Retour aux sources

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Retour aux sources

Message par Autorité le Ven 23 Sep - 22:06

12eme jour du troisième mois de printemps 1139,
Dans la rue du grenier à lutfa, à la limite entre le quartier des artisans et le quartier des moissonneurs



Des éclats de voix montaient de l'atelier de menuiserie du maître Gimbert. Deux voix d'hommes se disputaient.

- Je suis désolé mon gars, j'ai trop de travail, disait la voix grave et rocailleuse de l'artisan, je ne peux pas m'occuper de ta barge.

- Vous êtes le dernier qui accepte encore de travailler pour les moissonneurs, vous ne pouvez pas me faire ça alors que l'été arrive ! Vous savez très bien que c'est maintenant qu'on a besoin de surveiller la lutfa !


La seconde voix était plus jeune, bien qu'adulte, et chargée de ressentiment. Son ton se faisait suppliant, par dessus une colère à peine contrôlée.

- Qu'est-ce que j'y peux si je suis débordé au moment où tu casse ton outil de travail ? Il faut être plus soigneux. Va voir maître Thall, il aura peut-être le temps de s'en occuper.

- Faites pas semblant, vous savez comme moi qu'il ne veut plus de notre clientèle. Merci quand même !


Bern Onevin s'en alla sans plus insister. Tout à ses préoccupations, il ne regardait pas devant lui lorsqu'il quitta l'atelier et entra dans une passante qu'il n'avait pas vu. Il la heurta de plein fouet. Sa carrure de travailleur manuel faisant le reste, la jeune femme fut envoyée plusieurs pas en arrière.

- Oh pardon, je ne vous avais pas vu.

Le ton de sa voix n'était pas franchement sincère. On lisait surtout dans son regard une douleur profonde quand son visage exprimait encore la colère qu'il ressentait après l'entretien avec l'artisan.

MJ:
Je te propose plusieurs possibilités :
- soit tu reconnais Bern Onevin, qui a quelques années de plus que toi, fils de moissonneur devenu lui-même moissonneur, parce qu'il était ton voisin (et ami ?) lorsque tu habitais encore le quartier des moissonneurs
- soit tu ne le connais pas mais discerne en lui un moissonneur, parce que tu as entendu la conversation ou parce que tu reconnais la grosse pince accrochée à sa ceinture qui sert à ouvrir une noix de lutfa en un tour de main pour voir si elle est mure (outil utilisé par tous les moissonneurs)
dans les deux cas, je te laisse décider de la façon dont tu réagis
avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Athénaïs le Mar 27 Sep - 20:17

L'heure du repas venait tout juste de passer lorsqu'Athénaïs était sortie de chez elle. Après avoir préparé puis servit à manger à son frère et son père, elle avait attrapé une cape assez légère et était sortie de chez elle. Son repas à peine avalé, il lui fallait déjà penser à celui du soir-même. La jeune femme avait l'habitude de vaquer à ce genre d'occupation à cette heure-ci. Il faut dire qu'entre midi et deux, le marché situé le plus proche de chez elle était un peu moins fréquenté. De ce fait, Athénaïs était certaine d'y passer un peu moins de temps et de pouvoir rentrer chez elle rapidement. D'autant plus qu'une fois de retour, elle avait bien d'autres tâches qui l'attendaient.

Connaissant le chemin par coeur, elle laissait ses jambes la conduire jusqu'à sa destination. Toutes ses pensées étaient alors libres de s'occuper à autre chose. Pendant qu'elle parcourait les rues pavées du quartier des Artisans qui lui permettraient de rejoindre le marché, elle songeait alors à ce dont elle avait besoin pour ce soir, passant en revue mentalement le stock de nourriture dont elle disposait déjà à la maison.

Elle était en train de se demander s'il lui restait suffisamment de pommes - son frère en étant friand - lorsqu'elle fut bousculée par un individu. Sous l'impact, elle recula de plusieurs pas et dut faire un effort pour maintenir son équilibre. Elle releva la tête lorsque le fautif s'excusa d'un air détaché, prétextant ne pas l'avoir vue. Cette voix, Athénaïs la connaissait bien mais ne l'avait pas entendue depuis de nombreux mois. C'était celle de Bern Onevin, un jeune moissonneur dont la famille vivait juste en face de chez eux lorsqu'Athénaïs et sa famille habitaient encore dans le quartier des moissonneurs. Ils n'étaient pas forcément amis mais du fait de cette proximité et surtout du travail de leurs pères respectifs, il était normal qu'ils se connaissent un tant soit peu.

- Fais attention la prochaine fois, Bern. L'avertit-elle simplement et d'une voix suffisamment ferme pour se faire comprendre. Elle s'apprêtait à reprendre sa route quand en repassant à côté de lui, elle sentit qu'il était contrarié et bouillonnait de l'intérieur. Alors elle ne put s'empêcher de lui demander : Qu'est-ce qui ne va pas? Tu as l'air contrarié.
avatar
Athénaïs
Joueuse de cartes

Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Autorité le Jeu 29 Sep - 21:06

Bern sembla s'éveiller d'un songe à l'évocation de son nom. Son regard vague revint à la réalité et la colère que l'on voyait sur son visage s'atténua quelque peu. Bien qu'il parût toujours préoccupé et de mauvaise humeur en reconnaissant la jeune femme qu'il venait de bousculer.

- Désolé, Athénaïs, répondit-il avec plus de sincérité. Je ne voulais pas être désagréable, ajouta-t-il un peu honteux.

Mais la jeune femme n'en resta pas là. Elle n'avait pas manqué de remarquer sa mauvaise humeur. Ce n'est pas comme si elle en avait goûté le force, d'un autre côté. Alors Bern entreprit de lui expliquer son problème.

- Le sort s'acharne contre ma famille, voilà ce qui ne va pas ! Depuis la mort de mon père, rien ne va comme il faudrait. Les menaces, les pièges de gamin devant notre porte, passe encore. Mais voilà que maintenant on s'en prend à mes outils de travail ! On a saboté la barque. Ce genre d'usure ne se voit jamais sur les barques, et comme par hasard elle apparaît maintenant.

À mesure qu'il parlait, son humeur s'assombrissait. Il avait serré les poings, en proie à un violent sentiment d'injustice.

- Et avec tout ce qui se passe en ce moment, pas moyen de trouver un artisan pour me la réparer. Ils sont tous débordés de travail, bien sûr !

Il serra les dents, furieux bien au delà de ce qu'il pouvait exprimer. Puis il regarda de nouveau Athénaïs et il soupira.

- Désolé, c'est pas sympa de me plaindre alors qu'on ne s'est pas vu depuis des lustres. Comment ça va chez vous ? Ton père va mieux ?
avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Athénaïs le Mer 12 Oct - 18:53

Bern se radoucit un petit peu lorsqu'il réalisa qu'il connaissait la personne qu'il venait de percuter. Après s’être sincèrement répandu en excuses, il répondit à sa question. Athénaïs l’écouta attentivement s’épancher sur les malheurs qui frappait sa famille depuis la mort de son père, Laneb Onevin. Bien sûr, elle était au courant du meurtre de son père, la nouvelle avait fait le tour de la ville et cela l’avait beaucoup attristée. Non seulement parce que leurs familles se connaissaient mais aussi parce que souvent elle s’était dit que cela aurait très bien pu arriver à son propre paternel.

Au fil de son récit, le jeune homme exprimait son indignation vis-à-vis du comportement des autres à l’égard de sa famille et son état ne pouvait être que compréhensible. La jeune femme ne pouvait ressentir que de la pitié mais se garda bien de le lui montrer, elle savait que ce genre de réaction n’était pas toujours très bien reçue et que cela pouvait exacerber la mauvaise humeur de son interlocuteur.  
Avant de lui rendre la parole, il s’excusa à nouveau, cette fois-ci de s’être plaint et lui retourna sa question. Athénaïs ne lui en voulu pas de s’être montré aussi après tout il en avait très sûrement besoin.

-Mon père et Arthur se portent bien, on s’est plutôt bien adaptés à notre nouvelle vie.  Je suis vraiment désolée pour ton père, la nouvelle de son décès nous a beaucoup attristés…

Elle marqua un temps d’arrêt se rendant compte que ce n’était peut-être pas quelque chose que Bern souhaitait entendre, bien au contraire. Heureusement, avant qu’un silence gênant ne vienne s’insinuer entre eux, il lui vint une idée.

-Tu sais, on a gardé les vieux outils de mon père. Ils ont une valeur sentimentale pour lui mais il n’en aura plus besoin. Je suis sûre qu’il sera ravi de te les donner et que tu sauras en faire bon usage.

Elle espérait que le jeune homme accepte sa proposition, de toutes façons il n'avait pas vraiment le choix. Sans outils, il lui serait très difficile de continuer à travailler dans de bonnes conditions et à terme cela pouvait lui porter préjudice à lui et à sa famille.
avatar
Athénaïs
Joueuse de cartes

Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Autorité le Dim 16 Oct - 14:55

Bern marmonna quelque chose qui ressemblait à un merci. Même si beaucoup de monde leur avait déjà présenté leurs condoléances, venant de quelqu'un qui savait vraiment ce que cela représentait ces paroles rituelles prenaient un sens réel. Il n'en restait pas moins que la mort de son père avait été un coup dur pour la famille et que la situation qui en avait découlé était plus dur encore.

- C'est bien que ça aille mieux pour vous.

Le gaillard ne savait que dire de plus. À vrai dire, il n'était pas dans son assiette. Bavarder tranquillement était loin de ses préoccupations actuelles. Heureusement, Athénaïs ne laissa pas la gêne s'installer entre eux. Et ses paroles eurent un effet revivifiant sur Bern. Il fut choqué par la proposition de la jeune femme, les outils étaient des objets si personnels pour un moissonneur que seuls les enfants pouvaient prétendre au droit de les utiliser, d'en hériter.

- Non, je ne peux pas lui faire ça. Ce n'est pas bien. C'est toi et ton frère qui devez en hériter, pas moi.

Mais d'un autre côté, cela coûtait cher les outils, d'autant qu'il devenait difficile d'en trouver. Et s'il pouvait économiser cela, il pourrait trouver un moyen pour réparer la barque ensuite, en payant plus cher par exemple. Gêné, il n'osa pas formuler ces pensées à voix haute.
avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Athénaïs le Mer 2 Nov - 16:44

La proposition d’Athénaïs partait d’un bon sentiment car elle savait à quel point il était gênant pour un moissonneur de ne pas avoir de bons outils de travail. Elle se rappelait que pendant son enfance et son adolescence, il était arrivé à son père de casser les siens à cause de l’usure ou bien même de se les faire voler. Elle se souvenait aussi des disputes que cela avait occasionné entre ses parents ou encore des reproches de la part du patron de son père. Aussi, si elle pouvait éviter à Bern de connaître cela il était normal qu’elle fasse quelque chose, surtout en cette période difficile qu’il vivait.

En entendant les paroles de la jeune femme, le moissonneur fit les yeux ronds, comme s’il était stupéfait par ce qu’il venait d’entendre. Puis ses joues se rosirent légèrement, de gêne. Comme il fallait s’y attendre, il refusa poliment prétextant que les outils faisaient partie de leur héritage et qu’il ne pouvait donc pas se les approprier. Cependant, Athénaïs sentait bien qu’il mourrait d’envie de dire oui mais que par principe il ne le ferait pas. Elle n’était pas du genre à insister, elle avait horreur de ça mais là, c’était différent.

- Ni moi ni mon frère n’avons l’intention de devenir des moissonneurs à notre tour. Et pour tout te dire, je crois que ça ferait du bien à mon père de s’en débarrasser, ce serait un moyen de tourner définitivement la page et d’oublier tous les malheurs qui lui sont arrivés.

Histoire de ne pas trop non plus avoir l’air d’imposer sa solution et de lui laisser le choix, elle décida de lui proposer autre chose. Elle jeta un coup d’œil derrière l’épaule du jeune homme, en direction de la menuiserie qu’il avait quitté quelques minutes plus tôt, en colère.

- Ou bien, si tu veux, je peux essayer de parler à maître Gimbert… avec un peu de chance, je peux le convaincre de réparer ton matériel.

C’était une idée qu’elle aurait préféré ne pas avoir à réaliser, elle n’aimait pas beaucoup le menuisier qui pouvait se montrer aussi aimable qu’une porte de prison. Elle espérait donc avoir réussi à convaincre Bern de prendre les outils.  
avatar
Athénaïs
Joueuse de cartes

Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Autorité le Sam 5 Nov - 18:56

Bern était gêné par la proposition, mais il fallait avouer qu'elle était tentante. Si c'était inhabituel, cela avait le mérite de lui retirer une épine du pied.

- Je… ne sais pas quoi dire. Même si vous n'en avez pas besoin, c'est tout de même à vous. C'est vrai que cela m'aiderait beaucoup, mais quand même…

C'était une grande faveur qu'on lui faisait là. Il ne voyait pas comment remercier la jeune femme si elle lui offrait bel et bien ces outils si précieux. Il comprit son tact lorsqu'elle proposa de raisonner l'artisan peu désireux de travailler pour les moissonneurs en cette période troublée. Lui-même venait de passer un long moment à tenter de le convaincre, il doutait que la frêle jeune femme puisse le convaincre là où il avait échoué.

- Ça m'étonnerait qu'il change d'avis. Nous les moissonneurs sommes mal vu en ce moment. Enfin, c'était déjà pas facile avant, mais maintenant, avec tout ça…

Il laissa sa phrase en suspend, pas certain de vouloir parler des troubles qui agitaient la ville. Surtout quand la mort de son père en avait été le premier symptôme. Il préféra enchaîner, pour changer de sujet :

- Ce doit être plus calme pour vous à présent.

Il n'osait pas aborder le sujet de l'offre proposée peu avant.
avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Athénaïs le Lun 5 Déc - 19:44

Athénaïs voyait bien que Bern était fortement tenté par sa proposition. Il était sur le point de lui dire oui mais la gêne le forçait à se retenir. La jeune femme n’avait nullement l’intention d’insister éternellement. De plus, elle risquait de se mettre en retard car elle était à l’origine sortie pour faire quelques courses. Bien que cette rencontre fortuite avec son ancien voisin lui avait fait plaisir, elle ne devait pas oublier ses objectifs de la journée. Sinon, elle risquait de se faire houspiller par son père et son frère.

Bern ne semblait pas très partant pour qu’Athénaïs aille parler à l’artisan, après tout ce n’était pas vraiment une bonne idée. Ce dernier pourrait s’offusquer d’une telle démarche et se montrer encore plus inamical avec le moissonneur à l’avenir. Alors qu’elle espérait qu’il avait finalement fait son choix, il changea bien maladroitement de sujet. La jeune femme sourit à cette tentative.

-Plus calme, c’est relatif. Disons que le rythme de vie n’est pas le même.

Comme le jeune homme ne semblait pas très enclin à prendre une décision ou du moins à avouer qu’il acceptait de devenir le propriétaire des outils du père d’Athénaïs, cette dernière décida de prendre les devants. Tant pis si elle lui imposait un choix, si elle ne le faisait pas, ils risquaient de se trouver toujours au même point le lendemain.

-J’ai encore quelques courses à faire, mais si tu veux, aussitôt rentrée à la maison, j’envoie Arthur te porter les outils. Essaye-les au moins et s’ils ne te conviennent pas tu pourras nous les rendre.

Elle tendit la main pour attraper celle de Bern et lui adressa un clin d’oeil, elle se voulait rassurante et amicale. Ainsi, elle lui montrait que sa démarche était réellement muée par une volonté de l’aider parce qu’elle ne savait que trop bien que la situation qu’il vivait actuellement était difficile.

- Ta mère et ta sœur ont besoin de toi, ce serait bête de laisser passer une telle occasion. Elles t’en voudraient sûrement.
avatar
Athénaïs
Joueuse de cartes

Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Autorité le Mar 13 Déc - 6:48

Bern hocha la tête. C'est vrai, ce n'était pas parce qu'elle ne vivait plus parmi les travailleurs de la terre que la vie s'était arrêté. Bern se sentait naïf d'avoir pensé cela. La vie existait en dehors du quartier des moissonneurs aussi. Et puis, avec une famille à faire vivre, la vie ne devait pas être simple tous les jours. Il en savait quelque chose.

Le moissonneur compris qu'il dérangeait. Il avait en effet bousculé la pauvre Athénaïs alors qu'elle allait faire ses courses. Elle avait sans doute autre chose à faire que de l'entendre se plaindre de ses malheurs. Mais malgré tout, elle avait la générosité de prendre le temps pour lui. Alors, rendant les armes à l'évocation de sa famille, et pour se faire pardonner de sa rudesse, il lui proposa son aide à son tour :

- D'accord, j'accepte l'honneur que tu me fais, mais laisse moi t'accompagner et t'aider à porter tes courses. C'est le moins que je puisse faire.

Il tendit la main pour qu'elle lui donne son panier. Ce n'était rien en comparaison de l'aide qu'elle lui proposait, mais il pouvait au moins faire cela.

- Et puis comme ça tu n'auras pas besoin d'envoyer ton frère. Enfin, je ne veux pas déranger non plus.

MJ:
Si tu accepte, considère qu'il te suit dès que tu reprends le chemin du marché. Si tu refuse, il te laisse tranquille et n'insiste pas, même s'il est un peu déçu.
avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Athénaïs le Mer 14 Déc - 23:26

Athénaïs ignorait depuis combien de temps elle et Bern discutaient tous les deux dans la rue, non pas que le temps lui ait paru long, loin de là, mais lorsqu’elle comprit enfin qu’il abdiquait et acceptait sa proposition, elle eut l’impression d’avoir mené de longues négociations. La jeune femme pouvait se montrer têtue, surtout lorsqu’il s’agissait de venir en aide à des personnes dans le besoin. Bern ne semblait pas non plus être en reste, il avait été plutôt difficile à convaincre. Forcément, quand deux personnes avec ce genre de caractère venaient à négocier cela ne pouvait que fatalement compliquer les choses.

Heureusement, Athénaïs jouissait d’un certain sens de la persuasion qui lui avait permis une fois encore de convaincre quelqu’un. Ça n’avait rien d’une volonté de manipuler, elle savait que Bern mourait d’envie de dire oui. Aussi, elle accueilli avec un grand sourire sa capitulation qu’il assortit avec une condition ; celle d’accompagner la jeune femme et de l’aider.

-Ca me semble être un marché tout à fait honnête et équitable ! Tu ne dérangeras aucunement, je suis certaine que père et Arthur seront ravis de te revoir.


Elle avait accepté cette condition parce qu’elle appréciait Bern mais aussi parce que comme ça il aurait très certainement l’âme soulagée de lui avoir rendue la monnaie de sa pièce. Il était inutile en ces temps troublés pour lui de l’accabler davantage. Elle lui tendit son panier déjà rempli de quelques provisions, il lui restait encore une course à faire du côté de l’apothicaire avant que tous deux ne prennent le chemin de la maison de la jeune femme en bavardant. A tout le moins, elle espérait que cette rencontre fortuite avait contribué à égayer un peu sa journée et à lui faire oublier un temps ses problèmes.
avatar
Athénaïs
Joueuse de cartes

Messages : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux sources

Message par Autorité le Ven 23 Déc - 9:13

Bern reçut le panier avec reconnaissance. Ce n'était pas grand-chose, pourtant cela lui permettait de ne pas avoir le sentiment de faire la charité. Chose dont il avait horreur. Le moissonneur accompagna son ancienne voisine chez l'apothicaire et l'escorta jusque chez elle où il pu revoir son père et son frère qui avait bien grandi.

Pour le plus grand plaisir de Bern, Jeck confirma qu'il voulait bien laisser ses outils au jeune homme. On ne pouvait pas lire une grande joie sur son visage mais il sembla à Bern que l'homme s'était résigné à son sort, et qu'il savait qu'aucun de ses enfants ne travaillerait dans les marais. Bern promis d'en prendre grand soin.

Le moissonneur prit congé, ne voulant pas s'imposer. Il partit sur une dernière recommandation qu'il laissa pour les seules oreilles d'Athénaïs :

- Si tu as besoin d'aide, n'importe quoi… même si ça te paraît idiot… n'hésite pas, tu sais où me trouver.

Il sembla vouloir ajouter quelque chose mais s'interrompit. Il s'en alla finalement sur cette dernière promesse.

avatar
Autorité
Admin

Messages : 573

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum