Retour à la maison

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Ven 21 Oct - 8:18

16eme jour du troisième mois de printemps 1139

Nil était heureux. Pour la première fois depuis des mois, un événement bénéfique se produisait pour les Libérés. Même si elle était encore faible, la médium la plus puissante de Talsinia retrouvait le chemin de sa demeure. Toute la communauté apprécierait la nouvelle.

Il en était à qui cette nouvelle avait déjà fait son effet. Les enfants des Libérés avaient appris qu'Indis serait bientôt de retour. On leur avait demandé d'être très gentils avec elle, et surtout de ne pas la bousculer, mais ces conseils, Nil ne se faisait pas d'illusions, seraient vite oublié lorsque la jeune femme le rejoindrait.

Pour l'heure, Indis rejoignait seulement sa chambre. Nil et Dewey l'accompagnaient pour porter ses affaires. La malade avait reçu l'aval de Karl Ol'Shullan la veille pour rentrer chez elle, enfin. Nil devait bien avouer qu'il était un peu déçu qu'elle ne soit plus aussi proche de lui. D'un autre côté, il était bien trop heureux que la jeune femme soit enfin guérie. Quoi que toujours diminuée elle était maintenant capable de tenir debout toute seule, et surtout de rester consciente.

Le souvenir de la mystérieuse maladie était encore bien vivace dans l'esprit de Nil, son inquiétude pour elle en témoignait. Il avait eut si peur de la perdre. Il s'en était voulu et s'en voulait encore de lui avoir demandé autant. C'était sans doute parce qu'il l'avait poussée à trop demander à son don que la médium était tombée malade.

En ouvrant la porte de la chambre d'Indis, Nil se dit qu'il tournait une nouvelle page de leur histoire. De l'Histoire tout court, même, car la fin de cette maladie n'était que le point final à tout un chapitre douloureux.

- Bon retour chez toi, déclara-t-il avec un large sourire qui ne laissait rien paraître de tout ce qui agitait son esprit.

Encore une fois, il était heureux que ses pensée soient inaccessibles pour la médium. Il n'aurait pas aimé qu'elle lise toute l'inquiétude de son esprit. Dewey, quant à lui, posa les paquets qu'il avait dans les bras à côté de la porte et Nil lui signifia qu'il pouvait s'en aller.

- Veux-tu de l'aide pour déballer tout ça ou préfère-tu que je te laisse tranquille ?

Nil désigna la montagne de paquets que Dewey venait d'abandonner. Il y avait dans tout cela tellement de cadeaux qu'Indis était repartis de la villa avec quatre fois plus d'affaires qu'elle n'avait en arrivant.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Ven 21 Oct - 15:06

-Demeure des Ol'Shullan-

Enfin ce jour tant attendu était venu! Je rentrai chez moi mais surtout j'allais retrouver ma place. Celle de médium auprès des miens. Je ne serai plus la convalescente fragile qu'il fallait à tout prix entourer de coton, dans ce cocon. Dans cette maison trop grande, trop brillante de choses et d'autres, trop décorée d'affaires futiles. Trop luxurieuse pour être la mienne. Et trop pleine de vide. Tant par les sons qui y raisonnait que par les pensées que j'y percevais. Nil avait su y faire le vide total en faisant respirer a chacun sa satanée légiane.
Un sourire accroché aux lèvres je bouclais mes paquets avec en tête le visage rayonnants des enfants.  J'embrassais chaleureusement les propriétaires, les remerciant de leurs attentions à mon égard avant de prendre le chemin du refuge, accompagné bien entendu de Nil entre autre.  

Je redécouvrais le monde, les couleurs de l'été qui s’annonçait mais surtout les pensées des Talsiniens. Leurs préoccupations et leurs inquiétudes futiles. J'avais été tenue informée de ce qu'il s'était tramé pendant ma léthargie, Nil m'avait fait quelques rapports, rapide. Je constatais qu'il ne s'était pas non plus attardé sur les détails. Certains me coupaient le souffle littéralement... J'avais bel et bien manqué un épisode. J'avais manqué à tous mes devoirs et cela me mettais hors de moi. J'étais heureuse de rentrée mais je rentrais frustrée.


****


Je retrouvais avec ravissement ma chambre. Quelqu'un y était venu faire le ménage, le lit était fait au carré, la poussière faite et il flottait dans la pièce un agréable parfum frais de lessive. Je posais mon bagage à main près de mon lit et m’asseyais sur celui ci en soupirant d'aise. Je pensais déjà à reprendre mon travail avec Eloisse puis avec tout ce qu'il s'était passé les âmes égarées ne devaient pas manquer. Je m'amusa un instant à me concentrer sur les pensées environnante lorsqu'un 'bienvenu' d'une voix familière m'interrompit. Je lui rendis son sourire en lui soufflant un merci. Je posais mon regard dans la direction qu'il m'indiquait et haussais les épaules. Il y en avait beaucoup en effet. Trop pour une seule personne mais j'étais partagée entre accepter son aide ou m'enfermer dans une solitude pour ronger le frein de ma brillante incompétence des dernières semaines.

- Tu dois avoir bien mieux à faire que de défaire mes valises. Les Libérés ont besoin de toi...

Moi j'étais sorti d'affaire et il avait été suffisamment à mon chevet. Je baissais la tête sur mes mains qui trituraient machinalement le tissus de ma bourse de velours qui contenait quelques doses de légiane. J'étais nerveuse, timide ? Je ne savais plus. Il y avait tellement longtemps que nous nous étions pas retrouvé dans l'intimité d'une chambre. Ma chambre. Que nous n'avions pas parlé, tout simplement. Les sujets à éclaircir étaient nombreux et pourtant je ne savais si je devais lui jeter la pierre ou me jeter à son cou. Faire les deux ? Mais dans quel ordre ?Smile

- Pourquoi l'avoir torturé ? Pourquoi n'es-tu pas venue me chercher ? J'aurai fait l'effort…

Ma bouche avait devancée ma raison qui m'intimait de me taire. Les bagages allaient devoir attendre à présent, la question qui fâche était posée.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Lun 24 Oct - 8:15

Le manque d'entrain d'Indis doucha un peu l'enthousiasme de Nil. Lui qui avait pensé que la mauvaise malade aurait été heureuse de regagner son chez elle… au temps pour lui. Mais Indis avait été trop difficile à garder au lit pour que ce retour à la normale ne soit pas une bonne nouvelle pour elle. Cela cachait quelque chose, Nil en aurait mis sa main au feu, et il n'avait pas besoin des pouvoirs d'Indis pour le deviner.

Aux paroles de la jeune femme, ce fut à son tour de hausser les épaules.

- Ce ne sont pas des enfants ayant besoin de surveillance, ils sont capables de se passer de moi quelques heures.

Il avait pris ses dispositions. Normalement, sauf coup du sort, on n'aurait pas besoin de lui aujourd'hui, même s'il avait quelques petites choses à faire dans l'après midi cela pouvait attendre. Et puis, si elle le voulait bien, il avait envie de rester un peu avec elle.

C'était un comble ! Depuis que Nil avait compris la véritable nature de ses sentiments à l'égard d'Indis, il avait repoussé la seule idée d'y laisser libre cours. Lorsque la médium, ayant accès à son esprit pour la toute première fois, avait découvert cela, il l'avait repoussée arguant qu'il n'avait pas la possibilité de lui accorder son temps. Et pendant des mois il avait fuit... jusqu'à ce qu'elle lui démontre qu'ils ne pourraient pas vivre comme deux étrangers. Et voilà que, désormais, c'était elle qui lui rappelait qu'il avait sans doute autre chose à faire que de veiller sur elle !

La nature des pensées qui assombrissaient Indis perça finalement dans les paroles de la jeune femme. Et bien qu'aucun nom n'ait été prononcé, Nil compris sans mal de qui parlait la médium. Avant de répondre, Nil ferma la porte derrière lui et se rapprocha d'elle. Il prit la seule chaise de la pièce et la plaça de façon à pouvoir s'asseoir en face d'Indis. Il ne répondit qu'une fois installé.

- C'était nécessaire. Nous devions savoir ce qu'elle avait appris de nous. Je ne pouvais pas me permettre de la remettre à la Garde sans savoir toute la vérité sur ce qui s'était passé. Et comme tu étais malade… Juilan est un bon médium mais il n'est pas aussi puissant que toi, il a fallu l'aider.

Dans l'état où se trouvait Indis lorsque Naskia lui avait livré Gaal, Nil n'aurait jamais pu faire appel à la médium. Cela faisait à peine deux jours qu'elle venait de reprendre conscience, sa fièvre était alors encore forte malgré les médicaments, il n'aurait pas pris le risque de la faire rechuter.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Mar 25 Oct - 8:50

Être malade m'avait visiblement fait gagner du galon puisque je passais avant les Libérés. Du moins aujourd'hui. J'aurai du m'en réjouir de savoir Nil rien qu'à moi. Mais voilà aujourd'hui n'était pas un jour aussi réjouissant que je ne l'aurai imaginé. J'étais en proie au doute et face à une réalité qui me révoltait. Fuis moi, je te suis et suis moi, tu me fuis résumait la situation actuelle.
Je le suivis des yeux alors qu'il fermait la porte et s’installait en face de moi, accroché à ses lèvres, j'attendais impatiemment sa réponse. Qui me fit soupirer profondément avant de répondre avec un certain mépris. Il omettait un détail.

- Et les mutilations ? Elles étaient nécessaire également? Je reconnais bien là le Naej sans cœur que j'ai connu… Si j'avais été là, tu ne te serai jamais permis  !


Mon cœur se serre tandis que je me sens coupable du destin de cette fille. Certes assassin mais personne ne mérite un tel châtiment. Moi en état de fonctionner tout aurai été plus simple pour tous le monde. A commencer par Naej qui, je n'en doute pas un seul instant à sérieusement du souffrir durant cet événement. Et de mon absence. Je fixe mon regard un instant dans celui de Nil, cherchant à lire en lui, rien. Toujours rien. Puis boudeuse je replis mes jambes sous moi en m’asseyant en tailleur sur mon lit. Prenant une certaine distance.

- La légiane te tuera à défaut de te rendre plus fort…


Je lui en voulais et puis non. Je m'en voulais à moi même. Et la terre entière devait payer. Manque de bol, Nil était la terre entière aujourd'hui. Et il était surtout, le seul présent dans ma chambre. Niluom n'était jamais là lorsqu'on avait vraiment besoin d'elle ! Avec un petit râle de rage, je détournais mon regard du sien avant de cacher mon visage dans mes mains. En colère contre moi même et prête à me jeter dans ses bras en demandant pardon.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Mer 26 Oct - 8:12

Indis n'allait pas bien. Nil le comprenait à présent, même s'il ne mettait pas encore le doigt sur la raison de sa douleur. Elle n'était pas physique, et c'était cela qui la rendait si difficile à trouver. Qu'elle l'accusa d'être sans cœur lui fit mal. Il avait l'habitude d'entendre ces mots, ou leurs frères si semblables, mais ils étaient en général jeté par la colère de personnes qui ne voyaient qu'une partie du tableau, des personnes qui ne le connaissaient pas. Indis, elle, n'était pas une étrangère. Et ses mots lui assenèrent un coup. Blessé, il répliqua avec plus de colère que de bon sens.

- Ce n'est pas seulement une meurtrière, elle a aussi torturé l'un des nôtres. Si ça t'amuse, je t'emmènerai voir Earl Printess, tu verras que Gaal s'en tire à bon compte comparé à lui ! Mais surtout, elle a vu trop de visages chez nous, et il y a des Libérés autour d'elle, je ne pouvais pas la laisser avec la capacité de nous dénoncer.

Ne comprenait-elle donc pas que cela avait été nécessaire ? Aussi dur que ce traitement paraisse, non seulement Gaal l'avait mérité mais en plus il empêchait que les Libérés ne soient révélés.

Nil maintint le regard d'Indis sans ciller. La jeune femme se replia sur elle-même, elle s'éloignait de lui. La dégoûtait-il à ce point ? Pourtant ce n'était pas la première fois que Nil était contraint de perpétrer des actes qui auraient été amoraux dans d'autres circonstances. Mais pour Talsinia, rien n'était horrible. Tant qu'on agit pour le plus grand bien, la douleur d'un individu, surtout un Réprouvé, ne comptait pas. Indis le savait bien. Qu'est-ce qui avait changé ?

Sur une dernière réplique vaguement boudeuse, elle se détourna de lui. Nil chassa sa remarque de la main, ne la prenant pas au sérieux.

- Personne n'est jamais mort d'avoir fumé de la légiane. Et cela aussi est nécessaire. Je ne vais pas laisser tous les médiums de la ville lire en moi comme dans un livre alors que l'organisation toute entière dépend de moi.

Depuis qu'Indis avait appris comment Nil et son acolyte se protégeaient de son pouvoir (mais aussi de tous les autres), elle ne cessait ses petites remarques. La médium était vexée qu'ils lui échappent, c'était devenu comme une rengaine.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Mer 26 Oct - 16:03

La violence appelle la violence, c'est bien connu et pour moi la vengeance est l'arme des faibles. Naej a été faible le jour ou il a torturé cette femme. Je n'en démordrai pas et veux qu'il comprenne qu'il y avait d'autres manières de protéger les nôtres. Au jeu de qui cache ses émotions je suis la plus forte, aussi lorsqu'il m'invite à aller voir Earl je fais la grimace intérieurement. Je n'ose imaginer sa douleur et je sais que si je me trouvais à ses cotés je la partagerai avec lui. Tout comme je partagerai celle de Gaal. Et c'est bien justement ce qu'il manquerai à Nil, Naej, à toutes les facettes de l'homme qui me fait face que je boude à cet instant. Il lui manquerai une bonne dose empathie en pleine figure.
Qu'il sache ce que la douleur d'autrui peut nous révéler à nous même. Pour ma part elle me fait être plus humaine que le commun des mortels. A mes dépends parfois mais tel est son prix.
L’œil sombre, je lui jette un regard mauvais avant de me lever pour faire quelques pas en pensant à un blablabla éternel alors qu'il me répète une énième fois la raison de sa consommation de légiane. Moi ce que j'en dis c'est qu'il a peur de moi.

- Si tu veux! Allons voir Earl mais sans ta légiane, monsieurj'ailafroussedesmédiums !lui répondis-je avec un air de défis. Et puis dans la foulée nous irons voir Gaal temps qu'a faire. Je serai ravie de te faire sentir ce qu'ils ont traversés l'un et l'autre. Libéré ou réprouvé, jusqu’à preuve du contraire nous sommes de la même espèce. C'est cela que je veux que tu comprennes.

Je suspends mes pas, me tourne vers lui pour capter son regard afin qu'il lise dans mes yeux ce qui anime mes paroles.

- Je suis certaine que Faustine n'a pas approuvée tes méthodes sur ce coup là, tout comme moi, même si nous savons que tu œuvres pour la cité. Tu as peut être réussi à empêcher Gaal de voir mais pas de parler, à cette heure ci elle doit être en train de décrire ce qu'elle a vu et de parler de nous. Dis moi sincèrement Nil, j'aurai été à tes cotés, tu lui aurai réservé le même traitement?


Je suis curieuse de sa réponse meme si je doute sincèrement qu'elle me plaira.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Jeu 27 Oct - 8:26

Nil avait du mal à croire ce qu'il entendait. Jamais il n'avait remis en question ce qu'il avait fait. Gaal avait amplement mérité son sort. De cela il ne doutait pas. Elle avait tué l'un des leurs, puis torturé un autre, lui brisant les jambes en de multiples fractures dont il ne se remettrait peut-être jamais pleinement, allant même jusqu'à lui couper la langue ! Gaal, elle, n'avait perdu que ses yeux. Le reste des supplices qu'elle avait subis ne laisseraient que de petites marques qui ne l'empêcheraient jamais de vivre. Jamais il ne pourrait admettre que cette femme était humaine. Un humain ne pouvait faire cela à un autre avec autant de hargne, sans raison.

- Les réprouvés sont une vermine qui infeste Talsinia. Nous ne sommes pas comme tous ces assassins qui tuent et torturent pour le plaisir. Notre but est bien plus grand que le destin d'une seule personne. C'est la cité entière que nous défendons !

Sa colère était palpable à présent. Elle brulait dans chacun de ses mots. Comment, elle, Indis, la femme avec qui il avait parcouru tant de chemin depuis près de quinze ans, qu'il connaissait avant même de devenir le maître des Libérés, pouvait-elle remettre en question la raison même de leur existence ?

Il se leva, lui aussi, pour se mettre à sa hauteur. Impossible de soutenir sa position quand le regard furieux de la jolie rousse le supplantait. Ses yeux à lui lançaient des éclairs. Il était furieux, et blessé. Il ne comprenait pas qu'Indis, sur qui il avait l'habitude de reposer une partie de ses problèmes, puisse remettre en question la cause des Libérés. Sa maladie lui avait-elle chamboulé l'esprit à ce point ?

- Si tu avais été là, nous n'aurions pas eu besoin de la torture pour faire parler cette vermine, mais elle aurait perdu la vue malgré tout. Ni Faustine, ni toi n'avez le pouvoir de contester mes décisions.

Il regretta ces mots à l'instant où il les prononçait. Si n'importe quel autre Libéré avait contesté sa manière de diriger, Naej l'aurait en effet rabroué ainsi. Mais ni Indis, ni Faustine n'était n'importe quel Libéré. Indis le suivait pas à pas depuis longtemps, et Nil l'aimais depuis à peine moins de temps. Faustine était sa joie de vivre, sa sœur adorée qu'il protégeait autant qu'il le pouvait. Dire non à l'une ou à l'autre était bien plus compliqué que de remettre un subordonné à sa place.

Bien que toujours en colère, le regret teintait à présent son esprit, faisant remonter dans sa bouche un goût amer. Trop fier, pourtant, et trop sûr d'avoir raison, il fut incapable de revenir en arrière.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Jeu 27 Oct - 15:03

C'est vrai, nous n'étions pas comme eux. A tuer et piller pour pouvoir survivre. Nous étions différents. Nous, nous sommes naît chanceux. Ou pour le cas de Nil, les Ol'Shullan lui ont insérer une cuillère en argent dans la bouche dès sa tendre enfance. Forcément, toutes les portes lui ont toujours été ouvertes. J'aurai très bien pu être l'une des leurs à l'heure qu'il est. Si ma mère avait choisi le caniveau plutôt que les marches de l’orphelinat pour m'y abandonner, je serai à cette heure ci, dans les méandres de la cité, avec les rats. Et mon don serait au service des Réprouvés. Mais je suis là aujourd'hui, écœurée par les propos de celui que j'aime? Comment puis-je!
Je fronce les sourcils en soutenant son regard qui me surplombe sans mal d'une tête. Jamais je n'aurai peur de lui. Nil, Naej peut m'importe bien. A cet instant c'est bel et bien le meneur qui me tient tête et non l'amoureux. Soit. Je serai la médium Libérés et non l'Indis aimante et douce.

- Tu me donnes envie de vomir! Crois-tu qu'ils ont eu a choisir de vivre dans les égouts?!Ils ne sont pas tous ainsi! Ne les mets pas tous dans le même panier.

Gaal y avait été fort, j'en été consciente. Sans coeur qu'elle était. Je ne la connais pas et ne pouvais juger ses actes maintenant. Mais visiblement Nil avait lancé des paroles en l'air plus qu'il n'était plus question d'aller leurs rendre visite. Dégonflé.
Ma réponse je l'avais et elle était ce que j'attendais. "Si seulement j'avais pu être là… Des vies des deux cotés auraient été épargnée." Je failli fondre en larmes mais mes yeux plantés dans les deux siens n'eut pas bien le temps de s'embuer de larmes. Une chaleur intense m’envahit alors que l’adrénaline se repend dans mes veines comme une traînée de poudre incandescente. Séchant immédiatement mes yeux humides et me faisant exploser. Je ne suis qu'un pion, c'est lui le chef de la bande. C'est vrai je m'incline. Qu'il le pense était une chose, qu'il me jette à la figure sa supériorité extrême en était une autre. Sans sa légiane de m**** il mangerai la poussière comme les autres !
Rageuse, je flanque un coup de pied dans le sac à ses cotés, une multitude de caramels mou s'éparpillent sur le sol. Cadeau, de je ne sais plus qui durant ma maladie. Et le son mat d'une lame tombant et glissant sur le sol s'en suit. Je jette un œil. Le poignard au manche gravé de nos initiales que Tomio, m'a offert l'année précédente. Coup du sort qu'il se montre à cet instant, comme un rappel du passé, j'en poufferai de rire. Mais je doute que cela soit suffisant pour le faire revenir sur ses paroles.
Je recentre mon attention sur Nil avant de lui lancer avec une colère contenu.

- C'est juste, nous n'avons aucun pouvoir sur toi. Je hausse les épaules en appuyant mes mots d'un non de la tête. Il me sidère, j'en perds mes mots. - Je ne suis qu'un pion et je te demande de sortir de ma chambre. Sur le champ!

Du bout du doigt, je lui désigne la porte, le souffle court, le visage de coté, baissé car blessée, j'attends qu'il s'exécute. Le grand Naej à su se faire respecter encore une fois. Mais se sera une dernière fois avec moi de cette façon. En toutes ses années de service c’était la première fois que je doutais de ma mission chez les Libérés. J'y avais adhéré avec tout mon cœur, et Naej me dégoûtait des nôtres, de notre façon d'agir. Elle n'était pas la mienne. Ou plus la mienne ? Je ne savais plus ce que je devais penser, faire et ou était ma place.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Lun 31 Oct - 17:37

Il est des choses que même les proches de Nil, ou Naej, ne savent pas sur lui. Habitué du secret, l'homme a du mal à laisser passer les informations sur sa personne. Une nécessité, parfois, une mauvaise habitude souvent. Et lorsqu'il parle, ses pensées ne sont pas toujours reflétées, car tous les mots ne sont pas prononcés. Et cela lui joue des tours.

Indis avait beau être médium, elle ne pouvait pas lire les pensées de son meneur. Elle ne savait donc pas que non, Nil ne mettait pas tous les Réprouvés dans le même panier, comme elle disait. Intellectuellement, il savait parfaitement que tous les Réprouvés n'étaient pas mauvais. Il avait pitié de tous ceux qui, miséreux, mendiaient dans les rues, de ces petits enfants qui réclamaient de quoi manger. Mais lorsqu'il voyait un Réprouvé, ses préjugés profondément encrés prenaient le dessus. Il voyait en lui un voleur, un assassin, un escroc… et souvent il avait raison. L'un des objectifs des Libérés c'était aussi cela : nettoyer les rues de cette population. Non pas les éliminer, non, mais éliminer la misère, la violence. Guérir Talsinia de tous ses maux, voilà ce qu'était la cause des Libérés aux yeux de Nil. Et il ne pouvait pas croire qu'Indis, après de si longues années à inculquer ces valeurs aux jeunes générations, reniait tout ce qu'ils avaient construit.

Ces paroles que la jeune femme lui crachaient à la figure, Nil aurait cru que c'était sa sœur qui les prononçait, qui défendait la cause des Réprouvés. Et ce regard… si un regard pouvait tuer, Nil aurait succombé à l'attaque de celui-ci. La colère teintée d'amertume que ressentait Nil se nourrit un peu plus encore de l'orgueil blessé. Ce n'était pas la première dispute qu'il avait avec Indis, mais celle-ci était particulièrement douloureuse. Les mots de la jeune femme étaient comme des poignards et, blessé, il ne pouvait faire autrement que de répliquer. On dit que les êtres chers sont capables de vous faire du mal comme aucun de vos ennemis ne pourra jamais le faire. À la décharge d'Indis, les mots blessants, c'est Nil qui avait commencé à les lancer.

Lorsqu'elle lui ordonna de sortir, Nil se sentit impuissant. Il avait l'impression que partir c'était perdre la partie, perdre son autorité de meneur, mais que rester c'était perdre Indis, perdre la femme qu'il aimait. Il se mordit la joue, soutenant son regard impérieux, en proie à la colère mais aussi au doute. Il hésita. Puis :

- Bien, lâcha-t-il, glacial.

D'un pas raide, il passa devant elle, la frôlant alors qu'il se dirigeait vers la porte. Une fois dans l'encadrement, il se retourna une dernière fois.

- Tout pion que tu es, reste au moins pour les enfants.

Puis il ferma la porte derrière lui, emportant colère, dégoût et une douleur sourde qui s'installait, pernicieuse, dans sa poitrine.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Mar 1 Nov - 11:18

Il fallait qu'il parte. C'était primordial. Une question de survie. Pour celle de notre couple mais aussi s'il voulait maintenir mon rôle chez les Libérés.
Ma colère me prenait les tripes, tant que je souhaitais qu'on m'ouvre le ventre pour l'en extraire au plus vite. Pour la sentir quitter mon corps afin que l'air puisse revenir enfin gonfler mes poumons et oxygéner mon cerveau rendu muet.  A défaut de pouvoir me couper en deux, la solution était qu'il soustrait de ma vue ce regard de glace. Ce regard d'orgueil masculin que rien ne semble pouvoir faire fléchir. Dieu que je hais les hommes dans ces moments. Dieu que je hais mon bien aimé, autant que je l'aime...
L'espace d'un instant je cru bien qu'il allait rester, le poing serré, je savais que mes mots allaient alors dépasser ma pensée encore une fois. Puis son "bien" sonna comme une libération. Il refusait la joute infernale et se pliait pour à mon autorité. Autorité de femme, non de Libéré, j'en étais pleinement consciente. Son contact aussi futile soit-il me fit tressaillir. Comme s'il pouvait m'être douloureux qu'il me touche à cet instant précis. Et ça l'était.

Mon regard mauvais le suivit jusqu’à la porte et je haussais les épaules.

- C'est une évidence.Je ne resterai pas pour toi.

Lorsque la porte fut enfin refermée ; je lâchais un long soupir en même temps que mon corps se liquéfier de l'intérieur. De rage ou de tristesse, je frappais à plusieurs reprises le bois de mon lit avant de couiner de douleur.
Comment avions nous fait pour arriver à un tel résultat ? Pitoyable. Nous étions l'un et l'autre deux enfants incapable de communiquer sans se faire le moindre mal. Je fixais d'un œil mauvais cette porte qui devait contenir à ce moment là, la raison de ma douleur. Nil. Était-il encore derrière ? Fallait-il que je le rattrape ? J'hésitais. Ballottant entre mon amour pour lui, ce que nous avions partagé, ce qu'il représentait puis ma haine. Je me ravisais. Hors de question. Aller le chercher reviendrait à lui donner raison sur ma condition. Je ne suis qu'un pion sur le grand échiquier qu'est sa vie. Que sont les Libérés. Voilà à quel rang il me mettait après tant d'année à ses cotés à œuvrer pour une cité plus grande, plus belle, plus propre. Moins violente.
Un vulgaire pion. Et moi qui culpabilisait de ne pas avoir été là… Il s'en fiche éperdument finalement. Un pion se remplace aisément, qu'importe sa place ou sa mission.
Ma rage m'abandonne finalement et je me laisse glisser au sol pour m'appuyer contre mon lit, en pleurs. Anéantie par cette réalité. Je ne suis rien qu'un petit pion, un tout petit pion…
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Mar 1 Nov - 13:34

Nil resta un instant debout derrière cette porte qu'il venait de refermer. Il était en colère, mais il avait mal. Les derniers mots d'Indis lui avaient crevé le cœur aussi sûrement que si elle y avait enfoncé un poignard chauffé au rouge. Un instant, il envisagea de rouvrir la porte et de… de quoi ? Crier, frapper, déchirer ? D'ordonner, de chasser, de punir ? L'homme et le meneur étaient tout deux blessés, et Nil comme Naej ne savaient ce qu'il fallait faire.

Puis Nil fit ce qu'il savait si bien faire. Il se cacha. S'en remettant à Naej, il étouffa la douleur et se cramponna à sa colère. D'une démarche sûre et énergique, il s'en alla dans le couloir pour aller s'occuper des affaires qui l'appelaient. Pour s'éloigner de la médium. Il alla retrouver Niluom qui elle n'avait pas fait de pause pour badiner, elle.

Nil se noya dans les histoires de la société toute la matinée. Il faisait de son mieux pour penser à autre chose. Vers la fin de la matinée, Lima vint à lui pour lui demander si sa mémoire lui jouait des tours ou si Indis devait bel et bien revenir ce matin. Surpris, Nil lui répondit qu'elle était déjà rentrée. Manifestement, la jeune femme n'avait pas rejoins les enfants, ce qui était pour le moins étrange, car ils étaient beaucoup trop précieux à ses yeux pour qu'elle les laisse seuls alors qu'elle pouvait enfin être avec eux. Le meneur demanda alors à Lima d'aller voir la médium pour prendre des nouvelles.

Par la suite, Nil eut beaucoup plus de mal à faire taire ses pensées. La colère s'était un peu calmée, mais pas la douleur qui, lancinante, battait au rythme de son cœur. Vers le milieu de l'après midi, il n'y tint plus. Alors qu'il avait un peu de temps libre devant lui, il se glissa discrètement vers le jardin, pensant bien que les enfants profiteraient de la douceur du temps pour jouer dehors. Par la fenêtre, il observa une Indis qui paraissait éteinte. Elle semblait contente de revoir les petits, mais son sourire lui paraissait vide. Nil se mordit l'intérieur de la joue et s'éloigna de la fenêtre avant de se faire repérer.

Les heures qui suivirent, il fut tout bonnement bon à rien. Niluom, mauvaise, ne manqua pas d'y aller de son petit commentaire lorsqu'elle finit par comprendre d'où cela venait.

« Je te l'avais bien dit que ça finirait mal. »

- Fiche moi la paix, *** !

Son bras droit n'aimait pas Indis, elle n'en avait jamais fait mystère et lorsqu'elle avait appris la relation entre son chef et la médium, elle n'avait pas mâché ses mots pour dire combien elle désapprouvait. L'éclat de Nil ne l'atteignit pas. Elle se contenta de hausser les épaules et de lui annoncer qu'elle s'en allait, on l'attendait en ville.

Niluom partit, Nil envoya tout balader. Inutile de s'acharner, il ne tirerait rien de plus de lui-même. Il resta là, assis dans son fauteuil durant un temps dont il n'eut aucune idée. Quand son esprit refit surface la journée était finie, comme il le constata lorsqu'il remonta et passa devant une fenêtre. Dehors, la lumière du jour déclinait déjà. L'heure du repas était sans doute passée. Les Libérés du Refuge vaquaient à leurs occupations du soir.

Les pensées de Nil rejoignirent Indis. Où était-elle à cette heure ? En train de coucher les plus jeunes ou de jouer avec les autres ? Il songea à son absence auprès d'eux ce matin, à son sourire sans joie qu'il avait vu dans l'après-midi. À sa propre douleur. Si lui avait mal ainsi, que ressentait Indis, elle si douce, si passionnée, si pleine d'amour pour tout le monde, toujours prête à partager les sentiments des autres ?

Il regrettait les mots qu'il avait prononcés. Mais il ne pouvait pas penser à leur dispute sans être de nouveau blessé par ceux qu'elle avait lancés à son tour. Pourtant…

Il ne réfléchissait plus lorsque ses pas le menèrent naturellement vers la chambre d'Indis, sans même savoir si elle s'y trouvait. Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il allait lui dire, de ce qui pourrait se passer. Ce ne fut qu'une fois au pied du mur, devant la porte de la médium, qu'il se demanda s'il faisait bien. Allait-elle l'insulter d'oser revenir chez elle après ce qu'il lui avait dit ? Il avait toutes les chances de se faire chasser, en effet. Et tandis qu'il pensait cela, il leva la main pour frapper à la porte.

Voilà c'était fait, il ne pouvait plus reculer. Il n'y avait plus qu'à attendre.

Spoiler:
petit détail de taille : il n'a pas fumé depuis un bout de temps, même s'il ne s'en est pas rendu compte, trop occupé à déprimer.
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Mar 1 Nov - 15:08

La voix de Lima derrière la porte me fit sortir de ma torpeur et redresser la tête. J'étais démasquée. Je n'avais aucune idée du temps qui s'était écoulé. Après le départ de Nil, je m'étais trouvé dans l'impossibilité de rejoindre les petits. Être avec eux voulait dire faire semblant. Poser un masque sur mon chagrin afin de paraitre celle que j'étais. Cela m'était impossible. Toujours assise par terre au milieu des bonbons, j'essuyais mes yeux bouffis et rouges avant de me relever pour faire mine de ranger mes affaires.

- Entre Lima, c'est ouvert.

Elle s'était enquis de demander si tout aller bien. Aussi lorsqu'elle fut dans l'encadrement de la porte je lui adressais un sourire, composé de toute pièce afin qu'elle ne s'inquiète pas. "Bien entendu..." lui répondis-je avant d'ajouter, soucieuse de me trouver une excuse. -Je voulais ranger ma chambre avant de vous rejoindre.
Sans dire mot, elle balaya la pièce du regard avant de poser un regard inquisiteur sur moi. Ses pensées à elle, je les entendais. Et face à celle ci, je savais que mon mensonge n'avait pas prit du tout. Je su également que Nil l'avait envoyé ici. Mes larmes revinrent de plus belles sans que je ne puisse les retenir, je vis en Lima une épaule solide sur qui épancher mes larmes.

- Pardon... le retour à la maison est plus compliqué que je ne l'aurai pensé.
- Allons, rien n'est insurmontable. Chaque problème à sa solution. S'empressa t-elle de me dire en m'entrainant près du lit pour que nous nous y asseyons.
Le soucis était tellement têtu et borné qu'il était insurmontable. Et tellement blessant! Impossible d'articuler le moindre mot pendant plusieurs secondes malgré les interrogations secrète de Lima. Naej... et moi. Finis-je par lâcher. Et Lima me consola de plus belle, sans dire mot consciente que j'entendais ses sages pensées. Par l'Unique que ca fait du bien. De temps à autre je relevais mon regard sur elle, pour la questionner du regard, jusqu’à ce que mes larmes soient totalement sèches et qu'un sourire parvienne même à poindre aux coins de mes lèvres.
Cette femme était un de ces pions irremplaçable. Tout comme moi, m'avait elle fait comprendre pour les enfants. Et pour ce nigaud de Naej. Sauf qu'il n'avait pas toujours l'art et la manière de ce faire comprendre. C'était ainsi. Depuis tout petit, m'expliqua t-elle Naej avait été conditionné à etre secret. Dur. Le faire changer n'allait pas être une mince affaire même avec tout mon amour.
Mon amour, oui, c'est avec cela que la vieille dame a su faire pencher la balance en faveur de mon pardon. Elle m'a fait repenser à l'amour inconditionnel que nous nous portions.

Le reste de la journée fut rythmée par les rires et les cris des enfants malgré mon sourire un peu pâle et mon esprit ailleurs. Vers Nil qui me manquait déjà énormément mais qui pouvait attendre cette fois pour que je revienne. Qu'il n'y compte pas. Forte de ma discution avec Lima, je saurai attendre que le meneur ait besoin de moi, ou l'amoureux vienne se repentir. J'étais prête à attendre le temps nécessaire afin que nos esprits échauffé retrouves la paix et les idées clairs.
Pour ma part, c'était fait. Ma place était ici, pion ou non, j'en avais cure. Ce que je faisais n'était ni pour Nil, ni pour moi. C'était pour mes semblables. Innocents ou non. Je ne pouvais faire le mal, il en était ainsi.


Après avoir tendrement coucher chacun des enfants, je me retranchais dans ma chambre le cœur gros et pourtant gonflé de l'amour de tous les petits. J'avais encore du travail... Ranger mes affaires et me morfondre. En soupirant je m'attelais à ramasser chaque bonbon lorsque des pensées insidieuses me firent suspendre mes gestes.
Je relevais la tête et fixais la porte lorsqu'on frappa à celle ci. C'était lui. Sans protection aucune, le regret lui tordant les tripes.
Les bonnes paroles de Lima traversèrent mes pensées et c'est sans hésiter que j'allais lui ouvrir. Je ne voulais pas l'accabler et ne voulais pas qu'il m'accable en retour. Mais par quoi commencer? Son regard dépité me souleva le cœur mais je n'en montra rien.  

- Je ne vais ni te chasser, ni t'insulter. Sauf si tu commences le premier...

Le cœur battant la chamade, je reste planté devant lui oubliant de l'inviter à entrer dans ma chambre intacte de son bazar. Rien n'avait changé depuis son départ de ce matin si ce n'est nos façons respectives de penser. J'aurai aimé lui jeter un "pardon" à la figure avant de me jeter dans ses bras mais je ne souhaitais pas mettre la charrue avant les bœufs.

- Tu n'es pas protégé de mon pouvoir, est-ce volontaire?

Pour qu'il en prenne pleinement conscience, j'effleure sa main avec douceur, consciente du résultat. Je lui donne un peu de mon chagrin personnel. C'est cadeau de la maison. Je ne voulais pas être la seule à être empathique ce soir.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Mar 1 Nov - 16:06

La porte s'ouvrit et Indis l'accueillit beaucoup plus simplement que ce qu'il avait craint. Faisant écho à ses craintes, elle le rassura en lui disant qu'elle n'allait pas l'envoyer balader. Nil en resta bouche bée.

- Comment … ?
*tu sais* aurait-il voulut dire mais les mots ne sortirent pas.

Les pensées de Nil s'embrouillèrent aussitôt, plus encore qu'elles ne l'étaient auparavant. Il réalisa soudain qu'il avait oublié de suivre son "traitement" habituel, trop occupé à ressasser leur dispute du matin. Il se maudit de ne pas y avoir songé, il était en danger. Non, pas avec Indis, aucun risque, mais si jamais d'autres étaient venus … ? Impossible de savoir s'il y avait eu des fuites. Il n'avait pas croisé de médium aujourd'hui ? Non pas qu'il sache. Mais un devin avait-il eu accès à des informations sur lui et les Libérés à cause de cette bourde monumentale ?

Il se souvint alors qu'il avait face à lui la plus puissante médium de la ville et que chacune de ses pensées était entendue. "danger" pensa-t-il aussitôt, avant de se raviser. Ce n'était qu'Indis.

- Pardon, dit-il pour s'excuser de ce déluge, avant de prendre conscience que parler ne lui servait plus à rien dans ces circonstances.

Non c'était loin d'être volontaire, mais elle l'avait compris, sans aucun doute.

Il allait appliquer un des exercices auxquels on l'avait initié depuis sa jeunesse pour parer aux éventuelles intrusions mais le temps qu'il essaye de se souvenir comment faire, parmi le fouillis de ses pensées chamboulées, Indis se servit de son pouvoir contre lui. Par vengeance, sans doute, elle lui fit partager sa propre douleur. Celle-ci venant s'ajouter à celle qu'il avait lui-même ressentit toute la journée, qu'il ressentait encore, il se sentit terriblement mal. Le contact dura un bref instant, rien qu'un battement de cil, mais il suffit à Nil pour lui donner envie de se replier sur lui-même, dans sa chambre et de chasser l'homme qui lui avait fait si mal.

Quand sa main le quitta, le remord le dévora. Comme il avait regretté ces mots, dès l'instant où il les avait prononcés !

- Je… *suis désolé* pensa-t-il

Il s'arrêta, conscient qu'il n'avait plus besoin de parler. Conscient également qu'il ne pourrait pas mentir, qu'il ne pourrait rien modifier de ses pensées, ni enjoliver grâce aux bons mots, ni cacher une part de vérité. Une petite voix mesquine rappela qu'il devait être en colère parce qu'elle avait remis en question les Libérés, et qu'en plus maintenant elle se permettait d'entrer en lui. Il la fit taire, car il n'était pas venu pour cela. Ce n'était pas la Libérée qu'il était venue voir à l'origine, mais bel et bien Indis, parce qu'il l'aimait trop pour la laisser souffrir, et aussi et surtout parce qu'il souffrait qu'elle soit en colère contre lui. Contre Nil, pas contre Naej.

Par l'Unique ! Que cela était difficile d'être ainsi exposé au regard scrutateur d'une médium ! Il se sentait nu, et si vulnérable. Il se morigéna intérieurement, sachant qu'Indis pouvait tout savoir de ce qu'il faisait, il ne prit pas la peine de s'excuser de ne pas lui parler. Il plongea dans son esprit, tachant d'écarter tout le reste pour calmer ses pensées. Une image fugace lui vint, celle de deux jeunes gens dans une chambre de l'Oie grasse dont la fenêtre donnait sur la Grand'Place. Celle d'une Indis encore bien jeune qui, les yeux fermés, exécutait les consignes que Nil, pas encore Naej, lui donnait tandis qu'il la regardait faire sans trop savoir comment elle procédait. Aujourd'hui, c'est elle qui le regardait appliquer les consignes que l'homme qui l'avait formé lui avait donné. Mais cette image il la chassa rapidement, tâchant de ne pas penser qu'Indis devait entendre, car le but de ces manœuvres avaient pour but de mettre de l'ordre dans ses pensées.

Il fallut quelques instants pour que son esprit se calme, que ses pensées se mettre en ordre et que ses sentiments soient étouffés. Nil poussa un profond soupir, atteignant par la même occasion un état de calme qu'il n'avait pas connu depuis des siècles lui semblait-il.

Il rouvrit les yeux. Indis reparut alors. Ses sentiments étaient toujours là, mais ils ne l'empêchaient plus de penser clairement, et même s'il avait toujours mal, et peur qu'on le "voit" cela ne l'empêchait plus d'être cohérent. La médium pouvait toujours l'atteindre, bien entendu, mais à présent il lui épargnait la cacophonie d'un déluge de pensées.

Un pâle sourire peu convaincu et timide autant que gêné se dessina sur les lèvre de Nil.

- J'aurais préféré que cela se passe autrement.

Un murmure passa dans son esprit, soulignant qu'au moins ainsi elle savait. Il ne dura pas, et le silence mental reprit vite ses droits.

Nil allait avoir beaucoup de mal à discuter avec Indis comme il l'avait envisagé en venant mais il comptait au moins essayer.

- Je peux entrer ?
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Indis le Mer 2 Nov - 14:33

Voir Nil si fragile, vulnérable faisait presque mal au cœur. En une fraction de seconde, il avait pris la fragilité d'un nouveau né que l'on doit manipuler avec soin. Si lui ne savait plus agir ou même penser, moi j'étais dans mon élément pour une fois avec lui, je n'étais pas aveugle de ses pensées. Un doux sourire dansait sur mes lèvres alors que je l'entendais luter contre lui même. Comme un navire prit dans un tempête, il luttait pour ne pas couler, pour ne pas se faire engloutir sous ses pensées hô combien désordonnées.
Moi je restais en retrait, maîtresse toute puissante mais toujours discrète et délicate, pour lui. Attendant que le chahut se calme. Je n'avais pas à forcer plus que nécessaire les barrières de son esprit. Il sait depuis le temps que je ne suis pas de celles qui vont et viennent sans y être invitées. J'avais des bribes que son esprit me donnait et cela suffisait amplement à nourrir l’appétit de mon sens.

« Je suis désolé » murmura son esprit en réponse à ma torture. Je l'étais aussi. D'en venir aux « mains ». Douce torture. J'aurai pu lui donner mille fois ma douleur et la sienne. Aurait-il résister ?
Une larme roula sur ma joue, j'avais mes excuses. Je n'avais plus qu'a lui déposer les miennes accompagné de mon pardon. Lorsque le temps sera venu. Pour l'heure je vais chercher une image fugace en réponse a son silence énigmatique. Celle de nous, il y a tant d'années ou nous étions si proches. Je fronce les sourcils ne comprenant pas immédiatement où il voulait en venir puis lorsque je comprends, je le laisse calmer son océan de pensées, admirative de sa manœuvre interne. Comme lui jadis était spectateur de mes exercices.

J'accueille son retour par un doux sourire et un hochement de tête.

- C'est le mal de mer assuré avec toi…

J'échappe un petit rire moqueur mais affectueux et immédiatement après je me saisis de sa manche pour l'inciter à entrer suite à sa demande.
Je ne veux pas le toucher de peur de ne pouvoir que peu maîtriser ce que je pourrai lui donner ou bien lui prendre. La maîtrise de mes dons étant que nouvellement revenu à la normal.
Une fois le seuil passé, je referme la porte derrière lui et me retourne pour enfin plonger mon regard dans l'océan de ses yeux. Vraies fenêtres de son âme ce soir.
Je ne peux m’empêcher de sourire, bêtement. D’être fascinée par sa vulnérabilité. De le savoir à ma merci totale. De le savoir aussi fragile que je peux l'être lorsque les rôles sont inversés. Lui n'ayant pas accès à mes pensées, je veux être le plus précise possible afin que nous soyons égaux mais aussi et surtout pour qu'il me comprenne autant que je peux le comprendre.

- N'ait pas peur de moi ou de tes pensées. Je n'irai nulle part sans y être invitée.

Promesse que je m'étais faite un an plus tôt et qui, pour moi tenait plus que jamais aujourd'hui puisse qu'il n'avait pas choisi réellement son état. Mais il était là, son esprit à mon bon vouloir, telle une marionnette inanimée et si je le voulais, je pourrais être l'abominable marionnettiste. Un large sourire illumine mon visage éclairé par les chandelles de ma chambre. Excitée comme une petite fille devant son cadeau d'anniversaire qu'elle n'ose déballer.
Ce matin j'avais hésité à me jeter dans ses bras, trop timide, trop perdu. Ce soir je sais que c'est ce que j'aurai du faire et je n'y tins plus.

Mes bras se frayent un chemin de part et d'autre de son corps alors qu'un rire roule dans ma gorge ou est ce un sanglot ? Peu m'importe, ma joie est trop grande. Je cale ma joue contre sa poitrine y appréciant immédiatement sa chaleur et y hume son parfum. Qui comme l'enfant sent l'odeur de sa mère, me rassure sur l'instant. Il est là.

- Pardonne moi aussi s'il te plaît… Pardonne moi. Je ne veux plus que l'on se fasse autant de mal. C'est trop douloureux à porter pour nous deux.
Oublis ce que j'ai dit, ma place est ici. Auprès de toi.


Et je resserre mon étreinte autour de lui. Même si le « pion » fait une fugace apparition dans mon esprit, tout comme la remise en question des Libérés dans celui de Nil plus tôt. Les sujets qui fâchent attendront cette fois ci. Je préfère être bercé d'amour que malmené par la haine et la colère.
avatar
Indis
Mentaliste

Registres : Fiche
Messages : 159
Emploi/loisirs : Couturière

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Nil Ol'Shullan le Ven 4 Nov - 8:25

Mieux qu'une réponse, Indis le tira à l'intérieur de sa chambre et referma elle-même la porte derrière lui. Nil se laissa faire sans broncher. Il n'était pas de taille à lutter. Même s'il était capable de donner la nausée à la médium, manifestement. Une part de lui nota cela dans un coin de son esprit, tandis que l'autre continuait le travail commencé et faisait disparaître les pensées au fur et à mesure de leur apparition. Ce qui permit à l'homme de se plonger avec délectation dans le regard bleu-vert de cette femme si douce malgré ses immenses pouvoirs qui se tient face à lui.

Son sourire en arracha un à Nil, qui aimait cette vision, beaucoup plus agréable que celle qu'il avait provoqué le matin même. C'était un sourire léger, discret, inconscient. Et malgré sa nudité complète, il commença à se sentir à l'aise. C'était ainsi, il se sentait bien en compagnie de la jeune femme. Même si l'alerte danger sonnait toujours quelque part, conservant ce sentiment de malaise en arrière fond.

- Je n'ai pas peur, répondit-il, conscient de l'inutilité de ses paroles. Mais il avait besoin de s'exprimer normalement.

De fait, il ne craignait pas la curiosité d'Indis. Il lui avait offert une fois de fouiller son esprit pour qu'elle comprenne qu'elle n'avait rien à craindre de lui, de ce qu'il lui cachait alors. Et la médium n'en avait rien fait. À plusieurs reprises, ils s'étaient depuis trouvés dans une situation où Nil avait été au moins brièvement à sa merci, mais jamais Indis n'avait montré qu'elle en avait profité. Pragmatique, son esprit lui rappela qu'elle pouvait tout à fait l'avoir fait sans qu'il le sache et sans lui en parler. Raisonnable, son cœur répliqua sereinement qu'il n'y avait aucune raison qu'elle le fasse. Appliqué, Nil exerça son savoir faire pour que la bataille cesse tant que la principale intéressée serait à l'écoute. Le silence mental organisé reprit ses droits.

Indis était détendue, la chanceuse se trouvait à sa place, elle. Si Nil l'avait un jour aidé à développer ce talent pour lire les âmes il n'en avait pourtant pas été la cible, ou du moins rarement. Mais surtout, cette décontraction ne lui disait pas ce qu'il voulait savoir. Indis savait. Elle savait tout. Mais lui n'avait pas son don, il ne pouvait pas savoir ce qui se passait dans l'esprit de la médium. Impossible de savoir si elle lui en voulait encore, et à quel point, s'il avait la possibilité de se racheter ou si la partie était perdue. Cette seule pensée lui serra le cœur et il préféra la chasser pour en rester là de ses pensées.

D'autant que la jeune femme se coula entre ses bras et vint se poser contre son torse. Nil enroula ses bras autour d'elle, trop heureux de ce contact qu'il préféra voir comme un signe encourageant. Il appuya sa joue contre ses cheveux et leur parfum familier empli ses narines. Douce caresse. Comme elle lui avait manqué durant tout ce temps ! Durant sa maladie, il s'était senti à la fois seul et impuissant. Coupable aussi, de lui avoir imposé un tel rythme, causant, il en était sûr, cette maladie mystérieuse. Puis il n'avait pas été là pour elle durant sa rémission, trop pris par cette histoire du meurtre de Laneb, puis la disparition de Earl. L'absence de Indis à ses côtés s'était fait cruellement sentir, pour Naej oui, mais pour Nil aussi. Alors, sentir en cet instant son corps contre le sien, sa chaleur dans ses bras, son odeur dans le nez… tout ça, ça n'avait pas de prix.

- Je ne veux plus de cette douleur non plus. Plus jamais.

Sa place était avec lui. Oui, il le voulait. Si Naej en lui aurait dit que c'était dans l'ordre des choses, Nil lui pensait bien plus fort que c'était dans l'ordre des choses. Car oui, s'il y avait un point sur lequel ces deux là s'accordaient, c'est qu'ils ne pouvaient se passer d'Indis. Elle était trop précieuse. Pour une fois, cœur et raison étaient capable de s'entendre sur quelque chose.

Il n'était pas facile de garder de l'ordre dans ses pensées. Nil avait l'habitude de compartimenter les informations dans son esprit, mais pas de ranger ses pensées immédiates. Du moins s'il avait reçu la formation adéquat il n'était pas habituée à l'appliquer en situation véritable. L'Unique seul savait combien de temps il parviendrait à maintenir cet ordre avant que le déluge ne revienne.

Et c'est ainsi qu'une idée apparut dans son esprit et qu'il tenta au mieux de l'étouffer, ne voulant pas qu'Indis la découvre. Surtout pas. Ne sachant si cela fonctionnerait*, il se concentra sur l'odeur de la jeune femme et fit en sorte de chasser tout le reste de son esprit. Même lorsqu'il parla, la joue toujours posée contre sa chevelure de flammes, il s'efforça de ne penser à rien d'autre qu'à ce qu'il sentait et aux paroles qu'il prononçait.

- Il y a des choses que j'aimerais te dire sur moi, si tu es d'accord. Car nous ne sommes pas sur un pied d'égalité. Même si j'ai toujours su que cela t'intriguait de ne pouvoir lire en moi, je n'ai jamais été très compatissant avec toi à ce sujet. Et alors que je sais tout de ton histoire, tu ne sais rien de la mienne. Ce n'est pas très juste.

En temps normal, il n'aurait pas cherché à se livrer ainsi à quelqu'un. Personne, pas même Niluom ou Faustine ne connaissait la totalité de sa vie. Toujours il avait du garder le secret d'une part de sa vie, ou bien il n'avait eu personne à qui se confier. Aujourd'hui, cela pouvait changer.

*1d20, difficulté 18, résultat 19


Dernière édition par Nil Ol'Shullan le Sam 5 Nov - 22:43, édité 1 fois
avatar
Nil Ol'Shullan
Modérateur/MJ

Registres : Fiche
Fiche de lien : relations & aventures
Messages : 94
Emploi/loisirs : Agir pour le plus grand bien

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour à la maison

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum