Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Mar 11 Oct - 22:15

Depuis des jours, Naskia évitait tout et tout le monde. Elle devait faire profil bas depuis sa rétrogradation, de toute façon. Elle se contentait donc de faire sa part de boulot, de remettre son butin à qui de droit, puis de rentrer dans ses quartiers, ou plutôt le petit espace qui lui était alloué en attendant qu'elle retrouve ses prérogatives. Ce soir-là pourtant, elle n'avait pas envie de solitude, elle n'avait plus envie de se cacher ou de se taire. Ce soir-là, elle avait besoin de parler. Pas à n'importe qui ni n'importe comment, cependant. Elle voulait parler à Kelan. C'est la raison pour laquelle après avoir déposé ses affaires chez Jewel et s'être lavée et changée, elle rejoignit les quartiers de son chef. Ou bien était-il le dieu du microcosme dans lequel elle évoluait ?

- Kelan ? Appela-t-elle doucement en cognant contre le montant de la cloison.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Mar 11 Oct - 23:17

La nuit s’installait doucement dans le dédale de couloirs du labyrinthe. La lumière du jour n’y pénétrait jamais, aussi, seuls les murmures étouffés et les quelques éclats de rire pouvaient indiquer aux habitants des lieux que certains avaient regagnés leur paillasse pour espérer y profiter d’un léger répis avant que la dure réalité de la vie ne les rattrape. Kelan profitait généralement de ces accalmies pour s’adonner à un exercice qu’il chérissait bien. L’écriture. Ce n’était pas un maître de la plume, et ses écrits ressemblaient davantage à des pates d’oies qu’à de jolies inscriptions, mais au moins s’adonnait-il à une activité qui lui permettait de réfléchir. Réfléchir à propos de tout ce qu’il se passait. Réfléchir à propos de tout qui se préparait.

Lorsqu’il se relisait -avec autant de peine que pour coucher les mots sur ce papier de maigre qualité-, il grognait intérieurement. La qualité de sa prose était à la hauteur de son ortographe : digne d’un enfant qui apprend tout juste à lire et à écrire. Mais quoi de plus normal pour un homme qui venait de la rue et n’avait jamais vraiment suivi de réels enseignements.


La lumière de la bougie faiblissait peu à peu et il s’apprêtait à la remplacer par une autre lorsque l’on toqua contra la cloison qui séparait ses “quartiers” du reste du monde. La voix, presque un chuchotement, était reconnaissable entre mille pour lui.
Il jeta un coup d’oeil furtif vers la planche qui faisait office de bureau et il se ravisa. C’était Naskia. Même si ces feuilles étaient noires de pensées personnelles, c’était Naskia.

- Entre, répondit-il aussi doucement qu’elle, comme si leur entrevue était un secret.

Il rangea les feuilles qui traînaient en une pile avant de se retourner et vit le regard interrogatif de la jeune femme. Elle n’eut pour seule réponse qu’un haussement d’épaule.
Kenan observa un instant sa protégée et il se surprit à la voir ainsi apprêtée, propre sur elle. C’était une fille après tout, elle avait le droit à un peu de coquetterie malgré leur condition. Mais en la détaillant un peu plus, il se surprit à se reprendre. C’était une femme, désormais. Ne lui en déplaise. La petite fille de la rue avait bien grandi.
Un soupçon de nostalgie glissa sur son visage avant qu’il ne lui offre un franc sourire. Il était quand même heureux de la voir. Malgré tout.

- Ça faisait un moment que je ne t’avais pas croisée !
avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Jeu 13 Oct - 23:49

Naskia se glissa à l'intérieur sans bruit et s'adossa à la cloison le temps de s'habituer à la semi-pénombre. Le temps aussi de laisser Kelan ranger ce qu'il voulait pour l'accueillir. Repoussant dans son dos sa tresse encore humide, elle resta appuyée contre la paroi sans bouger comme de crainte de déranger l'espace ou on ne savait trop quoi. Devant la remarque de son chef cependant, elle cessa son observation silencieuse des lieux pour darder sur lui un regard intense l'espace de quelques instants. Elle détourna finalement le regard en haussant légèrement une épaule.

- J'ai évité tout le monde.

Sauf Jewel. Mais ce n'était pas vraiment un secret. Surtout pas pour Kelan qu'elle soupçonnait d'être au courant d'absolument tout ce qui se passait dans leur bande comme dans sa vie. Tout comme il savait qu'elle se faisait volontairement discrète, plus que d'habitude en tout cas, depuis sa sanction. Son sourire lui fit du bien mais elle ne parvint pas à lui répondre. Il y avait longtemps qu'elle avait cessé de sourire ou même de laisser transparaître des émotions violentes sur ses traits. Elle s'efforçait de rester aussi neutre et froide que possible, sans doute pour mieux se protéger du monde qui menaçait à chaque instant de les engloutir.

- Je savais pas si tu voulais me voir.

La vérité c'est que depuis son évasion et son retour sous terre, depuis leur conversation au sujet de Faustine, elle ne savait plus comment s'adresser à Kelan. Elle se sentait mal à l'aise, empruntée, en quête de choses qu'elle ne savait pas nommer. Même en cet instant, alors qu'elle était venue le voir d'elle-même, elle restait gauche et ne savait que dire ni par où commencer. Une part d'elle voulait revenir à l'âge où Kelan l'avait trouvée dans la rue, à l'âge où elle pouvait se serrer dans ses bras. Mais une plus grande part d'elle encore voulait trouver enfin comment vivre cette relation en tant qu'adultes. En attendant, elle n'arrivait pas à le regarder mais restait là, plantée comme une racine et les yeux baissés vers le sol.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Ven 14 Oct - 11:29

Sa remarque à son intention visait davantage à entamer la discussion plutôt qu’à lui reprocher quoi que ce soit. Il le savait, depuis que les conséquences avaient rattrapé ses actes, Naskia s’imposait de vivre en paria, évitant de sociabiliser trop avec ses semblable et évoluant en marge des Réprouvés. Elle avait été avertie et n’avait nullement besoin de se punir davantage elle-même.

La jeune femme conservait sur ses traits un visage fermé, presque gêné d’être venue à sa rencontre. Mais c’était de sa propre initiative et tous deux s’étaient apprivoisés depuis le temps et sa protégée devait savoir au fond d’elle-même qu’il était toujours disponible pour elle, peu importait la situation.
Kelan laissa donc échapper un profond soupir lorsqu’elle partagea sa crainte qu’il ne veuille plus la voir.

- Ce qui est fait, est fait. Tout le monde fait des erreurs. Elles existent pour nous faire grandir et on ne cesse jamais d’en faire. Mais, il ne faut jamais faire la même erreur deux fois, ce serait une idiotie.

Le chef de la bande s’approcha de la jeune femme qui avait repris son visage d’enfant un bref instant, à scruter le sol pour y dénicher un trou où s’y dissimuler. Elle lui faisait penser à une enfant grondée en public d’avoir fait une bêtise et qui sait qu’une fois en privé, des remontrances plus sévères encore l’attendent.
Mais Kelan n’était pas de ceux-là, et l’expression qu’arborait le visage de sa protégée, ajouté au fait qu’il préférait mettre tout cela derrière lui, ne faisaient que renforcer sa conviction que la jeune femme n’en avait pas besoin de davantage pour comprendre ses fautes et ne pas recommencer.

Il s’approcha d’elle, et releva sa tête, découvrant un regard fuyant et empli de culpabilité. Kelan la rassura.

- Naskia, tu n’es pas une idiote. Et tu n’en deviendras jamais une.

Il patienta qu’elle veuille bien échanger un regard avec lui, qu’elle déchiffre dans ses yeux sa sincérité et l’absence totale de reproche. Une fois certain qu’elle eut compris le message, il retourna à son bureau pour finir de débarrasser ses affaires. Penché sur celui-ci pour rassembler les quelques feuilles et épousseter grossièrement le bois, il invita la jeune femme à s’asseoir sur la paillasse qui lui servait de lit. Puis il entama une conversation comme si rien ne s’était jamais passé, comme ils en avaient l’habitude.

- Alors, quelles sont les nouvelles ? Je suis persuadé que tes oreilles ont trainé et entendu leur lot de secrets croustillants !
avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Dim 16 Oct - 23:03

Pour rassurée et soulagée qu'elle soit, Naskia n'en restait pas moins empruntée comme si elle n'était pas à sa place. Finalement le problème n'était pas tant son attitude, son aventure avec Faustine ou tout ce qui s'en était suivi. Il y avait quelque chose de sous-jacent et d'indicible qui restait comme suspendu dans l'air. Un poison lent et insidieux, songea-t-elle avant de se secouer. Il ne tenait qu'à eux de s'en débarrasser. Docile, elle alla prendre place sur sa couche et esquissa un bref rictus amusé.

- Mes oreilles trainent toujours.

Elle promena son regard un peu partout puis revint à Kelan. Les questions continuaient de tourner inlassablement dans sa tête mais elle refusait de se laisser envahir.

- J'ai surtout entendu ce qu'ils ont fait à Gaal. Je ne comprends pas pourquoi elle n'a pas saisi l'occasion de faire une sortie plus digne.

Les yeux dans le vague, elle garda le silence quelques instants et haussa une épaule comme si la réponse lui était indifférente. En réalité, elle ne parvenait pas à comprendre que la Réprouvée ait préféré affronter ses accusateurs Libérés, la torture et bientôt le jugement de la société qu'ils honnissaient tous. Même si elle admirait son courage pour faire face, il n'en restait pas moins qu'elle ne comprenait pas vraiment.

- On dit aussi qu'Ayzebel se fait une jolie place, surtout avec tous ceux qui sont partis...
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Mar 18 Oct - 17:34

Bien sûr qu’elles trainaient toujours ! C’était une voleuse, comme lui ! Et il l’avait formée à sa manière. Les gens de la noblesse avaient l’habitude de s’enorgueillir de leur réussite et en parlaient souvent en public pour susciter l’envier de leurs pairs. Il s’agissait là de la première source d’informations qu’utilisaient les membres de sa bande pour subtiliser les biens dont ils étaient si fiers. Mais ce détournement professionnel les « obligeait » à laisser leurs oreilles trainer aussi au sein du labyrinthe. Pour le plus grand plaisir de Kelan, vers qui chacun accourraient pour partager les bribes d’informations qu’ils avaient entendues. Le savoir, c’est le pouvoir, disait-il. Aussi sourit-il à part lui en réponse à l’affirmation de sa petite protégée.

Les premières informations qu’elle partagea mentionnèrent Gaal. L’homme pinça les lèvres. Le sujet restait sensible, même si tous s’efforçaient de mettre cette histoire derrière eux. La remarque de Naskia était avisée, mais elle oubliait une chose. La fierté pouvait aveugler n’importe qui lorsqu’elle était mal placée. Et Gaal en était la preuve vivante, du moins, pour quelques jours encore.

Le reste concernant la jeune Ayzebel. Introduite au rang de chef de bande récemment, elle profitait d’une aura exceptionnelle, bien aidée, il était vrai, par une plastique irréprochable. Il ne devait pas lui falloir beaucoup d’efforts pour faire tourner les têtes, et, il le savait, elle en abusait volontiers pour arriver à ses fins. Mais c’était quelqu’un de droit, et Kelan ne doutait pas que l’on puisse décider de la suivre aveuglément, même en étant insensible à ses charmes -si cela était chose possible-. Cela en dérangeait pour beaucoup, mais lui n’était pas de ceux-là. Elle avait mérité sa place et elle s’en montrait digne pour le moment. Mais elle avait également une ambition dévorante à laquelle il faudrait prendre garde.

- Ca ne m’étonne pas. Ayzebel jouit d’un certain charisme. Les hommes la suivent du regard et nourrissent certaines envies à son égard. De fait, ils la suivent, espérant vainement obtenir ses bonnes grâces dans l’espoir de la mettre dans leur couche. Pour les autres, ils ont vu qu’elle avait assez d’intelligence pour être capable de les mener vers de meilleurs horizons que nous autres, quels qu’ils soient.

Il laissa échapper un soupir de lassitude. La nouveauté de sa bande et son énergie débordante -probablement due à sa jeunesse- suscitaient les vocations. Il l’enviait, en quelque sorte. Mais il ne s’y laissait pas prendre. Du moins, l’espérait-il.

- Il faudra continuer à l’épier, de loin, pour anticiper ses prochaines actions. Elle a mérité sa place, mais espérons qu’elle ne convoitise pas une place plus haute.


L’espionnage n’était pas la spécialité de sa bande, mais ils ne pouvaient compter que sur eux-mêmes pour être au fait des petites manigances de leurs camarades. Car il était hors de questions de rester spectateur des prochains évènements. Et seules les oreilles de certains proches étaient dignes de confiance, Naskia, bien davantage que les autres malgré son léger écart.
avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Jeu 20 Oct - 20:52

Naskia garda le silence un moment, le regard baissé et un pli de réflexion entre les sourcils. Les mains sur le bord du lit de part et d'autre de ses genoux, elle était légèrement penchée en avant comme s'il y avait une chose absolument fascinante au sol.

- Tu sembles beaucoup l'admirer.

C'était une simple remarque dépourvue de toute émotion. Les informations entraient dans sa tête, y prenaient place de manière ordonnée et y restaient bien sagement jusqu'à ce qu'elle en ait besoin. Celle-là ne ferait pas exception. Elle-même n'avait pas de réelle opinion sur Ayzebel, ni sur grand chose d'ailleurs. Elle restait en retrait, elle était une source de renseignements pour Kelan mais ne se permettait pas de juger ou de prendre parti, elle laissait ça aux décideurs.

- Jusque là, elle n'a pas convoité plus haut que la place de chef de bande mais je resterai à l'écoute.

La précision était inutile mais elle ne voulait pas mettre fin à leur entretien immédiatement. Pourtant, impossible de comprendre elle-même ce qui la retenait, ce qui lui nouait le plexus. Levant la main, elle contempla la place manquante de son doigt et haussa légèrement une épaule. Il y avait si longtemps qu'il manquait à présent. Le souvenir était calme dans sa tête, comme celui du jour à Kelan l'avait trouvée dans la rue. Après un nouveau silence, elle reprit d'une voix très basse.

- Pourquoi m'as-tu prise avec toi ce jour-là ?

Pourquoi le chef d'une bande de voleurs avait-il décidé de s'encombrer d'une gamine affamée qui marchait à peine ? Le mystère restait entier et elle n'était pas certaine de réellement comprendre un jour, même si elle interrogeait encore Kelan cent fois à ce sujet.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Dim 23 Oct - 11:13

Percevait-il une pointe de jalousie dans sa voix lorsqu’il fit part de son avis purement objectif envers Ayzebel ? Il se retint de laisser un léger rictus se peindre sur le coin de ses lèvres et continua d’observer sa protégée, appuyé sur son bureau, les mains posées sur la planche de bois.

La jeune femme accepta de rester aux aguets quant aux agissements de l’alter-ego féminin de Kelan, affirmant toutefois au passage qu’elle ne convoitait point au-delà de la position qu’elle occupait déjà. Elle n’avait aucun moyen de le savoir, mais elle se trompait. Ayzebel avait été introduite à nouveau rang devant un comité restreint et l’une de ses petites remarques en fin de « cérémonie », lâchée sur le ton de la plaisanterie, avait été prise très au sérieux par le voleur. Lorsque l’on est promu sans jamais en avoir émis le souhait, un sentiment de satisfaction peut s’immiscer dans chacun de nous et faire éclore une graine très spéciale, celle de l’ambition. Elle n’y échappait, il en était certain. Mais il garda cette information pour lui, préférait que ses subalternes continuent d’agir avec leur propre objectivité. Et puis, cela lui permettait de conserver une longueur d’avance sur les siens.

Kelan haussa un sourcil, intrigué par la contemplation religieuse de sa protégée et de son doigt manquait. Puis, sans crier gare, elle lui demanda une question qu’il avait redouté des années.
Pourquoi ?
Il pinça les lèvres, tapota du doigt sur le bois, imitant Naskia en fixant avec intérêt le sol dénué de vie sous leurs pieds. Il n’avait besoin d’aucun effort pour se remémorer ce jour, dans la rue, où il l’avait croisée et décidé de son destin à sa place.

- Je n’ai pas réfléchi longtemps. C’est l’instinct qui a agi, avant que l’esprit ne comprenne finalement le geste qui m’avait poussé à emmener une enfant livrée à elle-même dans la rue.


Il marqua une pause. Devait-il lui résumer son ressenti ou au contraire jouer carte sur table, inquiet de sa réaction ? Il s’agissait de Naskia, qu’il avait élevé comme sa fille, qu’il avait enlevé à un autre destin. Elle méritait de savoir, aussi reprit-il, d’une voix douce mais peut-être légèrement tremblotante à l’oreille de quelqu’un qui le connaissait.

- Tu étais déjà très jolie à ton âge. Les années allaient faire de toi une très belle femme. Et sur ce point, au moins, le temps m’a donné raison. Quand je t’ai croisée, seule, affamée, je savais, j’étais persuadé au fond de moi, de savoir quel destin t’attendait. Je sais que certaines en font le choix, et je l’accepte, mais je ne pouvais penser que tu le méritais. La garde approchait, et je me suis dit que je pouvais t’offrir une meilleure vie que celle que tu avais, que celle que tu allais avoir si je te laissais là. Alors je t’ai prise.
- Tu n’as pas vécu dans le luxe, mais tu as grandi libre. Et j’espère t’avoir inculquée le sens des valeurs et un peu de droiture. J’ai conscience de t’avoir arrachée à une vie pour t’en imposer une autre, et qu’elle ne correspondait peut-être pas, et ne correspond peut-être pas encore aujourd’hui, à tes désirs. Mais j’espère avoir fait le bon choix. Et que tu ne m’en veux pas.


Il avait lâché ces derniers mots avec une crainte qui lui tenaillait le ventre, il s’en apercevait aujourd’hui. Il s’inquiétait de l’avis que pouvait porter sa protégée sur un geste qui avait chamboulé leur existence à eux deux. Elle n’avait jamais fait montre de quelque reproche, mais il le savait, la jeune femme était aussi mystérieuse que belle. Les évènements récents en étaient la preuve parfaite. Il avait été franc avec elle, et qu’importait sa réponse, il en attendait autant d’elle. Kelan releva la tête pour la fixer dans les yeux, cherchant à discerner dans l’éclat de son regard sa réaction avant qu’elle n’y mette des mots.

avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Jeu 27 Oct - 20:35

Rendue muette par ces révélations presque inattendues malgré la question qu'elle avait posée, Naskia continua de regarder sa main un long moment sans rien dire. Pour finir, elle remit sa main sur le lit à côté de sa cuisse et releva la tête pour dévisager Kelan, son père qui était tellement plus que cela. Là encore, elle resta silencieuse un moment. De nouvelles questions venaient s'ajouter à toutes celles qu'elle s'efforçait à chaque instant de repousser aux limites de son esprit pour rester lucide. Elle savait très bien lesquelles étaient les plus importantes pour son coeur, celles dont les réponses la bouleverseraient, mais elle était trop lâche pour les laisser sortir. Portant sa main à son front, elle se frotta les yeux tout en détournant enfin le regard.

- Regrettes-tu que je sois devenue un assassin ? As-tu honte de moi ?

Pas la plus importante, certes, mais une question essentielle tout de même. Que pensait-il réellement d'elle au fond ? De ses choix ? De ce qu'elle avait fait pour ses contrats ? Et des choix qu'elle avait fait pour sa vie personnelle ? Elle se sentait soudain fatiguée. Lasse, plutôt. Et vulnérable. Elle mettait tant de volonté à maintenir en place les barrières qui la protégeaient d'ordinaire. Ce soir, cette nuit, tout semblait différent, plus flou, plus fragile. Ou bien était-ce seulement elle ?
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Mer 9 Nov - 20:27

Il s’était attendu à tout autre chose qu’un silence en guise de réaction à ses mots. Elle le dévisageait, mais rien ne sortait de sa bouche. Kelan imaginait que sa protégée aurait mille questions à lui poser, ou au moins qu’elle lui réponde à sa dernière phrase. Mais elle resta silencieuse, à le scruter, impassible, sans qu’aucune expression ne puisse être lue sur son visage. Finalement, elle détourna les yeux et se les frotta. Essuyait-elle des larmes ?

Il n’en savait rien.

Elle finit par laisser échapper des mots de ses lèvres. D’autres questions. Avait-il des regrets quand à sa propre décision de la former et d’avoir échoué à en faire quelqu’un d’irréprochable ?
Le silence s’installa à nouveau pour laisser le temps au voleur de réfléchir à ce qu’elle lui demandait et de prendre le soin de choisir les bons mots.
Kelan déglutit et répondit finalement à la jeune femme qui semblait bien fragile ce soir-là.

- Je ne regrette pas que tu sois devenue un assassin. Je regrette que nous soyons tous, les Réprouvés, obligés de vivre ces vies misérables que sont les nôtres. Nous survivons. Et pour y arriver, certains doivent faire plus de sacrifices que d’autres. En faisant de toi un assassin, nous t’en demandons plus qu’à un enfant devenu voleur. Mais ton rôle est d’autant plus important pour notre communauté, car il s’agit du dernier rempart qui nous protège de nos imprudences.

Ce dernier mot, elle ne s’en doutait peut-être, mais il s’agissait des conséquences d’avoir livré Gaal. Il avait conscience que Naskia pourrait prendre cette remarque pour elle car, ses égarements sentimentaux -c’était comme cela que Kelan appelait sa petite erreur- avaient souvent été qualifiés d’imprudence. Mais il s’agissait au contraire d’une parfaite introduction pour la réponse à sa seconde question.

- Je ne crois pas avoir jamais été déçu par tes actes. Tu as toujours été juste et, malgré tes erreurs, tu as su apprendre et grandir de ces expériences. La plus récente est probablement celle qui forgera ton caractère d’adulte. Parce que c’est ce que tu es aujourd’hui, Naskia. Une adulte. Et je te parle comme un égal désormais.

En laissant échapper ces derniers mots, il sentit un léger pincement au cœur de réaliser qu’en effet, la petite fille recueillie dans la rue était maintenant devenue une femme en âge de faire ses propres sans choix, sans devoir lui rendre des comptes. Elle resterait sa protégée, mais il lui fallait maintenant prendre son envol. Elle ne devait plus dépendre de lui et désormais avoir son indépendance, être libre de ses propres choix, de ses décisions, de rejoindre une autre bande. Il ne savait pas ce qu’elle ferait de cette possibilité qu’il lui donnait en reconnaissant qu’elle était désormais une adulte mais c’était ce qui lui semblait le plus juste. Il lui avait imposé son choix en l’emmenant avec lui, et dès lors, elle l’avait suivi aveuglément. Elle avait gagné le droit de tracer sa propre route si elle en avait l’envie. C’était un juste retour des choses après avoir autant pesé sur sa vie.
avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Mer 9 Nov - 22:16

Sagement et patiemment, Naskia avait érigé autour d'elle des barrières de protection, autour de son coeur surtout. Les centaines de questions qui tournaient et retournaient dans sa tête en un tourbillon infini ne lui laissaient aucun répit et pourtant, elle parvenait à les maintenir à distance la plupart du temps. Mais pas ce soir. Kelan, son père, son dieu et son monde entier, avait le chic pour abattre ses défenses et la laisser aussi vulnérable que lorsqu'il l'avait recueillie. Quel âge avait-elle alors ? Aucun d'eux ne le savait et ne le saurait jamais. Elle se sentait nue, trop exposée, trop fragile. Cependant, rien n'aurait pu la faire reculer. Elle se cachait depuis si longtemps, elle se refusait tant de réponses comme elle les refusait à Kelan en lui opposant ce mur d'indifférence affichée. Il était plus que temps de briser ce cercle.

Sur le point de lever les yeux, elle s'interrompit pourtant en comprenant où Kelan voulait en venir avec ses dernières phrases. Il lui rendait sa liberté ! Comme si... Non, elle devait faire erreur... Ou lui. Elle avait forcément mal compris. Ou alors... Oui, il y avait un corollaire direct au fait qu'il la considère comme une adulte et comme son égale. Comme dans un état second, elle se leva et le rejoignit à pas lents et hésitants, comme si elle était dans le brouillard. D'ordinaire plutôt brusque, trop garçon manqué, elle était douce et mesurée cette fois. Devant Kelan, elle s'arrêta un instant pour le regarder puis se glissa entre ses bras et se pressa contre son torse en fermant les yeux.

- Je ne veux pas être libre, chuchota-t-elle au bout de quelques instants.

D'autres mots venaient mais se bousculaient dans sa tête, s'entassaient sur sa langue et refusaient de franchir ses lèvres. Elle voulait à toute force lui dire, ou au moins lui faire comprendre, que non seulement elle ne lui en voulait pas mais pour rien au monde elle n'eut souhaité une autre vie que la sienne. Elle était remontée aux sources et avait vu ce qu'elle aurait pu avoir si la destinée avait été différente ou moins capricieuse. Mais Kelan restait son ancre. Elle ne voulait rien d'autre que rester avec lui, près de lui, avec ses frères d'armes. Presque rien d'autre.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Jeu 10 Nov - 20:57

La jeune femme pourtant si loquace habituellement restait aussi silencieuse qu’une tombe alors qu’il lui disait enfin tout ce qu’elle avait voulu savoir et qu’il lui offrait de vivre sa propre vie. Elle ne disait rien, ou bien elle posait encore davantage de questions. Il était compliqué alors pour Kelan de savoir ce qu’elle pensait, quelle était sa réaction face à toutes ses déclarations. Il espérait que c’était l’émotion qui la gardait muette plus que l’incompréhension qui se peignit sur son visage un bref instant avant qu’elle ne se lève et avance d’un pas chancelant jusqu’à lui, comme si elle se réveillait après avoir reçu un violent coup sur la tête. Naskia s’arrêta alors à un souffle de lui puis vint se lover dans le creux de ses bras sans qu’il ne s’y attende. Ce genre de démonstration était peu habituel, tout comme ces longues déclarations dont avait fait preuve le voleur. Peut-être étaient-ce les circonstances, où Naskia aurait pu connaître un sort moins heureux encore que la vie qui était la sienne aujourd’hui, qui les obligeaient à laisser échapper quelques gestes, quelques mots sentimentaux.

Kelan plaça ses mains autour de la jeune femme et l’étreignit un bref instant, comme s’il la protégeait encore malgré qu’il la libérait. Mais Naskia, elle, n’en voulait pas de cette liberté. L’homme savait ce que cela signifiait au fond de lui, et son cœur s’arrêta de battre un bref instant. Elle préférait rester auprès de lui.

Le nez humant le parfum de sa chevelure noire, le voleur réprima un soupir. Ses mains remontèrent jusqu’à ses épaules et il rompit leur étreinte pour croiser le regard de sa protégée. L’éclat rouge de ses yeux bruns lui donnait toujours l’impression d’être sondé par une sorte d’être magique. Cette lueur était peu commune et il pourrait reconnaître ce regard parmi des milliers. Il était à jamais gravé dans sa mémoire et il n’avait jamais vraiment changé depuis toutes ces années où il l’avait enlevée de la rue pour lui donner cette vie qui était aujourd’hui au centre de toutes ces interrogations. Naskia et lui échangèrent un regard pendant un long moment avant que le voleur ne brise le silence.

- Je ne veux pas que tu te crois redevable. Je veux que tu fasses ce que tu souhaites, sans chercher l’aval de quiconque. Je veux que tu sois toi-même et non Naskia, la protégée de Kelan. Je veux que les Réprouvés te voient telle que tu es vraiment.

La jeune femme lui semblait si vulnérable en cet instant qu’il en était lui-même perturbé. Par ses mots, il espérait lui redonner contenance et raviver la flamme qui était la sienne. Celle d’une femme volontaire, pleine de vie et que rien ne pouvait arrêter. Sa fille avait bien grandi, il le savait. Il était étrange désormais de l’enlacer ainsi et de la réconforter, de la rassurer alors qu’elle était devenue une si jolie femme. Il aimait toujours la sentir contre sa poitrine, mais il trouvait ces gestes de plus en plus déplacés, comme si, les années aidant, une frontière s’érigeait peu à peu entre eux. Était-ce cela de voir son enfant devenir un adulte ? La sensation était troublante.

Les mains toujours sur ses épaules, Kelan laissa ses yeux courir sur la chevelure couleur d’encre de la jeune femme. Quelques reflets de la lueur des bougies y dansaient et lui arrachèrent un sourire. Le voleur la dévisagea alors, son regard s’attardant sur le brillant de ses yeux, la pointe de son nez et les courbes de ses lèvres. Il se mit à distance, les bras tendu et l’analysa de la tête au pied.

- Et quelle femme es-tu devenue ! Qui aurait pu s’en douter !

Oui, il brisait volontairement cette atmosphère trop intimiste pour lui qui s’était instaurée pour ramener un petit peu de légèreté dans leur conversation. Kelan aurait pu renchérir qu’elle devait en faire tourner des têtes aujourd’hui, et se gausser en prétendant que ce n’était pas gagné vu sa petite tronche quand il l’avait emmenée. Mais il savait. Il l’avait su dès qu’il l’avait aperçue dans la rue. Il savait quelle femme elle deviendrait. Il ressentit un léger pincement au cœur alors qu’il continuait de l’observer. Était-ce de la fierté ou du regret ?

avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Ven 11 Nov - 21:03

Kelan referma ses bras autour d'elle et le temps s'arrêta. Kelan referma ses bras autour d'elle et le monde disparut. Pendant le bref instant que dura cette étreinte, elle eut l'impression d'être enfin arrivée, d'être à la place qui lui revenait, que la vie avait créée pour elle. Le monde entier retenait son souffle. Et quand il la prit par les épaules pour croiser son regard, elle en resta pétrifiée, comme suspendue au-dessus d'un grand vide dans lequel elle basculait inexorablement. La bouche sèche, le souffle coupé, elle attendait de tomber sans chercher à se retenir, confiante et calme comme si les pièces du puzzle s'emboitaient enfin. Perdue dans le regard de celui qui se croyait son père, elle se noyait sans lutter et avec une assurance qu'elle n'avait jamais ressentie auparavant. D'un coup, tout semblait clair, limpide, impossible à éviter. De toute façon qui aurait voulu éviter le destin ? Pas elle, en tout cas. La roue tournait pour elle, cette fois. Je veux que ce soit toi qui me voies telle que je suis, criait la voix dans sa tête mais les mots refusaient toujours de se former sur ses lèvres. Pouvait-il le sentir ? Pouvait-il lire en elle tout ce qu'elle n'arrivait pas à dire ?

Il recula alors, brisant volontairement le cocon qui s'était formée autour d'eux, balayant l'atmosphère chargée de magie. Et pourtant, oui pourtant ses mots et son regard lui disaient qu'il la voyait. Savait-il ? Le ventre noué, le coeur battant, elle ne le quittait pas des yeux comme si elle pouvait deviner, elle aussi, comme si elle pouvait dessiner les mots dans son esprit pour qu'il les comprenne. Il la voyait. Il la voyait ! Un curieux petit sourire en coin naquit sur ses lèvres alors que son coeur se remettait à battre si fort qu'elle crut qu'il pourrait l'entendre.

- Toi, répondit-elle enfin, si bas que sa voix rauque était à peine plus qu'un souffle. Toi, tu savais.

Il savait et il avait fait d'elle ce qu'elle était devenue, misant tout sur elle et se consacrant à elle au lieu de s'occuper de sa propre vie. Regrettait-il ? Non. À le voir, à l'entendre, elle était certaine que non. Pour sa part, elle avait bien des regrets, mais tout disparaissait quand il la regardait ainsi. Même Faustine devenait un souvenir plus lointain et un peu moins douloureux quand il la regardait comme ça. Il lui offrait enfin ce qu'elle avait tant attendu sans jamais oser se l'avouer et elle en était galvanisée. Aveuglée par sa confiance et son abandon, elle oubliait qu'il existait un monde en dehors d'eux. D'ailleurs, Kelan avait toujours été le centre de son monde et même son monde tout entier, son univers. Elle fit un pas en avant alors, franchissant la distance qui les séparait et passa sa langue sur ses lèvres sèches. Il fallait qu'elle parle, qu'elle réussisse enfin à dire quelque chose.

- Kelan...

La voix étranglé, l'esprit confus et le regard troublé, elle se tendait toute entière vers lui dans l'attente de ce qu'elle désirait si fort entendre. Et ressentir.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Kelan le Sam 12 Nov - 18:46

Avant qu’elle réponde alors qu’il la flattait, un léger sourire apparut sur ses lèvres. Elle n’avait encore rien dit, mais ce sourire était une petite victoire au moins. Et cela changeait du visage inexpressif et impassible que la jeune femme arborait habituellement. Cette expression de béatitude suffisait à réchauffer le cœur le plus glacé.
Naskia finit par laisser échapper quelques mots. Il hocha la tête en réponse. Oui, il savait ce qu’elle allait devenir. Comme il savait que chaque matin, le soleil se levait pour chasser l’obscurité.

Les mains de Kelan toujours posées sur les épaules de la jeune femme, elle fit un pas avant, une curieuse expression sur le visage. Un son sortit avec peine de sa bouche. Ce son, c’était son nom à lui, lâché comme un poignard que l’on retire du cœur. Le regard qu’elle portait sur lui était aussi significatif que le ton qu’elle avait employé pour le nommer. Un bref instant, tout s’arrêta. Et tout devint limpide. Il connaissait ce regard. Il l’avait déjà vu quelques rares fois, il savait ce qu’il signifiait, ce que le corps de la jeune femme, raide comme s’il attendait son exécution, attendait. Il voyait sur son visage ce que ses lèvres ne pouvaient même pas murmurer.
Son regard s’arrêta sur ses lèvres qui appelaient à être libérées elles aussi. Il déglutit. C’était sa fille. On ne pouvait pas faire ça à son enfant.

- Naskia…

Il avait lâché son nom à son tour dans un souffle, mais non comme un supplice de mettre fin à ses souffrances, mais plutôt comme une demande de ne pas rendre les choses plus compliquées qu’elles ne l’étaient. Il l’avait élevée, protégée, comme son propre enfant. Pouvait-il seulement agir ainsi et lui donner ce qu’elle attendait maintenant qu’elle était devenue une très belle femme ? En était-il seulement capable d’ailleurs ? Il l’aimait. Bien sûr qu’il l’aimait. Mais l’aimait-il comme un homme aime sa femme, ou l’aimait-il comme un père aime son enfant ? Les années s’étaient écoulées depuis ce jour où il l’avait emmenée. Dans la rue, vulnérable, laissée à son propre sort, il s’était senti l’obligation de l’aider. Mais, cette nuit-là, la voyait-il différemment d’alors ? Elle était désirable, oui, mais la désirait-il ? A chaque instant où ses pensées s’aventuraient vers un échange de baiser ou des caresses plus charnelles, son esprit lui hurlait : « non, c’est ta fille. »

Comme pour donner plus de force à ce murmure qui lui susurrait le chemin de la raison, il fit non de la tête.
Ses mains glissèrent de ses épaules et il se détourna de sa protégée, fuyant son regard pour ne pas y voir ce qu’elle ressentait, fut-ce de la colère ou de la tristesse. Ce qu’elle pourrait ressentir, et ne dire qu’avec ses yeux qui l’observaient, dans l’expectative, lui crèverait le cœur à lui aussi.

- Ce n’est pas bien, lâcha-t-il finalement alors qu’il passait dans son dos, autant pour rompre leur proximité que pour l’empêcher de s’enfuir si elle se décidait à partir. Il craignait de la blesser, il craignait que sa fille ne s’en aille. Il craignait qu’en réalité, il se soit trompé, et qu’elle ne soit encore qu’une enfant. Derrière elle, il préféra lui expliquer ce qu’il voulait dire. Après tout, n’était-ce pas le soir où il lui disais tout ?

- Je ne peux pas faire cela à mon enfant, je ne peux pas te faire cela.
Il soupira. Ce n’est pas comme cela que je t’aime.

L’espérait-il, tout du moins.
avatar
Kelan
Prince des voleurs

Messages : 82

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Naskia Viläme le Dim 13 Nov - 23:31

Naskia comprit en un clin d'oeil ce qui se passait dans la tête de Kelan et une blessure béante déchira son coeur. Pétrifiée, elle baissa seulement les yeux pour dissimuler l'insupportable souffrance qui devait se lire dans son regard blessé. Elle n'avait soudain plus qu'une envie : disparaître. Elle aurait voulu se dissoudre immédiatement, fondre jusqu'à être absorbée par le sol, s'enfoncer dans la terre jusqu'à ce que son existence soit oubliée. Mais elle ne pouvait même pas se retirer de cette pièce, se cacher dans un coin sombre pour panser ses plaies. Kelan lui coupait toute retraite. Volontairement, elle n'en doutait pas. La tête basse, le corps raide et les dents serrées, elle réussit cependant à articuler péniblement une réponse.

- Je comprends.

Elle attendit de voir s'il allait ajouter quelque chose, s'il allait tenter de croiser son regard ou même s'énerver, peut-être. Allait-il jouer les pères ? Ou les chefs ? Allait-il la forcer à entendre ce qu'elle ne voulait pas entendre ? Elle décida qu'il valait mieux faire comme si de rien n'était et prendre les devants.

- Je ferais mieux de rejoindre Jewel, conclut-elle tout en luttant pour recomposer son masque froid et indifférent.

Difficile - impossible, peut-être ? - de paraître détachée quand votre coeur vient de se déchirer en lambeaux ? Peut-être était-ce aussi pour ça qu'elle avait mentionné Jewel et le fait qu'il l'hébergeait depuis qu'elle avait perdu ses avantages en nature.
avatar
Naskia Viläme
Âme damnée

Registres : Fiche
Messages : 227

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans le noir [PV Kelan - Début d'été 1139]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum