a coupé le don d'Indis pour qu'elle n'entende pas les pensées de Faustine.

Depuis des mois Naej ne pensait plus qu’à ça. Non, ce n’était pas vrai, s’il devait être honnête avec lui-même, il n’avait pas pensé qu’à cela, sinon il aurait surement fait quelque chose depuis. C’était certain, ces trois derniers mois avaient été forts en rebondissements, les Libérés avaient connus des jours meilleurs et Naej des journées moins pesantes. La couverture de l’un des leur avait failli tomber et le meneur des Libérés avait fait son possible pour éviter d’avoir à aider le pauvre homme à garder le silence, pour toujours. Mais même lorsqu’il ne s’occupait pas de ce problème là en particulier, dès que son esprit libéré des soucis actuels commençait à s’envoler vers une contrée lointaine, là où les yeux étaient bleus et les cheveux roux, là où il avait commit une erreur grossière, voire deux, il ne savait laquelle était la pire, Niluom lui apportait alors des nouvelles qu’il fallait traiter immédiatement ou bien elle voulait l’entretenir de ceci ou cela...
Cette fois pourtant, Naej avait terminé de rédiger le message à destination de l’un des leurs et l’avait confié à un messager afin qu’il soit transmit, il était libre et rien ne venait distraire ses pensées. Debout devant la cheminée, les yeux plongés dans les petites flammes du feu qui menaçait de s’éteindre si on ne l’alimentait pas, il laissa son esprit vagabonder.

Indis avait tenu promesse et se montrait distante. Irréprochable dans son travail, elle refusait cependant de lui parler plus que nécessaire et l’évitait, il en aurait mit sa main au feu. Pour une femme comme elle il n’était pas difficile de savoir quand son meneur se trouvait au Refuge et donc de faire en sorte de ne pas croiser sa route par accident. Mais Naej lui aurait aimé la revoir dans un contexte plus personnel que les rares entretiens qui les avait réunis le plus souvent en présence de témoins. Plus elle restait loin de lui, plus il avait besoin de la revoir. Il avait comprit son erreur depuis longtemps maintenant, il aurait aimé s’excuser mais elle ne lui en avait pas laissé l’occasion. Il fallait dire également qu’il doutait de l’efficacité de simples excuses, il ne lui avait pas marché sur le pied par accident, il l’avait volontairement coupé de l’un de ses sens sans rien lui dire. Un simple “je suis désolé” ne suffirait pas à apaiser la rancune de la médium blessée. Il avait conscience qu’il lui devrait de longues explications qui ne ramèneraient cependant pas ce qu’il cherchait à récupérer : la confiance qu’elle avait placé en lui depuis plus de dix ans et qui s’était envolé à l’instant où elle avait prit conscience qu’il avait pour elle beaucoup de secrets. Et c’était cela qui l’avait empêché d’agir.

Naej serra les poings, sentant la colère monter en même temps que sa peine se faisait plus forte. Il se sentait si… impuissant. Lui, Naej, le meneur de la société secrète des Libérés, était incapable de remédier à une situation somme toute simple à comprendre. Pourtant il était certain de tenir la solution, mais il n’osait pas. Une braise craqua dans la cheminée, brisant le silence ambiant, Naej sursauta. Il fixa la responsable de sa brève peur, soudain tout lui apparut avec une clarté limpide. Indis refusait de le voir en tant qu’humain mais acceptait le meneur des Libérés, s’il voulait la voir, il n’avait pas d’autre solution que de la convoquer pour lui confier une mission. D’un pas décidé, il retourna à son bureau et rédigea une courte missive ordonnant simplement à Indis de se présenter à son bureau dans les plus brefs délais dès son arrivée au Refuge, puisqu’à cette heure-ci elle devait sans aucun doute travailler en compagnie d’Eloïse et ne rentrerait que d’ici quelques heures. En donnant la lettre à un messager ayant pour mission d’aller la porter dans les appartements de la médium, Naej songea qu’il avait en plus la chance que Niluom ne soit pas là aujourd’hui, trop prise par son travail officiel elle ne pouvait se libérer en ce moment. C’était heureux car elle n’aurait pas apprécié ce qu’il comptait faire si elle l’avait su. Naej sourit plus largement encore en se rappelant le petit vice du garde en faction à côté de la porte de son bureau, celui-ci ne s’en doutait pas mais c’était pour cette raison qu’il avait été désigné pour la tâche de veiller sur les lieux en l’absence de Niluom. Si Naej lui donnait la possibilité de prendre une pause à présent, ce qu’il fit en lui disant que les heures qui suivraient seraient difficiles, il savait qu’il en reviendrait avec l’esprit inaccessible pour tout pouvoir tentant de le prendre pour cible. Et lorsqu’il reviendrait, il aurait pour ordre de tenir éloigné de lui toute personne demandant à lui parler, tant qu’Indis serait dans son bureau, personne ne devrait entrer ni sortir, y comprit Niluom si elle se montrait malgré ses prévisions.

Une fois ses ordres donnés, Naej retourna s’asseoir. Il ôta son masque et le posa sur le bureau. A présent, il devait attendre qu’Indis rentre au bercail, trouve l’ordre et l’exécute. Et maintenant qu’il n’avait plus rien à faire, Naej sentait la peur monter en lui, comme elle l’avait fait chaque fois qu’il avait envisagé cette solution, mais il ne pouvait plus revenir en arrière, c’était trop tard.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Mar 1 Nov - 15:45

Le "dong" sourd de la comtoise de la boutique sonna ses six coups me faisant relever les yeux de mon ouvrage. Il était l'heure de fermer boutique et pour moi de rejoindre mon bien triste quotidien depuis ces quelques mois. Mes protégés m'obligeaient à revenir au bercail chaque soir et bien que leur compagnie m'exaltait toujours autant le cœur, il manquait une pièce au tableau, pour que celui ci demeure harmonieux a mes yeux. Je tenais promesse depuis quelques mois et me montrais des plus distantes à l'égare de mon leader. Cela me bouleversé plus que je ne laissais paraitre mais il était au dessus de mes forces de lui accorder un pardon total, et surtout de lui donner a nouveau ma confiance. Alors pour me protéger au mieux, je n'avais trouvé d'autre solution que de me tenir à l’écart de lui. D'éviter autant que possible de croiser sa route ou de me retrouver seule avec lui. Telle était ma punition pour avoir trahi la confiance aveugle que j'avais en lui. L'homme derrière le masque était a présent aussi transparent que de l'eau de source à mes yeux.

Avant de partir, je me chargeais de vêtements propres, pour la plupart récupérés de-ci de-la pour les enfants et embrassais Heloise avant de prendre la route pour rentrer au refuge comme chaque soir. Ne manquant pas de saluer les Gardes chaleureusement comme a mon habitude et échangeant quelques banalités avec certain, je passais sans mal la première porte de la cité.
En un clin d'oeil je me retrouvais à l'orée du bois, d'ici je n'étais plus qu'a une demi heure de marche mais déjà j'entendais les pensées du dernier arrivé, Aarón un petit garçon aux boucles blondes a qui j'accordais une attention toute particulière depuis son arrivée en catastrophe.
J'accélérai mon pas afin d'arriver au plus vite près de lui. Et c'est en me sautant dans les bras que le garçonnet m’accueillis. La dame en garde me fit part, qu'il vivait très mal mes absences et me fit également remarquer la présence d'un garde qui m'attendait solennellement une missive en main.

Je calais Aarón sur l'une de mes hanche avant de renvoyer le garde et de me pencher sur la lettre. Pour sur c'était une nouvelle mission mais en parcourant les lignes du contenue de la lettre, j'ai la surprise de ne justement rien apprendre sur cette mission. Simplement de me rendre au bureau du Leader.
Mon cœur se mit à battre à tout rompre, et mes mains à trembler, sans que je ne puisse l'expliquer outre le fait que comme a chaque fois que j'étais contrainte de voir Naej, je stressais plus que de raison mais les ordres étaient les ordres et comme promit je m'y plierai.

A contre cœur, je posais le garçonnet a terre lui promettant de revenir bientôt, et en gage de ma parole je lui donnais le collier d'argent accroché depuis toujours a mon cou. "Il te protègera en mon absence" Bien entendu, ça n'était pas vrai, mais il le réconforterai lorsque l'envie de me voir serai trop forte, moi de mon coté je gardais toujours un œil bienveillant sur lui lorsque j'étais dans le camp ainsi que sur ses camarades.

Je m'éloignais sous les yeux tristounets de ma tribu et de celle qui les gardait tandis que mes pensées allaient vagabonder vers celui que je détestais le plus au monde (après Niluom bien entendu)Naej. J'appréhendais de me trouver face à lui même si secrètement sa présence apaisait mon cœur et le manque de lui que j'avais. Mais il en était ainsi, je m'étais fait une raison... Je demeurerais distante encore cette fois là.
Arrivant devant son bureau, mon regard détailla le garde en poste qui empestait la fumée froide a des milles. "Vous devriez ralentir..." lui lançais-je ironiquement un sourire en coin avant que celui ci m'ouvre la porte sans dire mot.

J'entre d'un pas mal assuré, camouflée sous le couvert de la capuche de ma cape mon regard fixe le parquet souhaitant être la plus transparente possible devant les présents qui doivent se trouver là.
Mais je me fige lorsque mes yeux outremer se retrouvent face au visage à découvert de mon Leader. Je jette un rapide coup d’œil dans la pièce, personne! Nous sommes seuls. J'entends la porte claquer dans mon dos, il est trop tard. Mon regard devient froid et noir, je suis encore piégée?!

- Encore une de tes manœuvres? Que me veux-tu?!

En même temps que je prononce mes mots, je me rends compte que les pensées de Naej me parviennent pour la première fois. Je détourne le regard de lui comme si j'étais gêné de la vue que mon esprit avait sur le sien. Il joue a quoi là? Je pourrais dès lors me jeter corps et âme dans son esprit comme un affamé a qui l'on offre un festin mais non habituée a de telles choses avec lui, je ne le fais pas et bloque même l'accès que j'ai à lui momentanément.

- Tu n'as rien oublié de faire avant mon arrivée?
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Mar 1 Nov - 16:09

Dès l’instant où le message était parti, Naej avait senti la peur prendre le dessus sur tout le reste. Comme cela lui était déjà arrivé, il avait été tenté de laisser tomber et de protéger à nouveau son esprit, il trouverait bien une excuse ensuite quand Indis viendrait, ou bien il tenterait malgré tout de s’excuser… il ne savait pas, il ne savait plus. La terreur que lui inspirait la vulnérabilité de son esprit effaçait tout, ses capacités de réflexion étaient sérieusement entravées et il n’arrivait pas à penser correctement. Pour se rassurer, il avait mit son masque, vague rempart contre les intrusions mais pas aussi efficace cependant, d’autant qu’il le savait bien, il lui faudrait le retirer pour qu’Indis puisse atteindre son objectif. Mais pour l’instant cela l’aidait à se calmer.

Assit sur son siège, Naej restait parfaitement immobile, les yeux fermés il se livrait à des exercices de relaxation, destinés à lui faire reprendre le contrôle de lui-même tandis que l’attente se faisait de plus en plus longue. Les heures s’égrainèrent sans que Naej ne bouge un sourcil. Il avait à présent apaisé sa peur et ses pensées volaient ailleurs, dans des cieux bien loin de ceux de Talsinia. Mais le froid commença à la ramener à l’instant présent, dans le lieu où se trouvait son corps. Le feu était effectivement mort, ou presque, car il n’avait pas été alimenté. Naej se leva donc pour aller s’en occuper avant que les dernières braises ne s’éteignent définitivement, mais pour cela il dut retirer son masque, et une fois sa tâche achevée, la peur le reprit tout entier. Ses exercices n’avaient servit à rien et il était trop tard pour recommencer car Indis allait arriver d’un moment à l’autre.

La porte s’ouvrit d’ailleurs une minute à peine après que cette pensée l’ait traversé. Son premier reflexe fut de remettre son masque, mais il se retint au dernier moment, sa main faisant simplement un aller retour vers le masque posé devant lui.
Malgré la peur qui lui tordait le ventre, Naej garda un regard franc et une apparente assurance en lui. Ne jamais montrer sa peur ou ses doutes, c’était la leçon numéro un d’un bon meneur, toujours paraitre sûr de ses choix et de ses actes. Il fut d’ailleurs heureux de constater que la médium était gênée par le levé soudain du voile, il était presque certain qu’elle faisait en sorte de ne pas lire ses pensées et sentit son cœur se gonfler de fierté en voyant son intégrité.

"Bonjour Indis." fit-il d'un ton calme qui ne reflétait pas son agitation intérieure. "Non, je n’ai rien oublié, et il n’y a aucune manœuvre là-dessous."

Rigide dans son fauteuil, Naej ne bougeait pas, ayant trop peur de montrer sa peur, même si elle ne resterait pas longtemps un mystère pour la médium. Les mains plaquées sur la surface de son bureau pour en dissimuler le tremblement, le dos droit, la tête haute, il regardait Indis en attendant que celle-ci ose de nouveau poser les yeux sur lui.

« J’ai une nouvelle mission pour toi et tu es la seule à pouvoir la mener à bien. Je veux que tu accepte mes excuses et me fasse à nouveau confiance comme tu le fais depuis plus de dix ans. Je ne t’ai jamais trompée même si je t’ai dissimulé certaines choses sur moi. Tu es trop importante pour les Libérés (et pour moi pensa-t-il de tout son cœur avant de se rappeler qu’elle risquait d’entendre) pour que je laisse la situation telle qu’elle est. »

Il fit une pause pour prendre de profondes mais discrètes inspirations destinées à calmer les battements frénétiques de son cœur terrorisé par ce que son maître allait faire, laissant penser que c’était pour laisser le temps à Indis de prendre conscience de ce qu’il disait. Ce qui était tout autant le cas finalement.

« Indis, je veux que tu fasses aujourd’hui ce que je ne t’ai jamais laissé faire : que tu lises en moi. »

Avait-il besoin de lui expliquer pourquoi il faisait cela ? Depuis toujours, elle ne pouvait savoir si ce qu’il disait était le reflet de ce qu’il pensait, il s’était caché à elle comme pour tous les autres Libérés avec son masque. Ce n’était pas lui prouver sa confiance que de se comporter ainsi. Agir comme il le faisait, c’était placer sa vie entre ses mains et lui prouver à quel point il avait confiance en elle. Et puis, il réparait une amitié perdue par là même où elle avait été déchirée. La confiance et la libération complète de son don. Il était à présent comme nu devant elle et Indis pouvait faire de lui ce qu’elle voulait.
Bien sûr, confier à Indis tous ses secrets était aussi un risque pour elle car elle devrait prendre les mêmes précautions que lui à partir du moment où elle détiendrait le même savoir que lui.

« Tout ce que je te demande, c’est de garder le secret sur tout ce que tu trouveras, de ne jamais en parler, pas même à moi. Je ne veux pas savoir ce que tu as découvert dans mon esprit. Je te l’offre mais c’est à toi de décider ce que tu vas en faire. »

La peur explosa en lui, désormais tout à fait incontrôlable. Allait-elle choisir de fouiller son esprit dans les moindres recoins ou bien ignorer complètement sa proposition et partir ? Et si elle acceptait de lire dans ses pensées, lui, sentirait-il ce qu’elle voyait ? Il ne savait pas s’il avait envie de le savoir. Et puis, malgré son affirmation quant à son envie de tout lui révéler, il y avait une chose qu’il ne voulait pas qu’elle sache et qu’il avait tenté d’enfouir tout au fond de lui. Mais par expérience, il savait qu’une chose que l’on tente de cacher à un médium était vite repérée et débusquée. Il ne restait plus qu’à placer toute sa confiance en Indis et son savoir faire pour que rien de néfaste n’arrive. Paralysé par la peur qu’il essayait tant bien que mal de refréner, Naej attendait…
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Mer 2 Nov - 13:54

Ma colère de m'être cru piégée disparut instantanément lorsque Naej prononça ses premiers mots et fut curieusement remplacé par un sentiment de peur. Le simple fait de savoir son esprit ouvert volontairement me paralysait, ne sachant pas à quoi m'attendre. Pourquoi me faisait-il ce cadeau là aujourd'hui alors qu'il aurait pu le faire depuis bien longtemps?
Le mot mission me fit froncer les sourcils et c'est timidement que je redressais la tête vers lui tenant au mieux de garder à distance les ressentis qui pourraient me parvenir ainsi que les pensées qu'il pouvait échapper. J'étais trop importante pour les Libérés? Il manquait un bout de parole là, ou de pensée. Car depuis tout ce temps, si ça avait été pour les Libérés, il y a longtemps qu'il m'aurait ouvert les portes de son esprit. C'était donc pour nous qu'il voulait que je l'excuse totalement? Pour nous, pour lui...

Je restais muette comme une carpe devant lui, planté comme un piquet au milieu d'un champ. Je ne savais quoi faire ou quoi dire. Je crois même que des larme perlèrent aux coins de mes yeux tandis que je prenais la toute ampleur de la marque de confiance qu'il me faisait. Ce geste m'alla droit au cœur, lui faisant même manquer un battement. Mais la question qui suivit dans mon esprit après qu'il m'est donné ma mission était, en avait-il réellement envie? Ou était-est ce un geste de désespoir pour me retrouver? Peut être y avait-il des deux...
Je n'en suis pas certaine mais il me semble bien que le temps dans cette pièce s'est encore une fois arrêté. Mais a contrario cette fois, j'ai tout pouvoir sur la situation. J'ai tout pouvoir sur mon Maître qui me parait dès lors aussi fragile qu'un enfant assis devant son bureau d'écolier a attendre que sa maitresse ne l'interroge.
Mais je ne suis ni sa maitresse et il est encore moins mon élève aussi je me sors de cette léthargie qui doit lui sembler une éternité.
Doucement, je m'approche de lui et m’agenouille à ses pieds plongeant mon regard dans le sien. Il n'y a plus de médium, plus de Learder. Il y a simplement moi, et l’homme qu'il est, aussi nu qu'il doit se sentir à l'heure qu'il est devant moi.
Ma main se pose sur la sienne et son tremblement me fait un instant détourner le regard dessus. Il est mort de trouille et j'ai envie de dire, autant que moi je le suis avec cette nouvelle mission. J'ai pour la première fois, peur de ce que je peux trouver ou non. A vrai dire j'ai peur de ne justement pas trouver ce que je cherche.

Mes doigts serrèrent les siens comme pour le réconforter, je ne veux pas lui faire peur. Aussi loin que mes souvenirs remontent, jamais je ne l'ai vu trembler comme une feuille de peur, même lorsqu'il se confiait a moi.
Me mordant la lèvre d'angoisse je réfléchis à toute allure. Et en bonne madeleine que je suis, mon regard embué de larmes se pose de nouveau dans le sien.

- Merci, pour cette marque de confiance. Mais es-tu certain que c'est ce que tu veux réellement?


Cette tinte de bleu où avec plaisir aujourd’hui, je me plonge, je la connais par cœur... Mais seulement maintenant elle me renvoie la réelle image de l’âme de son propriétaire. Ne lui laissant qu'a peine le temps de répondre je poursuis, la voix quelque peu brisée par l'émotion.

- Ce qui me manque le plus, c'est de te connaitre toi. Et là, maintenant c'est cet homme que j'ai devant les yeux.

Je n'y résiste pas ou plus. Ma main libre part en conquête sur son visage que jamais je n'ai eu l'occasion de toucher de cette façon, de toucher avec mon cœur. J'effleure sa joue et laisse mes doigts courir sur son visage jusqu'à son front. Il pourrait alors croire que je lis en lui comme dans un livre ouvert mais il n'en est rien.

- N'aie crainte. Je... Je n'ai pas besoin de lire en toi, pour savoir...

Et me laissant guider par mon instinct, doucement j'abaisse mes barrières mentales, sachant très bien qu'en premier lieu c'est mon don d'empathie qui prendra le dessus. Je tressaille alors que sa peur m' envahie m'obligeant a fermer les yeux un instant, et lorsque je les rouvre je lui fais non de la tête. J'ai ma réponse à la question de tout a l'heure.

- Tu n'es pas prêt... mais...

Le sentiment qui me vient par la suite, tout droit sorti, non pas de son esprit mais directement de son cœur, me fait obligeamment sourire et me taire. Et je reste là, agenouillée à même le sol, aux pieds de mon meneur, une main serrant la sienne, le regard éblouie par son nouveau visage offert et le cœur tout ragaillardit.

Je n'ai pas besoin d'aller fouiller son passé s'il ne le souhaite pas réellement, s'il a peur de cela. Ce que j'ai devant les yeux me suffit. Ce qu'il m'a offert et que je refuse, suffit largement à payer le prix pour regagner ma confiance. Et comme une promesse que je me fais en respect pour son cadeau, jamais je n'irai fouiner dans cet esprit que je chéri tant sans y être invitée, vraiment.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Dim 6 Nov - 9:01

Que faisait-elle à présent ? Que voyait-elle ? Que lisait-elle ? Sa colère s’était envolée rapidement, mais cela ne voulait pas dire qu’elle lui pardonnait, que sa confiance était de nouveau là, que son sentiment d’avoir été trahie avait disparu.
Le silence sembla durer une éternité pour Naej qui attendait que le verdict tombe, qui guettait un signe de la part d’Indis ou dans son esprit pour savoir ce qui se passait en cet instant. Mais rien ne transparait et Naej ne sait quoi penser. Avait-elle aussitôt pénétré les méandres de son esprit et s’était-elle perdue en route ? Pourtant, cela paraissait invraisemblable. Réfléchissait-elle alors, tout simplement ? Naej n’en pouvait plus de ne pas savoir, de ne pas contrôler. Il n’était pas habitué à évoluer dans une telle brume aussi épaisse que de la purée de lutfa en devant faire confiance à un autre pour avancer. Cet autre, c’était Indis, certes, mais cela ne changeait rien au fait qu’il n’était pas le guide et ne contrôlait rien…

Et puis, enfin, le temps sembla reprendre un peu de ses droits. Indis s’avanca vers lui. Son cœur accéléra. Qu'allait-elle faire ? Que faisait-elle ? Elle ne semblait pas en colère, au contraire, elle paraissait emplie d’émotion, ses yeux humides en témoignaient.
Naej ne bougea pas, seul sa tête et ses yeux suivirent la silhouette d’Indis lorsqu’elle passa derrière le bureau pour le rejoindre. Et quand elle lui prit la main, il tressaillit. C’était si inhabituel de la toucher, et encore plus ainsi, tandis qu’ils étaient si proches, si intimes. Dans sa poitrine, son cœur battait à tout rompre sous l’effet conjugué de la peur et de ses sentiments pour la femme qui se tenait là, à genoux devant lui alors qu’elle avait tout pouvoir sur lui. Il avait eut beau faire depuis douze ans il n’avait jamais réussi à occulter ces sentiments, et à présent, il aurait pu essayer autant qu’il l’aurait voulut, il n’aurait pas réussi à cacher à la médium ce qui l’habitait en cet instant. Ce ne fut pas faute de tenter de réprimer autant sa peur que son amour, mais on ne musèle pas l’instinct ainsi, même avec des années et des années de pratique.

Les paroles d’Indis relancèrent les réflexions de Naej et la machine à torture. Posait-elle la question sincèrement ou bien connaissait-elle déjà la réponse et bien plus encore ? Faisait-elle cela pour alléger sa peur et accéder à sa demande de ne rien savoir sur ce qu’elle apprendrait dans son esprit ? Naej savait que ces mots auraient rassurés presque n’importe qui, il avait vu la médium à l’œuvre plus d’une fois et savait qu’elle trouvait toujours les mots justes pour apaiser les cœurs, mais voilà, lui il savait, et cela ne faisait que l’interroger un peu plus. Bien incapable de lui répondre, parfaitement immobile, en proie à des tourments intérieurs qu’il n’avait pas connu depuis une éternité voire même deux, Naej écouta.

Il tressaillit de nouveau quand les doigts d’Indis parcoururent son visage. Elle savait… ? Non il ne fallait pas, elle devait arrêter. Mais toujours figé comme une bête statue de cire, Naej ferma seulement les yeux tandis que les doigts frais remontaient de sa joue à son front, toujours aussi incapable de quoi que ce soit. En y repensant plus tard, il se trouverait sans doute idiot, mais pour l’instant, il se trouvait seulement impuissant.

Non, elle n’avait pas lu dans son esprit, pas encore. Du moins l’affirmait-elle, et quand Naej rouvrit les yeux après que les doigts de la médium se furent arrêtés, il comprit qu’elle disait vrai, car à présent seulement elle le faisait. Son visage changea, de façon légère et presque imperceptible, mais il vit qu’elle avait découvert quelque chose. La seule question tenait en un mot : quoi ? Cependant, il avait dit qu’il ne voulait pas savoir, et ne demanderait donc pas. Qu’elle fasse ce qu’elle avait à faire…

Ses pensées s’interrompirent en même temps que la phrase d’Indis. Le sourire de la médium montrait bien qu’elle avait trouvé quelque chose et Naej n’en pouvait plus, il est au supplice de ne pas savoir, de ne rien pouvoir maitriser. Sa main se resserra sur les doigts d’Indis tandis qu’il s’exprimait difficilement, d’une voix hésitante et tremblante.

« Dis-moi… Je t'en prie... qu'y a-t-il ? »

De cette question, il sentait qu’il avait tous les risques de regretter la réponse. Mais qu’y a-t-il de pire entre le doute et la connaissance ? Il était bien placé pour savoir que parfois, l’un comme l’autre sont tous aussi douloureux.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Dim 6 Nov - 10:29

Naej ne me laisse pas vraiment le temps de me délecter de ma trouvaille que déjà il me demande ce que j'ai trouvé. Mon sourire n'en fini pas de s'élargir devant son regard apeuré et de sa main qui se serre. Moi, je ressentais tant de bonheur que j'en avais mal au ventre.
Il m'avait demandé de ne rien dire, de taire ce que je découvrirai dans son esprit, mais pas dans son cœur...
Ce cadeau était inespéré pour moi qui depuis qu'il m'avait trahis avait découvert mes réels sentiments pour lui. Ça n'était pas le geste du meneur qui m'avait alors blessé, mais bien celui de l'humain, est pour cause?! Je l'aimais tout simplement. Ce jour là j'avais pris une claque mémorable en me rendant compte de la si petite place que j'occupais dans son cœur alors que lui était tout pour moi finalement.

Aujourd'hui, je voyais l'envers de la médaille, je prenais conscience que justement ma place était immense et qu'il s'était laissé perdre par son rôle de Leader.
Sa question perdurant dans mon esprit, mon regard parcourut quelques secondes les courbes de son visage pour finalement se fixer sur ses lèvres closent. Poser ma bouche sur la sienne, voilà ce que j'avais pour toute réponse à sa question. Mon visage s’avança vers le sien, ma main glissa sur sa nuque pour guider son visage au mien afin que ma bouche prenne pitance et lui réponde mais je dus contre mon gré interrompre mon geste dans sa course sachant ce qu'allait en découdre. Pour sur que Naej pu comprendre ce que je voulais faire, il ne pouvait en être autrement et à son tour il put percevoir ma peur. Dans mes gestes devenu tremblants et mon souffle devenant saccadé.

Triste de ne pouvoir m'exprimer en gestes comme je le souhaitais, je baisse le visage a quelques centimètres du sien tandis que mes doigts reviennent se poser comme un baisé sur sa bouche.

- Pardon Naej... Il m'est impossible de te toucher de cette façon sans conséquences.

Je sentis mon cœur se briser en mille morceaux à cet instant en prenant conscience que j'étais encore victime de ce foutu don. Mes sens se voyants troublés par mes gestes dans des moments intimes je ne pouvais rien plus contrôler, les conséquences seraient à l'encontre de ma promesse avec Naej.
A défaut de ne pouvoir lui exprimer par les gestes, ma voix prit le relais comme lorsqu'il me demandait jadis de lui dire ce que je voyais en telle ou telle personne mais cette fois ma voix était presque inaudible paralysée de peur. Il ne s'agissait pas d'un inconnu...

- Je...Je sens... ta peur et ton amour, pour moi... lui répondis-je dans un souffle.

Gardant le visage baissé pour éviter au possible son regard, je priais dieu pour qu'il est une réaction. Pour que sa peur de moi s'envole et pour l'y aider, car je le pouvais mon esprit alla doucement caresser le sien. Il pu entendre ma voix raisonner doucement dans sa tête, le suppliant de ne pas avoir peur de moi. Que quoi qu'il arrive je ne lierai pas ses pensées, que je ressentais simplement ses émotions a l'heure qu'il était.

Qui avait t-il de plus stressant que la peur de l'inconnu? Maintenant mes gestes expliqués j'espérais qu'il allait se détendre un peu et faire preuve d'assurance comme avant afin d'être a mon tour rassurée.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Dim 6 Nov - 10:33

Il avait été habitué toute sa vie à réprimer ses besoins et envies, tout ce que lui voulait passait toujours après les besoins des Libérés. Et pour cela, il aurait du s’écarter d’Indis et l’empêcher d’achever son geste. Mais jamais il n’avait désiré une chose aussi fort qu’en cet instant. Il ne réfléchissait même plus. Son corps obéit docilement quand la main de la femme se glissa derrière sa nuque pour amener son visage à la rencontre du sien. Quelque part, bien loin, tout au fond, une petite voix lui dit qu’il ne devait pas, mais en comparaison des lèvres qui s’approchaient des siennes, des yeux bleus-verts, dans lesquels il aurait pu se noyer tant ils lui faisaient penser à la couleur de l’étang où ses parents l’emmenait jouer l’été quand il était petit, de ce visage qui le suivait partout depuis tant d’années et qu’il aimait tant… en comparaison de tout ça, les Libérés lui paraissaient soudain une préoccupation lointaine, vague, sans importance. Niluom ? Talsinia ? Il ne savait même plus qui ou ce que c’était. Il en avait oublié sa peur, se sentant soudain heureux. Probable même que si on le lui avait demandé il n’aurait pas su dire comment il s’appelait.

Mais Indis suspendit son geste, s’arrêtant à quelques centimètres de son visage. Naej ne comprit pas ce qui se passait, il n’avait qu’une envie, terminer ce qu’elle avait commencé. Mais elle le réveilla et lui rappela qui il était, qui elle était, et la situation, en prononçant le nom qu’il portait pour les Libérés. Ce n’était pas ce qu’il avait le sentiment d’être à ce moment et cela le doucha. Aussitôt, il reprit sa position initiale, reculant pour s’éloigner de la tentation et reprendre ses esprits. Son esprit se remit à fonctionner à toute allure. Sa peur revenait doucement mais elle demeurait en retrait, Naej la maîtrisait à présent car il savait qu’aucune menace ne viendrait d’Indis et que la médium saurait s’en rendre compte si une menace extérieure s’approchait. Le pouvoir du meneur, qu'elle avait invoqué involontairement, reprenait le dessus, il s’en servait pour rester aussi calme qu’il le pouvait, car à présent il était dans une position inconfortable.

Pour lui, à présent, il était impossible de nier ses sentiments pour Indis, elle les avait toujours ignoré car il lui avait refusé l’accès à son esprit, mais il était désormais démasqué. Et elle semblait ressentir la même chose. Un mot de travers pouvait la blesser avec une facilité déconcertante.

Naej tressailli de nouveau en sentant une présence étrangère dans son esprit. Étrangère et pourtant tellement familière. C’était la médium qui se manifestait à sa façon et Naej, une fois la première réaction de peur passée, trouva ce contact plus qu’intime très agréable. Sa promesse lui fit chaud au cœur et il se sentit totalement rassuré. Comment pouvait-il avoir peur d’elle après tout ce qu’elle avait fait pour lui… non, pour les Libérés, c’était pour eux qu’elle avait agit et non pour lui.

« Merci » dit-il, autant pour sa promesse que pour la paix qu’elle venait de lui apporter.

Le calme soudain de son esprit était une renaissance après ces heures de torture à subir les assauts de la peur (même s’il avait réussi à l’éloigner un temps grâce à la méditation). En revanche, il ne dit rien sur ce qu’elle avait dit avant. Il avait relevé bien sûr son incapacité à le toucher si intimement, mais il n’était pas le mieux placé pour l’aider, il ne voulait pas se mêler de ça. Lui n’avait pas de vie privée digne de ce nom mais Indis pouvait encore en avoir une et cela ne le regardait pas. Il avait aussi entendu ce qu’elle avait lu dans son cœur, mais ne voulait pas revenir dessus. Prenant ses deux mains, celle qui était sur ses lèvres encore quelques instants auparavant et celle qu’il tenait déjà, et les réunies dans les siennes, adoptant une attitude amicale et souriante. Oh bien sûr il ne pouvait pas cacher la vérité à Indis, mais il voulait lui montrer que ce qu’il voulait ne comptait pas quand les Libérés pesaient dans la balance. Naej ne s’appartenait pas, il était tout entier aux Libérés. Il avait renoncé à Indis avant même d’avoir su ce qu’il ressentait pour elle, depuis le jour où il s’en était rendu compte, il n’avait eut de cesse d’enterrer ses sentiments au plus profond de lui, ravi qu’elle n’atteigne pas ses pensées pour les découvrir. Une nouvelle distance instaurée entre eux, il pouvait se permettre d’être amical, juste amical, ni plus ni moins, et s’exprima avec gratitude.

« Merci » répéta-t-il « Je vois que j’ai eu raison de placer ma confiance en toi depuis toutes ces années, en pensant que tu étais trop noble pour me trahir comme certains l’ont fait. Je suis désolé de t’avoir fais penser le contraire. »

Tapotant doucement le dos de la main qui se trouvait au dessus, il les rendit à leur propriétaire et se leva de son siège. Il était quelque peu urgent qu’il prenne ses distances vis-à-vis de la médium. Marchant d’un pas maîtrisé pour donner une apparence de calme, il s’éloigna doucement du bureau et marcha le long de la petite pièce. Arrivé aussi loin de la médium qu’il le pouvait sans la vexer, il se retourna et la regarda un court instant en silence.

« Tu as conscience que c’est la dernière fois que je t’offre cette possibilité n’est-ce pas ? A l’avenir tu ne pourras plus jamais accéder à mon esprit. Tu ne le regretteras pas ? »

Naej attendait bien sûr une réponse négative, mais il voulait l’entendre de la bouche d’Indis afin qu’elle-même prenne conscience de cela et se le rappelle dans le futur si jamais des remords la prenaient de ne pas avoir succombé à la curiosité.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Dim 6 Nov - 13:48

Mes mains devenue orphelines de celles de Nil, je restais à genoux, sous le choque d'une telle attitude de la part Naej en me répétant d'inlassable non. Que s'était il donc passé? Ça n'était pas un mirage, lorsque j'ai senti son désir de succomber à l'appel de mes lèvres. Je m'en ferais couper les sens si ce ressenti était faux.
Pour une fois je ne savais plus comment agir, ni quoi penser. De part ma promesse faite plus tôt, je m'étais moi même soustrait les moyens de savoir ce que j'avais fait ou dit, pour que Nil change du tout au tout de comportement.
Il n'avait plus peur à présent mon intervention l'aidant, je le sentais confiant, son pas l'était tandis que je le suivais des yeux à travers mes larmes qui revenaient à l'assaut. Il n'avait peut être tout simplement pas compris.

Bien consciente néanmoins qu'il n'avait pas les même armes que moi pour savoir ce que je ressentais, je ne lui jetais pas la pierre en me mettant en colère. J'étais simplement anéantie par la tristesse de le voir si distant encore une fois avec moi. J'aurai rêvé qu'il me serre comme jamais dans ses bras, ce simple geste aurai suffit a me consoler de mon triste sort de ne pouvoir le toucher.

Sa question me déchira un peu plus le cœur en même temps qu'une grimace de douleur se dessinait malgré moi sur mon visage. Je regrettais déjà ma promesse, ne serait ce que pour savoir ce que j'avais fait. Ou était donc Nil? Je me contrefichais bien du meneur à l'heure qu'il était. Des Libérés, du futur. Depuis toujours je me souciais des autres sans que jamais personne ne se soucis de moi. Il n'y a pas cinq minutes j'ai eu l'audace de penser qu'enfin, Nil me voyait. Qu'il ne voyait plus la médium mais bien la femme. Je ne me trompais pas, je n'ai pas rêvé ces sentiments a mon égard mais lui semblait les éluder.

- Naej...

Ma voix était plaintive comme pour le supplier de bien vouloir me voir encore, de voir l'amour que cachait mes larmes et le mal évident qu'il me faisait. Je me fichais bien d'avoir accès à son esprit ou non dans l'avenir. Secrètement oui, j'espérais qu'avec le temps il n'ait plus besoin de se protéger de moi lorsque nous serions tout les deux... Mais pour l'heure je voulais comprendre pourquoi il remettait soudainement son masque.
Une idée bien précise en tête, je reprends contenance de moi même réussissant a me consoler de la réussite de mon plan et me redresse ne quittant pas son regard bleu des yeux. Je me saisis au passage du masque du Leader posé sur le bureau dont je voue désormais une haine sans égale.

- Le rôle de meneur t'aveugle encore une fois Nil... Comme toujours tu ne veux pas voir ce qui pourtant t'aveugle.

L'idée de balancer le masque dans l'âtre me traversa l'esprit mais je n'en fis rien, détruire n'était pas mon but. Je voulais au contraire construire, construire une vie a laquelle jamais je n'ai pu aspirer jusque maintenant faute que l'on m'en empêche en bloquant mes pouvoirs.
A présent je savais quel sentiment l'animer, je devais simplement lui ouvrir les yeux dessus, et surtout lui ouvrir les yeux sur les miens et là la chose n'allait pas être aisé. L'aimer était une évidence pour moi plus que je le faisais depuis toujours sans même m'en rendre compte, mais savoir que je devais l'aimer de loin, sans même pouvoir le toucher, me tétanisé.
Pendant que je fais les quelques pas qui me sépare de lui, je prends le contrôle de son corps, l'obligeant à rester immobile sagement à sa place. Je n'étais certes pas obligé d'agir ainsi, mais mon geste fut guidé par la peur qu'il me repousse.

Le sachant pertinemment dans l'incapacité de bouger le petit doigt, je m'approche maintenant de lui, réduisant l'espace entre nous, tant que je peux sentir les battements de son cœur. Mon regard, doux et presque amoureux se plonge dans le sien. Je frémis de pouvoir ainsi me perdre dans le bleu de ses yeux et je me fais violence encore pour ne pas réunir nos lèvres.

- Chuuut... Tu ne risques toujours rien Nil...

Durant l'espace d'une seconde j'hésite sur les gestes que je dois accomplir et mon choix se fait finalement de lui même. C'est a moi de lui livrer mes secrets. Je me hisse sur la pointe des pieds jusqu'à se que mon front se trouve face au sien.

- Regardes...

Et dans un soupir visant a me faire trouver un certain calme, je fais toucher nos deux fronts en même temps que je ferme les yeux, libérant par la même l'étendu de mon pouvoir pour lui. Il prend alors mes souvenirs que je tente de lui envoyer dans l'ordre, d'il n'y a pas cinq minute à jusqu’à mon abandon devant la porte de l’orphelinat. Ce ne sont que des images silencieuses mais elles représentent les moments clefs de ma vie. De mes états d'âmes au quotidien. De mon impossibilité de toucher intimement le gens et donc lui. Je n'omets pas bien entendu de lui donner mes sentiments pour lui afin qu'il en prenne la juste mesure avant de rompre le courant. Je reste néanmoins devant lui, serrant le masque entre mes mains pendant que je me remets doucement des efforts fournis. C'est une première pour moi de me livrer ainsi... Mes joues en rougissent d'ailleurs d'être à mon tour à nue devant lui.
Dans un silence presque inquiétant je le défais de mon emprise en même temps que je place son masque dans le creux de sa main.
A présent qu'il le remette son masque, qu'il le remette pour de bon s'il veut ignorer la réalité et nos sentiments.



avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Dim 6 Nov - 15:08

Voir les larmes redoubler et deviner la douleur qu’il y avait derrière chacune, en sachant pertinemment qu’il en était le responsable, fit beaucoup de mal au cœur de l’homme, mais le meneur lui, se tenait toujours droit, rappelant au premier que jamais il ne pourrait y avoir quoi que ce soit entre eux. Une amitié sincère et profonde était la seule chose qu’il était autorisé à lui donner, et encore, selon certains, cela n’aurait pas dû être le cas. L'appel désespéré d'Indis ne changea rien et Naej s’astreignit douloureusement à l’immobilité pour ne pas y répondre.

Toujours silencieux et immobile, il la regarda se relever, s’emparer de son masque et éluder totalement la question qu’il venait de lui poser. D’autant qu’elle se trompait. Oh que si il voyait, depuis des années il voyait, il savait, il sentait, la seule chose c’est qu’il ne pouvait pas. Naej n’était pas un homme, il était l’instrument des Libérés, il personnifiait leur but et leurs valeurs, Naej ne pouvait pas aimer tout comme il ne pouvait appartenir à personne, et Nil s’était donné à Naej depuis longtemps. Quelles que furent les illusions qu’il s’était faites en voyant le visage d'Indis s’approcher du sien quelques minutes auparavant, Naej ne pouvait pas se donner à elle. Il voulut lui répondre mais le temps qu’il trouve les mots justes qui ne blesseraient pas la femme, son corps ne lui répondait plus. Il était resté trop longtemps immobile et figé comme une statue, à présent il y était forcé par son pouvoir.

La colère l’envahi tout entier, brûlante et soudaine, tout autant que brève. Il s’était exposé lui-même au pouvoir de la médium afin qu’elle décide d’elle-même, il ne pouvait la blâmer, d’autant qu’il comprenait ses raisons, il venait de lui échapper, elle voulait s’assurer qu’il ne le ferait pas à nouveau. La peur refit son apparition, car cette fois ce n’était pas seulement un sentiment, il était bel et bien impuissant face à la médium qui approchait. Il avait peur parce qu’il ne pouvait rien faire mais il avait peur aussi de ce qu’elle allait faire. A quel point comptait-elle profiter de la situation ? Savait-elle seulement ce qu’elle faisait ? Naej ne voulait pas qu’elle franchisse le pas de trop, elle allait leur faire du mal à tous les deux, il fallait qu’elle comprenne. Il ne pouvait pas ! Et pourtant, quand son cœur se serra au point de lui faire mal, il sut qu'il ne désirait rien de plus que cela.

A l’intérieur de lui, un combat sans merci se livrait entre l’homme et l’idée, tandis que l’objet de leur conflit s’approchait du corps qu’ils partageaient. La voyant si proche, Naej craignit qu’elle ne mette fin au combat à sa façon et Nil espérait qu’elle le ferait car il en serait alors vainqueur. Même si Naej reviendrait par la suite pour reprendre la guerre, Indis assurait la victoire de la bataille à l’homme. Mais elle ne le fit pas. Au lieu de franchir le pas qu'elle n'avait pas osé franchir quelques instants auparavant, elle lui parla doucement, d'une voix qui l'aurait fait frémir s'il n'avait été immobilisé, elle avait une façon de prononcer son nom si différente de d'habitude... mais elle vint seulement poser son front contre le sien. Il n'eut pas le temps de comprendre ce qu'elle faisait car soudain, il fut emporté ailleurs, dans des souvenirs qui n’étaient pas les siens.

Le temps s’écoula à rebours. Il se revit nettement il y a cinq minutes, sentant son propre amour et celui de l’homme assit dans le siège, d’abord paralysé par sa peur puis l’appelant de tout son cœur, mais cette fichue incapacité à toucher intimement quiconque l’empêcha de l’embrasser comme il en avait eut l’intention, et la fuite de l’être aimé qui lui brisa le cœur. Le souvenir tout aussi net, trois mois auparavant, dans cette même pièce, en compagnie d’une jeune femme inconnue qui semblait avoir toute la confiance du meneur et de cette Niluom abhorrée. La trahison de Naej dont il croyait avoir la confiance, mais non, et cela faisait si mal de s'en rendre compte… Les souvenirs devinrent plus flous au fur et à mesure que le temps s’écoulait à l’envers. Il y eut des arrivées d’enfants amenés par la fille damnée, des enfants devenus des adultes forts grâce à lui, il se vit la première fois qu’il fut gêné par son don pour toucher un garçon. Il revit le meneur lui enseigner à maîtriser son don à la perfection et lui parler de lui, et ce jour où on était venu le lui enlever sans qu’il comprenne pourquoi par la suite il avait été si distant (plus tard il avait fait le rapprochement et comprit que l’ancien meneur était mort ce jour là) avant de lui revenir, différent mais fondamentalement le même. Et puis il y eut des souvenirs plus flous encore. L’orphelinat avec les autres enfants et ce jour fatidique où il avait découvert le visage de sa mère et de ses frères.

Le flot d’images s’apaisa sur une dernière information, l’une des plus puissantes : la force des sentiments qu’Indis éprouvait pour l’homme qui était là devant elle mais refusait de la prendre dans ses bras.

Nil reprit pied dans le temps présent. Il se sentait secoué de l’intérieur, il avait l’impression que, sans le pouvoir de la médium qui le tenait toujours prisonnier, il se serait écroulé par terre, ses jambes ne le portant plus.

Il reprenait ses esprits lorsqu’il sentit l’emprise de la médium se desserrer tandis qu’elle plaçait son masque entre ses mains. Le mettre aurait de nouveau protégé son esprit contre les intrusions de la médium mais il aurait aussi irrémédiablement blessé la femme. Nil regarda l’objet un court instant, se demandant bien pourquoi elle le lui avait donné, pour lui laisser une chance de s’échapper sans doute. Il n’y avait aucun endroit où le poser à côté d’eux et il voulait avoir les mains libres, alors il le laissa simplement tomber par terre et prit Indis dans ses bras. Il la serra aussi fort qu’elle l’avait désiré mais pas comme elle l’avait voulut. Naej comme Nil avait une affection toute particulière pour Indis et aucunes des deux facettes ne voulait laisser cette demande sans réponse. Naej serra la femme contre son cœur en espérant lui montrer à quel point lui aussi l’aimait et que ne pouvoir se donner à elle ne voulait pas dire qu’il ne pouvait lui donner de son affection, de son temps, de son attention. Il voulait lui dire qu'il était encore là pour elle même s'il ne pouvait pas répondre à ses attentes. Ses questions en revanche pouvaient en trouver, du moins, certaines le pouvaient si il le décidait.

« Faustine est ma sœur, seulement ma sœur. Et comme toi j’ai été adopté lorsque j’étais enfant, comme toi j’ai découvert tardivement qui étaient mes parents selon la nature, mais pas selon mon cœur. »

Naej n’en livra pas plus, il ne le ferait pas. Il avait ressenti le besoin de partager un peu de lui, de se justifier de sa proximité avec sa petite sœur, même si au fond cela ne changerait rien... mais il ne pouvait pas livrer toute son histoire. Parler de lui et révéler qui il était, c'était trop lui demander.

Desserrant son étreinte, il prit Indis par les épaules pour l’écarter un peu de lui et la regarder dans les yeux. Il essuya les larmes qui mouillaient encore les joues de la femme en tentant de lui sourire d’un air rassurant et, après une courte hésitation, il franchit le pas et l’embrassa sur le front, ses lèvres s'attardant à peine plus que nécessaire. C’est là le seul baiser qu’il ne pourrait jamais lui donner. Et cela lui faisait tout aussi mal qu'à elle.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Dim 6 Nov - 15:51

Je retiens ma respiration le temps de voir Nil reprendre ses esprits, j’appréhende un peu des représailles après ce que je viens de faire. Ce serai bien légitime qu'il laisse éclater sa colère que javais senti un peu plus tôt.
Mais il n'en est rien... un son mat de quelque chose tombant sur le sol parvient a mes oreilles et j'ai a peine le temps de faire le rapprochement avec le masque que Naej, m’entoure de ses bras.
Immédiatement, mes bras l'entourent a leur tour et mon visage se niche dans son cou. J'attendais ce moment depuis bien trop longtemps pour ne pas maintenant me délecter de la saveur de chaque seconde. Ses bras protecteur autour de moi valaient toute les protections du monde, son corps blottis contre le mien était comme un cadeau comparable a une merveille du monde. Toutes mes armes étaient baissées mais je n'en avais que faire et n'écoutais guerre ce que je pouvais bien entendre. Seul Nil comptait.

Les paroles qu'il me confia raisonnèrent dans ma tête jusqu’à ce que j'en comprenne le sens et fasse le rapprochement. Lors de nos présentations, c'était cela qu'il avait failli échapper, et voilà aussi pourquoi il ne voulait pas que je lise en elle. J'aurai alors eut bien des souvenirs de Nil grâce a ceux de Faustine... Leurs pas enfantins ayant été guidé par les mêmes parents.

Rassurée plus que je ne l'aurais pensé, je me détachais de Nil à contre cœur et relevais mon regard dans le sien. Qu'allait il faire? Je surpris mon cœur à commencer à battre la chamane, espérant qu'il fasse ce que j'attendais depuis toujours. Mais lorsqu'il déposa ses lèvres sur mon front, ce ne fut pas que de la déception et soulagement qui envahie alors mon corps. Je fermais les yeux pour accueillir son baiser en même temps que je prenais de lui des images silencieuses. Je du serrer les dents pour n'en montrer rien, ce baiser aussi anodin qu'il en paraissait, était tant chargé d'amour qu'il m'en déstabilisait. J'imaginais alors les dégâts que causerai un vrai baiser...

Tout autant silencieuse que moi, une larme roula une nouvelle fois sur ma joue bien malgré moi. Je restais dans un état léthargique le regard fixé sur un point inexistant alors que mon esprit allait chercher ce que j'avais entendu plus tôt. Il était la pour moi... Mais moi je ne pouvais me contenter de ce si peu.
J'avais tant de bonheur a donner que j'en avais mal au ventre. Je ne pouvais me contenter d'une relation vivoté. Superficielle. Avec Nil ou d'autres.

Toujours le regard dans le vague, mes lèvres s'entrouvrir comme pour parler. Aucun son en sorti au début, jusqu’à ce que je me fasse violence et tourne le regard vers Nil.

- Comment fais-tu pour ne pas que je puisse entendre tes pensées?... Donnes moi au moins cette clef si tu peux m'en donner d'autres...
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Dim 6 Nov - 17:10

Son geste semblait avoir perdu Indis. Naej la regardait mais elle ne semblait plus le voir, son esprit avait l’air d’être perdu ailleurs. Encore une fois il se demanda à quoi elle pouvait bien penser. C’était frustrant. D’un autre côté, cela valait sans doute mieux qu’il ignorât la teneur des songes d’Indis. Son immobilité et son mutisme lui permirent de reprendre complètement la maîtrise de son esprit et, lorsqu’elle retrouva la parole, il était en pleine possession de ses capacités. Ce qui ne l’empêcha pas de ne savoir quoi répondre. Devait-il lui révéler ce mystère ? Il n’en avait jamais rien fait jusque là, laissant penser à la médium que l’esprit de Naej était naturellement immunisé contre son pouvoir, mais à présent le masque était levé, il n’y avait plus de raison de garder le mystère. Il pouvait bien accéder à sa demande, c’était la moindre des choses, d’autant que cela pouvait également être la réponse à ce problème qui lui pesait depuis toujours, depuis l’éveil de son don et que lui ignorait, même si ce n’était pas sans conséquences.

Naej se baissa pour ramasser son masque et le montrer à la médium.

« Il est l’une des protections que j’utilise pour protéger mon esprit des intrusions. Quand je le porte les médiums mais aussi les devins et les chamans, les vrais s’entend, sont tenus en échec. Mais ce n’est pas mon unique protection. »

Il contourna Indis pour regagner son bureau où il posa le masque.

« Contre un pouvoir aussi puissant que le tien, il ne suffit pas. Si tu le voulais, tu pourrais percer sa protection. C’est pourquoi mon esprit est en permanence sous l’effet de ceci. »

Tandis qu’il parlait, il avait ouvert le deuxième tiroir de son bureau et en avait sorti une petite bourse en cuir qu’il montra à Indis.

« Cette herbe a la propriété de couper tout les pouvoirs. Je la fume régulièrement et toujours lorsque je dois te voir, ainsi ton don n’a aucune prise sur moi. »

Il eut ce regard d’excuse qu’il avait pour elle chaque fois qu’il savait qu’elle se demandait pourquoi elle ne pouvait agir. Il fallait dire que depuis douze ans il lui cachait ce détail pas du tout anodin, elle pouvait le prendre très mal. Mais au point où il en était, autant tout avouer. Ainsi il continua sur sa lancée.

« Lorsque je t’ai présenté Faustine, j’ai mis un peu de cette herbe dans le feu et c’est la fumée qui en a résulté qui a bloqué ton don. »

Préférant ne pas laisser le temps à la médium de protester avant qu’il n’ait pu terminer, il posa la bourse sur le bureau et la poussa vers Indis.

« Tiens, je te la donne. Elle pourra t’aider dans les moments où ton don devient un problème. Je te conseille de simplement en respirer la fumée, ce qui t’accordera un répit d’une heure ou deux selon la quantité de fumée inhalée. Il vaut mieux que tu ne la fume pas directement car cela provoque une forte addiction au bout de seulement quelques prises, et ton don risquerait de subir de sévères effets secondaires. »

Cette addiction, il la connaissait bien et la subissait depuis qu’il était sorti de sa méditation, mais il avait eut bien autre chose à penser depuis et n’en souffrait pas trop pour le moment, d’autant qu’il s’était astreint à des prises fixes dans le temps afin de se réguler lui-même. Il avait connu quelqu’un, quelques années auparavant, dont la dépendance était si forte qu’il fumait presque sans discontinuer du matin jusqu’au soir. Il n’était pas beau à voir lorsque son herbe venait à manquer.

A présent immobile, Naej attendait la réaction d’Indis. Essayant de ne pas penser à l’utilisation qu’elle ferait de l’herbe qu’il venait de lui donner afin de ne pas se faire souffrir inutilement, il se demandait comment la médium allait prendre cette révélation. Mais après tout, elle avait demandé à savoir, c’est donc qu’elle pouvait entendre ce qu’il lui répondrait.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Dim 6 Nov - 18:39

Mon désir de faire flamber le masque n'était donc pas anodin. Mon instinct me l'avait dicté mais ma raison m'en avait empêché. Pour sur que j'aurai fait une belle boulette en le transformant en tas de cendres, Naej m'en aurait certainement voulu.
Je le suis du regard tandis qu'il rejoint son bureau et m'approche finalement un peu tout en ne perdant pas un seul de ses mots.
C'est donc cela son secret? De l'herbe! Moi qui pensais bêtement que son esprit et celui de Niluom était simplement immunisé contre les intrusions. Qu'ils avaient comme une sorte d’antidote naturel, ou une malformation. Pff foutaise!

Le jour de ma rencontre avec Faustine j'avais bien remarqué la fumée et l'avais soupçonné d’être la responsable de la perte de mon don. Mais trop préoccupée je n'y avais pas prêté plus d'attention par la suite. Je hoche la tête en signe de compréhension des mots qu'il me dit et me saisis de la bourse de cuir.

- Merci...

Je n'ai pas d'autre mot pour le moment que ce simple merci. J'avoue que même si j'ai demandé a savoir, il est difficile d'entendre la vérité. Depuis toutes ces années, Naej bloquait volontairement son esprit pour ne pas que j'y entre. J'imagine qu'il en est de même pour Niluom. C'est un peu comme si depuis toujours, j'étais un méchant loup, dont il fallait se protéger, alors que moi, je donnais tout sans condition...
Bourse en main, je l'ouvre pour pouvoir toucher les herbes que je caresse du bout du doigt avant d’approcher mon visage pour en sentir l'odeur. Le parfum qui s'en dégage me fait un peu tordre le nez et reculer la tête.
J'adresse un petit sourire a Nil, qui m'observe et enfile la bourse de cuir dans la poche gauche de ma cape.
Les mots qui venaient de prononcer viennent faire tilt brusquement dans ma tête. Lorsque ton don devient un problème. Et justement aujourd'hui il est un problème.
Mon regard se tourne un instant sur le feu de cheminée, il me suffirait que d'un seul geste. Je pose un regard désolée sur Nil en même temps que ma main ressorte de ma poche renfermant un peu d'herbe.

- Pardon Nil mais...

Et je jette les herbes sur le feu dans un geste plein d'espoir tandis que la trouille me submerge et me force à fermer les yeux attendant que les premières volutes de fumée m'atteignent. J'ai peine à croire qu'aujourd'hui je me retire moi même mes pouvoirs mais c'est pour une bonne cause que j'affronte la peur de l'inconnu.
L'air enfumé s'engouffre dans mes poumons et je sens dès lors les liens sur l'autre monde se fermer à moi, je souris imperceptiblement et rouvre les yeux sur Nil, sur lequel sans plus attendre je me jette.
Mes mains prennent pour cible son visage, que j'encadre avant d'unir nos lèvres pour de bon cette fois. Tant pis s'il me repousse mais j'aurai au moins une fois pris mon du et je savourerai ce moment unique jusqu'à la dernière miette qu'il voudra bien me laisser.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Lun 7 Nov - 7:41

Avec soulagement, Naej vit Indis prendre son “cadeau” en lui disant simplement merci. Pas de cris, d’accusation, de reproches. Seulement “merci”. Il s’efforça de ne pas penser à l’heureux chanceux qui allait profiter de la nouvelle capacité de la médium à pouvoir devenir intime avec un homme, en vain. Le visage était flou, tantôt entouré d’une longue tignasse brune, tantôt souligné de cheveux blonds, parfois jeune, parfois plus âgé, mais une chose demeurait : le sourire moqueur que celui-ci affichait lorsqu’il le rencontrait pour la première fois. Nil ne savait pas qui serait cet homme mais il le détestait déjà, en espérant pourtant qu’il ferait le bonheur d’Indis. Il n’imagina pas un instant que la femme agirait comme elle allait le faire. Il l’avait repoussée et pensait que cela avait suffit à faire comprendre à Indis qu’il n’y avait rien à espérer de lui.

Lorsqu’elle s’excusa avant de lancer les herbes dans la cheminée, il ne comprit pas tout de suite ce qu’elle faisait. Etait-ce pour lui qu’elle avait fait cela, parce qu’elle savait combien il se sentait exposé avec son esprit à découvert ? Non, ce n’était pas cela, à la vue de son comportement une fois que la fumée commença à investir la pièce, elle avait fait cela pour elle. Naej ne comprenait plus rien. Il attendit qu’elle rouvre les yeux pour lui demander ce qu’elle faisait, mais lorsqu’il vit réapparaitre les deux petits lacs de ses prunelles, elle ne lui laissa pas le temps de quoi que ce soit. Avec une vivacité qui le surprit, elle se jeta sur lui et il comprit trop tard ce qu’elle faisait. Il tenta de s’échapper, lui dire non, qu’il ne fallait pas, qu’elle ne devait pas, mais à peine eut-il fait un pas en arrière qu’elle s’était déjà emparée de sa bouche.

Naej leva les mains pour l’écarter de lui et mettre fin à ce baiser volé, mais à peine ébauché, son geste fut suspendu. Au lieu de se poser sur l'épaule d’Indis, sa main se glissa dans la nuque de la femme tandis que ses lèvres répondaient avec une passion insoupçonnée à celles qui étaient venues les chercher.

Depuis douze ans, Nil avait tue ses sentiments, les avait enfouis au plus profond de lui, conscient de leur présence mais également de l’impossibilité d’y succomber. Il en avait toujours conscience, mais en cet instant, le désir de tenir Indis dans ses bras encore et encore était bien trop fort pour qu’il songe même à y renoncer. Il n’en revenait même pas d’avoir renoncer à cela pendant si longtemps. Sa deuxième main rejoignit la première et s’enfonça dans la chevelure rousse, avide, comme s'il voulait la posséder entièrement, autant qu'il voulait se fondre en elle.

C’était cela le monde merveilleux que l’Unique promettait ? Si ça ne l’était pas, Nil n’en voulait plus de ces merveilles promises par le culte lunive dans ce cas. En cet instant il n’imaginait pas que quoi que ce soit puisse être meilleur que ce moment. Il aurait voulu qu’il dure éternellement, que cela ne s’arrête jamais.

Pourtant, désespérément raisonnable, Naej fini par reprendre le dessus sur ses désirs et, le souffle court, réussi à se détacher des lèvres d’Indis. Cet effort fut si difficile qu’il dut tenir le visage de la femme entre ses mains pour être sûr de la maintenir à distance.

« Non, il ne faut pas... je ne peux pas… » dit-il douloureusement, les mots ayant le plus grand mal à sortir de sa bouche.

Pour la première fois depuis qu’il avait prit la tête des Libérés, l’homme regrettait de ne pas avoir refusé cette responsabilité lorsqu’on la lui avait donnée. Pour la première fois depuis ce jour il désirait quelque chose plus fort que le bien de Talsinia. Et c’était précisément pour cela qu’il devait y renoncer.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Indis le Lun 7 Nov - 10:45

Je sens des larmes douloureuses me monter aux yeux alors que les premiers gestes de Nil tentent de me repousser. Mais lorsque je sens ceux ci m'agripper afin de me rendre mon baiser, c'est mon être entier qui s'enflamme. Je happe avidement sa bouche étouffant des sanglots d'un bonheur parfait en priant l'unique de suspendre le temps. Je peux enfin toucher sans conséquence. Je peux sentir sous mes doigts la chaleur et le grain de sa peau se pâmer d’innombrables frissons alors que nos cœurs peuvent enfin battre à tout rompre d'amour dans nos poitrines. Mes mains s'engouffrent dans sa chevelure tandis que je me repais du gout incomparable de la saveur de ses lèvres. Et j'en viens à espérer que Dieu me prive de mes pouvoirs afin que plus jamais je ne sois privé de ce bonheur que j'ai tant attendu.

Mais Nil revient à la raison, encadre à son tour mon visage pour l'écarter du sien afin de mettre fin à notre baiser aussi délectable était-il. Mon regard à présent voilé d'un désir insoupçonné devient implorant pour lui mendier encore un peu de cette saveur délicieuse que sa bouche m'offrait. Mais telle une mélopée funèbre ses mots viennent briser mon cœur. Je ressens pourtant parfaitement dans le ton de sa voix la douleur qu'il ressent à me dire cela. Pourquoi être, et rester sage? Je refuse de l'entendre dire que le "nous" reste impossible.

- Je t'en supplie...

Je tente de forcer les barrières de ses mains qui me tiennent prisonnière et m’empêchent d'unir encore nos lèvres, mais en vain. Je ne fais plus le poids à présent face à lui sans mes pouvoirs, lui ayant l'avantage de la force physique. Il ne me reste que ma verve pour l'entrainer vers le bonheur maintenant éveillé qui nous tend les bras, pour si peu qu'il en veuille bien ne serait ce qu'une goutte parmi l'océan que l'on pourrait avoir.
Déçue de voir qu'il me repousse et me tient à distance, j'accroche son regard du mien. Je veux qu'il s'y noie afin que je puisse mieux le sauver. Une de mes mains passe sur sa joue et va s'agripper au tissus de son vêtement, que je serre tant je désire l'homme qui se trouve dedans.

- Demandes moi de te partager mais par pitié... Pas de vivre encore sans toi.

J'en perdrai pour sure mon âme. - Ne crois-tu pas que nous seront plus fort d'être à deux? Ne crois-tu pas que ton amour me rendra plus efficace pour les Libérés et que le mien te donnera l'équivalent?. Je t'en supplie Nil, laisses moi t'appartenir...juste, de temps en temps...

Je m'en accommoderai et je savourerai chaque nuit passée à ses cotés aussi rares seront-elle.
Bon Dieu que l'amour peut être douloureux lorsqu'il n'est pas libre de s'étendre à l'infini. Tandis que mes joues s’inondent encore et encore mes nerfs viennent malgré moi à me lâcher tant ma douleur de le perdre est forte. Le silence qu'entend mon esprit aidant également à cela. Et je me surprends à le brutaliser de ma frêle force, en tirant sur son vêtement comme pour le faire venir à la réalité tandis que le son de ma voix monte dans les tons.

- Ton cœur est assez grand pour Talsinia et moi!
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Nil Ol'Shullan le Lun 7 Nov - 18:50

Naej tenait fermement le visage d’Indis entre ses mains. Il tint bon devant sa supplique et devant sa détermination à vouloir prendre de nouveau ses lèvres par la force. Lorsqu’il le fallait, Naej était capable d’être un monstre inhumain, capable d’oublier ses propres désirs. Là pourtant, il n’aurait pas fallut grand-chose pour qu’il cède, l’homme sentait ses limites atteintes ou non loin de l’être. Le regard hypnotisant de la médium qui accrochait le sien, et la main qui saisissait son col, cela faillit bien le faire lâcher son étreinte et laisser ce visage aimé entre tous approcher le sien, ou bien aller le chercher lui-même. Nil ne désirait rien de plus en cet instant que d’unir son destin à celui d’Indis, mais il s’était lui-même emprisonné. Il était captif d’une prison que les Libérés nommaient Naej et suivaient les yeux fermés, cette entrave lui imposait la distance avec tous les êtres humains.

Le discours d’Indis ne changea pas grand-chose. Il le connaissait. Combien de fois avait-il entendu dire qu’à deux on est plus fort et que l’amour donne des ailes ? C’était sans aucun doute vrai pour les autres mais pour lui aimer était une faiblesse qu’il ne pouvait se permettre. Aimer, pour Naej, cela voulait dire ouvrir une brèche tellement facile à exploiter dans ses défenses. Bien sûr sa famille était déjà une faiblesse, mais il avait fait en sorte de la protéger afin qu’elle ne soit pas une menace pour lui. Indis, elle, serait exposée à tous les regards et même si elle n’était pas sans défenses, Naej craignait trop les retombées qu’une telle relation risquait d’engendrer.

Désespérément raisonnable quand la situation appelait à simplement laisser parler ses sentiments, Naej écarta Indis de lui. Avec un calme inhumain, il saisit le poignet de la femme et tenta de la faire lâcher prise. Son autre main, agrippée à ses cheveux, lui était inaccessible et maltraitait sa chevelure. Mais il tenta en vainc de ne rien laisser paraître, un exercice tellement habituel pour lui que cela en était devenu naturel, pourtant là il savait que sa douleur, autant physique que mentale, paraissait sur son visage et il n‘arrivait pas à la dissimuler. La voix d’Indis déraillait dangereusement dans les aigus, telle une petite fille dont le caprice n’est pas comblé, elle commençait à crier, sans doute sans s’en rendre compte. Et quel caprice…

« Lâche-moi s’il te plait, tu me fais mal. »

Il tira de nouveau sur les mains de la femme mais ne parvint qu’à se faire mal sans qu’elle ne lâche prise. Tâchant de rester calme au moins en apparence, Naej prit plusieurs inspirations pour tenter d’apaiser le tourbillon qui virevoltait en lui entre tristesse et désespoir.

« S'il te plait » supplia-t-il à son tour « s’il te plait écoute-moi. »

C’était tellement dur, il aurait aimé que les choses se passent autrement, que tout ça n’arrive pas. Mais c’était arrivé, et maintenant il fallait gérer la situation afin que cela n’entache pas leurs collaborations futures.

« Ecoute… je… je ne peux pas t’appartenir, je ne peux appartenir à personne. Naej représente tous les espoirs des Libérés, leur idéal, et une idée n’appartient à personne tout comme personne ne lui appartient, elle n’a pas d’existence propre. Tu comprends ? » il réalisa à cet instant qu’il n’aurait pu parler plus juste. Depuis toujours, Nil n’avait jamais eut d’existence réelle… néanmoins, ce n’était pas le moment de se lamenter, il devait tenir le coup au moins pour le moment, il aurait tout le temps de se lamenter ensuite. « Pour moi, Talsinia doit passer avant tout, et avec toi ce ne serait plus le cas, ce serait tellement facile d’oublier que tant de monde compte sur moi quand tu es là. Et quand bien même je parviendrais à ne pas oublier mon rôle, quelle vie pourrais-je t’offrir ? J’aurais si peu de temps et je ne pourrais même pas dire à quiconque ce qui nous uni, de peur de donner une arme puissante contre nous tous, car détruire Naej c’est condamner la totalité des Libérés à se cacher toute leur vie ou à fuir Talsinia, à moins qu’ils ne soient fais prisonniers. Naej n’est pas plus fort s’il aime, au contraire, il est affaibli. Et tu sais que je me suis donné à lui pour toujours. »

Sa voix, comme son regard, s’était faite implorante, suppliant Indis de comprendre. Ce n’était pas contre elle, c’était pour Talsinia, qu’il faisait son choix.

« Oui il y a assez de place dans mon cœur pour y mettre tout Talsinia, ma famille et toi, et je serai toujours là pour toi comme je suis là pour tous les Libérés qui demandent mon aide, mais je ne peux pas m’accorder une telle faiblesse. » conclut-il d’une voix éteinte.

Il était heureux qu’Indis ne puisse plus entendre ses pensées, car alors elle aurait été assourdie par son cri d’impuissance. C’était tellement plus simple quand la médium ne savait rien des sentiments qui l’habitaient et qu’elle ne donnait pas le moindre signe d’éprouver la même chose. Quant au visage baigné de larmes, il lui fendait le cœur, mais il résista, sans même savoir où il en trouvait la force, à l’envie qu’il avait de la consoler.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Garder l'esprit ouvert

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum